14 Août.
57 histoires en accès privilège.
13 Août : 16 histoires en accès public + Nouvelles photos

VIP
"Accès privilège" des histoires juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Domination par Stéphane mon futur mari

65 - Rencontre avec Pascal et Michel en mai 2018

Histoire : Lors de notre séjour à Gran Canaria, nous avons fait la connaissance de Pascal et Michel deux liégeois comme nous qui comme nous sont en vacances. Nous avons sympathisé avec eux et Pascal s’est confié à moi. Ils sont en couple depuis 18 ans et mariés depuis un peu moins de trois ans. Pascal est passif soumis mais pas inactif et Michel est plus actif que passif et d'après les dires de Pascal, moins dominateur au fils des années. Bref leur couple va bien mais Pascal à envie d’être plus soumis à son homme. Pascal à envie d’autre chose dans son couple et Michel n’a pas l’air contraire. Pascal a voulu qu’il mette un peu plus son corps en valeur pour plaire et cela lui plait de le faire. Il faut dire que nous avons ici affaire à un couple classique. Voici leur descriptif. Pascal fait 1 m 78 roux, 41 ans, yeux verts et se porte bien, je dirais à vue de nez un bon 90 kg et Michel 1m80 pour 75 kg, 47 ans, pas musclé mais pas mal non plus avec des cheveux noirs qui commencent à blanchir. Il faut dire que pendant la gay pride on voit défiler pas mal de spécimens, ça va du soft au fétichisme et le fétichisme, cela plait à Pascal, surtout le côté Puppy. Il s’est d’ailleurs acheté quelques accessoires sur internet, au départ pour la domination soft « collier, laisse, attaches poignets, baillons.. .. » ils s’en sont servi quelques fois mais sans plus. Pascal a même bricolé deux jeans en leur mettant une tirette à l'arrière car Michel lui, aime le jeans. Ici il vient de s'acheter une queue de chien taillé S et une taillé M chez Boxer. Michel lui a offert un collier en cuir rouge. Après ils se sont acheter un tas de vêtements dans ce même magasin. Nous avons passé en tout et pour tout quatre soirées avec eux sans baise aucune « je vous voir venir déjà avec vos gros sabots »Pascal m’a confié qu’il voudrait devenir un vrai Puppy pour son homme mais il ne sait pas par où commencer. J’en ai parlé avec Stéphane qui en a parlé à Michel.
- Stéphane. Écoute Michel, Pascal voudrait devenir un vrai Puppy pour toi mais il ne sait comment faire.
- Michel. C'est que moi, le côté fétiche Puppy cela ne m'intéresse pas trop.
- Stéphane. Ça ne te fait pas bander quand tu plug ton homme avec la queue de chien, il a dit à Pat qu'il n'avait pas résisté au fait que tu lui mettes.
- Michel. Ça ne m’a pas déplu c’est vrai mais de là à acheter toute la panoplie. …
- Stéphane. Écoute je connais un maître dans le dogtraining qui se trouve à la frontière allemande, si tu veux je vous prends un rendez-vous, il te montrera comment faire et le formera à être un bon Puppy. Le matériel ne coûte pas cher et il a une boutique. Si je lui dis que tu viens de ma part il te fera un prix.
- Michel. Je vais y réfléchir.

Le lendemain, Michel donnait son accord à mon homme. Le master s’appelle Éric, je le connais bien. Stéphane m’a fait faire une séance avec. Mais moi le dogtraining ce n’est pas mon truc. Me trimbaler pour le fun dans cette accoutrement oui mais en permanence non ! Rendez-vous pris à leur retour ce jeudi 10 mai 2018. Ils doivent se présenter pour un week-end de formation chez master Éric le 11 pour 11.00 du matin. Voici le récit de Pascal que j’ai reçu par mail avec autorisation de publication.

Nous sommes arrivés à l'adresse indiquée par Stéphane et lorsque je vois le quartier glauque, je ne suis pas à l’aise et Michel non plus. Nous rentrons dans la boutique et demandons à voir master Éric. Là, nous voyons arriver un mec de 1M90 musclé et baraqué, vêtu de cuir de haut en bas et avec une barbe grisâtre. Il nous a serré la main, pour moi, à croire qu’il savait qui j'étais et que Stéphane avait dû faire un bon descriptif de moi. Il me la broie carrément.
- Master Éric. Vous devez être Pascal et Michel. Je vous attendais. Pascal tu vas venir avec moi et toi Michel tu peux aller à l’hôtel en face, il y a une chambre réservée pour toi, tu reviens pour 18.30. Je m’occuperais de toi à ce moment-là. Stéphane m'a donné des instructions et il veut vous voir à son retour pour voir les changements. Si vous êtes toujours d'accord car une fois que j’ai commencé il n’y a pas moyen de faire marche arrière. Vous êtes toujours partant ?
Je n'en mène pas large et mon homme non plus mais il prend la décision et lui répond oui.
- Master Éric. Bon, Pascal, viens avec moi !
Il m'attrape par le bras et la tête et me pousse au fond du magasin derrière une porte. Là il y a une grande pièce avec trois grandes cages, des gamelles, je vois au mur des Godes et tout ce qu’il faut pour larver un mec comme moi. Je n’ai pas le temps de trop regarder qu’il me fait mettre à genoux.
- Éric. Dans cinq minutes, je ne t’autoriserais plus à parler. Quelles sont tes limites ?
- Moi. Tout sauf scato et uro, je n'aime pas. Je dois rester présentable pour mon boulot donc je ne veux pas avoir de marque sur le visage et sur le corps.
- Éric. Ok. Je vais voir avec ton dresseur ce soir, je le formerai en fonction mais tu dois comprendre qu'un futur chiot comme toi, s’il désobéit, il recevra une punition. C’est clair pour toi ?
- Moi. Oui.
- Éric. Oui qui !
- Moi. Oui maître.
- Éric. À poil tout de suite ! Que je vois quelles sont tes dispositions.
L’ordre est donné tellement violement que je ne réagis pas directement et je me prends une petite gifle qui me fait redescendre sur terre direct et je m'exécute.
- Éric. Oui bon, il y a du boulot. Je vais d’abord t'épiler et te raser la tête, un bon chiot est totalement imberbe. Tu diras à ton boulot que tu perdais tes cheveux et que tu as décidé de te mettre la boule à zéro.
- Moi. Oui maître.
Il m’a alors mis sous la douche et s’est changé. Il a mis un tablier en cuir sous lequel il ne porte qu’un jockstrap en cuir. Il commencer à me badigeonner de crème dépilatoire et je dois dire que ça me chauffe tout le corps. De plus, ses mains sur moi, je bande et je me sens gêné. Pour me faire débander, il me tape avec la main dessus.
- Éric. Leçon numéro un, le chiot ne bande et ne jouit que si son dresseur lui en donne l’autorisation. Tiens-toi ou je te mets une cage de chasteté.
- Moi. Oui maître, je vais faire de mon mieux.
Une fois sans aucun poil, il m’enduit d’une crème qui fait briller ma peau et qui est très rafraichissante au point que j’en frissonne. Ensuite il m’a rasé les cheveux. Une fois bien sec et propre ;
- Éric. A partir de ce moment je ne veux plus t’entendre, tu as le droit d’aboyer, de grogner, de gémir et de montrer ta reconnaissance à ton maitre pour le moment ainsi que ton dresseur par la suite.
J’ai fait signe de la tête de mon accord. Il m’a filé des genouillères que j’ai dû mettre et ensuite il m’a fait mettre de longs bas bleus, signe de soumission. Il m’a filé un jock en cuir noir avec une ligne bleue dessus et une tirette sur le devant pour pouvoir libérer ma queue au besoin. Il m’a posé un harnais en cuir noir et bleu ainsi qu’un masque en néoprène forme de chien de même couleur. Fort confortable à porter d’ailleurs.
- Éric. Bon, maintenant ton collier et ta laisse, ensuite, je préparerai ton cul pour vraiment avoir l’air d’un chiot. Te fais-tu des lavements ?
J’ai fait non de la tête. J’ai reçu une bonne fessée sur le cul, et je n’ai pu que gémir suite à la douleur procurée.
- Éric. Un bon esclave et chiot se fait un lavement tous les jours, je vais arranger cela dans un instant.
Il m’installe un collier en cuir rouge auquel il fixe une longue laisse. Il m’enfiler aussi une paire de gants en cuir avec les doigts coupés. Il m’impose de marcher à quatre pattes et nous allons vers un wc. Il me passe un peu de gel sur le cul, ensuite je sens qu’il y pousse rapidement un bout de tuyau. Tout aussi rapidement, je sens un liquide chaud m’envahir le cul. Sur le moment je suis surpris et j’ai un peu mal. Il retire ensuite tuyau.
- Éric. Serres ton anus et garde le liquide deux minutes, ensuite, tu vas aux toilettes et fait attention de ne pas te saloper !
L’opération a été réalisée 7 à 8 fois jusqu’à ce que je sois vide de toute selle et l’eau transparente à la sortie de mon cul. Ce fut douloureux pour moi et j’espère bien que la prochaine expérience sera moins longue. Éric m’explique que si je le fait une à deux fois par jour afin de pouvoir satisfaire mon dresseur à tout moment s’il le désire, un à deux passage devrait suffire. Une fois toutes ces étapes finies, il me fait marcher jusqu’ à une espèce de cheval d’arçon auquel il me couche et m’attache.
- Éric. Prêt à devenir un vrai chiot ?
J’ai fait oui de la tête.
- Éric. Parfait.
Il m’a enduit le cul de gel et m’a montré ma future queue de chien « taille M, 5,5 cm de diamètre» que je devrais porter en permanence à la maison ainsi qu’en sortie avec mon dresseur. Il veut le rentrer directement mais, ne me faisant pas souvent enculer par mon homme ces derniers mois et lui étant très fidèle malgré tout, c’est difficile et je ne peux m’empêcher de pousser un cri de douleur.
- Éric. Il te faut accepter ton nouveau jouet et souffre en silence !
Mais malgré tout, il ajoute du gel et y va plus doucement et cherche aussi à ce que je me détende en me caressant partout ce qui fait que je bande à nouveau. Enfin au bout d’un certain moment, il arrive à me placer ce jouet et attend quelques instants que je m’y habitue. Ensuite, il joue un peu avec en me le retirant et le remettant ou en titillant mon anus avec. Ce qui me fait gémir. Je dois avouer que je prends un certain pied aussi. Je bande aussi énormément et il s’en aperçoit. J’ai reçu une bonne dizaine de fessées bien fortes et une torsion de mes couille. Une fois de plus j’ai crié et j’ai pleuré aussi de douleur. Ce qui fait qu’il m’a retiré mon masque et m’a placé un bâillon de force avant de replacer celui-ci. Je voudrais crier que je n’y parviendrais plus et j’ai tellement mal aux couilles que je ne bande plus du tout. Ce n’est pas ce que je cherchais dans ce genre de plan.
- Éric. Première punition et si tu continues les prochaines seront plus fortes !
Me voilà prévenu.
Je commence à m’habituer à cette queue de chien et il s’en aperçoit. Il me détache et m’entraine toujours à quatre pattes « j’ai vraiment l’air d’un chien en me voyant dans une glace et sexy aussi » vers une des trois cages, la plus grande. Il me retire le masque ainsi que le baillon et me replace le masque. Ma bouche est libre.
- Éric. Rentre dans cette cage et repose toi, il y a deux gamelles pour te restaurer pour le moment. Je t’expliquerai plus-tard comment tu devras servir et manger avec ton dresseur. Je vais revenir dans quelques instants avec mon propre chiot qui vit chez moi à demeure et qui me sert en permanence. Je lui autorise à manger un repas chaud par jour, civilisé et à table sans masque car j’aime aussi le voir en tant qu’être humain. Avec chaque dresseur que je forme, je fais en sorte que s’ils sont en couple comme toi et Michel, certaines règles de respect entre vous deux soient respectées. Certes tu deviendras un bon chiot, tu n’en resteras pas moins un être humain. Je ne forme pas des êtres humains en raclure ou en sous merdre. Cela doit rester de l’amour dans votre couple et j’expliquerai cela à Michel ce soir. Je pense que je vais avoir plus de boulot avec lui qu’avec toi, car je suis fier de toi. Tu te laisses faire et prend du plaisir. Tu es déjà dans l’esprit d’un bon chiot.
Sur ce fait, il me caresse et naturellement, à croire que je le savais, je remue la queue. Une fois dans la cage et celle-ci fermée, je suis sur un coussin en cuir ou vinyle, je ne sais pas trop si ce n’est qu’il est confortable. Je ne sais dans quelle position me mettre. J’ai un peu soif et je décide de laper un peu d’eau ne pouvant prendre la gamelle fixée au sol. Ensuite je me couche et je m’assoupi un peu. Pourtant j’étais en pleine forme ce matin. Je ne sais pas combien de temps après, je suis réveillé par Éric.
- Éric. Je vois que tu as pris la possession de ta future nouvelle demeure. Dorénavant tu ne dormiras plus que dans ce genre de cage !
Sur le moment, je prends vraiment peur et cela se voit dans mon regard. L’amour de ma vie me fera t-il vraiment subir cette chose alors que nous dormons ensemble depuis 18 ans, je n’ose le croire et je me fous à pleurer comme une madeleine. Je ne cherchais pas à aller aussi loin que cela. Je craque littéralement. Éric s’en aperçoit, ouvre la cage, me retire le masque et m’embrasse avec la langue. Sur le coup je me sens rassuré.
- N’aies pas peur. C’est une chose à décider entre vous mais personnellement, mon chiot dort avec moi dans mon lit soit dans mes bras soit à mes pieds. Je ne le mets en cage que quand il est désobéissant comme aujourd’hui. Il a été très vilain et va être puni.
Sur ce, je vois derrière lui un autre chiot, le sien qui est tenu en laisse. Il l’installe sur l’espèce de cheval d’arçon, l’attache et lui file une bonne vingtaine de coups de fouet. Celui-ci gémit et râle dans son masque. Ensuite il lui arrache sa queue de chien d’une violence que j’en ai mal au cul pour lui.
- Éric. Je vais t’apprendre, moi, à regarder des sites pornos sans ma permission. Tu veux des grosses queues, tu vas en avoir !
Sur ce fait, je le vois prendre un gode énorme façon un peu plug mais avec le socle bien épais et il lui rentre avec un peu de gel mais sans ménagement aucun. J’entends le mec gueuler un bon coup puis plus rien sauf un léger gémissement. Il est vaincu le pauvre. Il a le gode bien au fond. Éric le détache et le fou dans une petite cage. Il ne saura même pas se détendre.
- Eric. Tu resteras là un bon moment crois-moi, et si tu persistes, je te vends à un autre dresseur spécialisé dans des partouzes non protégées et là, tu en prendras des queues !
Sur ce, il se dirige vers moi et me sort de ma cage. Je voudrais bien savoir l’heure qu’il est mais en regardant bien les murs, pas d’horloge.
- Éric. Bon, nous deux, nous allons faire un peu d’exercice et je vais te montrer comment te comporter avec ton dresseur de manière naturelle ainsi que dans le sexe. Il n’y a pas toujours que du sexe entre un dresseur et son chiot. Des fois il n’y a que les relations, maître et chien.
Il m’a fait déambuler dans la pièce attaché à ma laisse de chiot moi devant lui ou à côté de lui. A un moment il s’est arrêté et moi, j’ai continué naturellement. J’ai eu droit à un coup de laisse et un
- Assis !
Je devais comprendre ainsi que si mon dresseur se stoppais, je devais m’arrêter et me stationner en position assis. Ensuite pour me montrer que j’avais bien compris le principe, il me frotta la tête et me donna un biscuit. Ensuite il m’a appris à faire un roule boulé ou encore à me mettre sur le dos les quatre pattes en l’air, ainsi que faire le beau et à aboyer ce qui me valut à chaque fois une récompense. Ensuite il a voulu profiter de moi. Il s’est dirigé vers un divan, il s’est assis et d’un doigt, m’a ordonné de lécher ses bottes. Ensuite, son cuir pour en arriver à sa queue. Il déboutonna et j’ai pu voir un monstre sortir. Je pense facile 22 cm et large alors que mon homme dans les normes européennes fait un bon 18 cm de taille, correct pour moi.
- Éric. Suce !
Je me suis mis à le sucer du mieux que j’ai pu mais je dois avouer que je m’y prends comme un manche ce qui me vaut une autre mandale.
- Éric. Si c’est comme ça que tu suce ton homme, je comprends qu’il te domine moins et te baise moins. Mets-y de la vigueur et de l’imagination et pompe en profondeur!
La remarque me fait très mal au cœur, cela veut dire que Michel n’est pas satisfait sexuellement de moi. Pourquoi ne me l’a t-il jamais dit ? Je me suis efforcé de pomper Éric du mieux que je peux et il m’a montré sa satisfaction en me grattant la tête. Ce à quoi j’ai remué de la queue. Ensuite il m’a positionné à quatre pattes cul dirigé vers lui en offrande, j’ai senti claquer une pochette de capotes, il m’a retiré ma queue et s’est introduit en douceur mais d’une traite en moi. Je n’ai pu que gémir tellement c’était bon.
- Eric. Toi, on sent que tu aimes te faire baiser. Petite chienne !
J’ai aboyé en signe de gratitude. Il m’a bien bourré le cul, ses mains accrochées à mon harnais. J’ai senti tous ses coups de reins, puissants, et ses couilles toucher mon cul, c’était tout bonnement divin. Je n’en n’ai même pas vu mon amour rentrer dans la pièce. C’est lorsqu’il s’est placé devant moi et m’a présenté sa queue à sucer que je l’ai vu pour mon plus grand bonheur.
- Michel. Suce !
J’ai levé les yeux et j’ai pu voir qu’il avait pleuré et que son regard était noir envers moi. Je pense que cela ne lui plait pas et je pense qu’après ce week-end, il me larguera pour de bon. Je n’aurais pas dû lui en demander tant. Je l’ai sucé avec beaucoup d’application mais il faut croire qu’Éric n’était pas content car j’ai pris deux fessées supplémentaires avant qu’il ne se retire de moi et arrache sa capote.
- Eric. Michel, à ton tour de le baiser avec vigueur ! Moi je vais lui apprendre à sucer correctement !
Ni une ni deux, il échange. Éric me rentre sa queue direct bien au fond de ma gorge j’en ai manqué de m’étrangler et Michel rentrait dans mon cul sans capote. Normal, c’est mon homme. Eric m’a baisé la bouche en me tenant la tête et la mâchoire avec ses grandes mains m’imprimant le rythme et la profondeur de la fellation.
- Éric. Ca y est tu commences à comprendre, tu finiras par être une bonne suceuse !
- Michel. Serres ton cul ! Je suis trop large, sale pute !
Il m’a frappé le cul de toute c’est force, il est vraiment en rage contre moi c’est certain. Ils m’ont baisé encore un moment avant que mon homme se décharge en moi et Éric se vide directement dans mon estomac. Je saurais plus tard qu’il était clean ayant montré ses derniers résultats d’analyse récents à Michel. Mon homme, une fois retiré de mon cul endolori, y a replacé ma queue de chien assez énergiquement pour que j’en tombe au sol. J’ai dû nettoyer leur queue et mon homme a disparu. Éric m’a transporté vers le divan ou il s’est assis, il m’a fait monter dessus et m’a couché la tête sur ses jambes.
- Eric. C’est bien tu as franchi la première étape de chiot. Je suis content de toi et ton dresseur aussi.
Il m’a caressé le flan et la tête en guise de récompense ce qui m’a fait gémir et me blottir contre lui. Nous sommes restés un moment comme cela jusqu’à ce que Michel vienne me récupéré. C’est là que j’ai vu qu’il était plus ou moins dans la même tenue en cuir. Lui qui n’aime pas pourtant car il dit que c’est trop chaud à porter et que l’odeur du cuir ne lui plait pas trop. Éric m’a fait descendre du divan et en marchand à côté de lui toujours version chiot, il a rendu ma laisse à mon homme.
- Éric. Bon voilà c’est tout pour aujourd’hui, je te le rends. Allez-vous coucher et passez une bonne nuit, je viendrais le reprendre demain matin pour finir sa formation et la tienne.
- Michel. Ok Éric, à demain.
Éric a alors attrapé Michel par la tête et l’a embrassé à pleine bouche que mon homme en a gémit, ce qui est rare chez lui. Ils sont rentrés alors dans une étreinte folle entre eux deux.
- Éric. Tu dois être un peu passif aussi toi !
- Michel. Oui j’aime encore bien que mon homme me saute mais uniquement quand j’en ai envie, ce qui est rare.
- Éric. Tu veux que je te fasse ton affaire ?
- Michel. Non mais je dois avouer que je craque un peu pour toi, tu as un regard qui me fait fondre. Avec toi je pourrais me laisser dominer mais je ne suis pas là pour cela.
- Éric. Oui tu as raison. Bon, à demain.
Michel prit ma laisse et nous sommes sortis de la pièce en direction de la porte du magasin. Là, je me stoppe. Je ne vais pas sortir comme ça. Michel avance et tire sur ma laisse.
- Michel. Aux pieds !
Je me prends un pied au cul d’Éric qui est derrière moi.
- Éric. Avance ! Ne crains rien, tu es dans le quartier gay et ici, c’est monnaie courante de voir des chiots en laisse. Ecoute ton dresseur !
Je n’ai pas eu le choix, je suis sorti dehors, je me fais honte, en plus il y a du monde. Nous traversons et rentrons dans l’hôtel. Une fois dans la chambre au pied du lit, il y a un matelas en cuir pour chien.
- Michel. Couche toi là et dors, je ne veux pas t’entendre !
Je me suis couché et me suis mis à pleurer en silence, je ne voulais pas aller aussi loin dans ce jeux de rôle pour moi et je vois bien que Michel n’aime pas et m’en veut. Il est parti prendre une douche et à son retour.
- Michel. Bon il faut que je te trouve un nom de chien pour demain, comment vais-je pouvoir t’appeler ?
Michel m’a toujours surnommé « mon petit lapin » et j’adore quand il m’appelle ainsi quoi que quand j’ai envie qu’il me domine, je préfère qu’il m’appelle son esclave ou sa petite chienne.
- Michel. Il te faut un nom original. Et puis non. Ptlapin, c’est bien comme cela.
J’ai fait oui de la tête et je suis venu me frotter à lui en signe de reconnaissance. Il m’a caressé un peu et puis.
- Michel. J’ai dit couché !!!
Je suis retourné me coucher. Il s’est mis au lit et a éteint la lumière. Je ne sais même pas l’heure qu’il est. Je me suis endormi rapidement plus que fatigué de la journée mouvementée. Je ne sais toujours pas l’heure qu’il est mais je suis réveillé par des caresses et lorsque j’ouvre les yeux, je vois Éric en cuir. Il prend ma laisse et me la fixe à mon collier.
- Éric. Pt lapin aux pieds !
Je me suis mis à quatre pattes mais j’ai des courbatures et je m’étends naturellement, il m’a laissé faire ensuite nous sommes sortis de la chambre et je n’ai toujours pas vu mon homme. J’ai peur et me mets à pleurer. Il m’a quitté c’est certain pour moi. Éric s’arrête dans le couloir et je me positionne assis, toujours en pleurs.
- Éric. Qu’est-ce qu’il y a ? Parle, je t’autorise.
- Moi. Je n’ai pas vu mon homme, je pense qu’il m’a quitté. Hier j’ai bien vu et compris qu’il m’en voulait et me détestait.
Éric m’a alors relevé et retiré mon masque ce qui m’a fait beaucoup de bien, je dois l’avouer. Il m’a embrassé tendrement et m’a pris dans ses bras pour me réconforter. Il est tendre avec moi et je fonds encore plus.
- Éric. Calme toi, Michel ne t’a pas quitté. Il est en train de charger votre voiture avec le matériel que je lui ai vendu. Il t’aime, il me l’a dit encore ce matin. Il veut juste adapter ton dressage à sa façon quand vous rentrerez chez vous ce soir. Il est vrai qu’il a difficile à se mettre dans la peau d’un véritable dresseur puisque lui aussi aime être de temps en temps passif. D’ailleurs si tu m’autorise, je voudrais l’avoir pour une nuit la semaine prochaine pour le soumettre.
- Moi. Je ne peux rien vous refuser maître.
- Éric. Reste debout et viens avec moi en face, il faut que je fasse ta toilette et je suppose que tu veux faire tes besoins.
- Moi. Oui maître mais si possible, en être civilisé. Je ne suis pas prêt pour le faire en chiot.
- Éric. Je te rassure tout de suite, je ne fais pas dans ce genre de chose, même avec mon chiot.
Sur ce, il m’embrasse encore une fois et j’ai envie qu’il me baise et il le sait, il tire sur ma laisse et nous sortons de l’hôtel. Une fois en face, il me fait mettre à quatre pattes et nous allons dans la pièce du fond. Là il me retire ma queue de chien et cela me fait un bien fou, il me débarrasse de tout mon attirail et me montre les WC.
- Éric. Fais tes besoins et ensuite, je vais te laver sous la douche et te faire un lavement.
Je me suis exécuté, j’ai un peu mal au cul mais ça va. Il m’a lavé, nous étions nus tous les deux sous la douche et je dois avouer qu’Éric a un corps magnifique et je bande naturellement. Eux deux ont déjà jouis et moi pas encore. Il s’en rend compte et comme j’ai été obéissant et sûrement en récompense, il me branle. Il est derrière moi sa queue contre mon cul et me branle. J’ai envie de plus et je me cambre.
- Éric. Mets-toi à quatre pattes et présente-moi ton cul.
Je me suis soumis à son ordre et pour bien montrer que je le voulais dans mon cul, j’ai remué de la croupe. Il s’est alors introduit en moi en douceur tout en me branlant et il m’a baisé jusqu’à ce que je jouisse et qu’il me remplisse de sa semence et ainsi me féconde. Que c’était bon. Ensuite j’ai vu arriver mon homme à poil aussi. Il me présente sa queue à sucer et je ne me fais pas prier mais je sens un liquide chaud me remplir le cul. Éric toujours en moi. Mais il me pisse dedans ma parole, je ne veux pas et j’essaye de me retirer mais il me tient fermement par le bassin.
- Éric. Tu dois accepter l’uro, ordre de ton dresseur !
Je lève les yeux vers mon cœur, il me fixe et se fout à me pisser en bouche en me tenant bien fermement la tête aussi.
- Michel. Avale !
Je me remets à pleurer mais je n’ai pas le choix, je fais ce qu’il m’ordonne. Une fois qu’il a eu fini, j’ai dû le sucer et avaler sa semence. Ce que je fais sans pratiquement aucun plaisir mais plutôt résigné à le servir. Chose qu’a la base je voulais faire avec mon homme. Après cela ils m’ont permis de me vider et après un nouveau lavement, je fus séché par Michel qui me remis une nouvelle paire de bas, un nouveau jock propre, il me remit mon harnais, mon collier avec sa laisse, mon masque et pour finir avec un peu de gel ma queue de chien.
- Éric. Michel, remets le en cage le vétérinaire n’est pas encore là.
Un vétérinaire ?????? Je ne suis pas un chien mais un être humain. Ils voient tous les deux mon regard mais ne me disent rien.
- Éric. Bon je vais donner du plaisir à ton homme maintenant, reste là tranquille !
Il prit mon homme dans ses bras et lui montra la nouvelle tenue qu’il devait enfiler. En cuir mais cuir léger avec une chemise ouverte sur le beau torse de mon homme. Ensuite il fit sortir son chien qui se trouvait toujours dans sa cage depuis hier. Il lui enleva le plug ainsi que son masque. J’ai pu voir le beau visage du jeune homme à mon avis moins de la trentaine et celui-ci pleurait dans les bras de son maître lui jurant qu’il ne le fera plus, qu’il l’aimait et je ne sais plus quoi en plus… Éric fut tendre mais ferme avec lui, ordonnant de remonter dans leur appartement, de se laver et de se tenir prêt à l’accueillir au moindre moment. Je vis le jeune partir debout en marchand difficilement et se tenant le dos. Michel et Éric partirent un petit moment, ensuite, ils sont venus avec un monsieur en tenue blanche et gants en latex blanc. Ils ont ouvert ma cage mais je me suis reculé dans le fond de celle-ci de peur. Michel a pris ma laisse et tiré dessus et, à force en m’étranglant un peu, a fini par me faire sortir de celle-ci. A deux, ils m’ont porté sur une table en métal froid, couché sur le ventre, bras et pieds attachés ce qui fait que je ne sais plus bouger.
- Eric au vétérinaire : « j’ai appris par la suite que c’était un médecin, chirurgien en formation et tatoueur sur le côté » Bon il faut le vacciner, le pucer et le tatouer.
Là je ne suis plus d’accord je tourne ma tête vers mon homme et lui dit :
- Moi : Mon cœur, non pas ça. Tout mais pas ça. Je ferais tout ce que tu me demande mais pas ça. Si ’il te plait.
- Michel : Silence ! Tu l’as voulu et Éric t’a dit qu’il n’y avait pas de retour possible, c’est ainsi !
Je me suis foutu à pleurer plus de résignation qu’autre chose. Ils m’ont placé un baillon et fixer la tête pour que je ne bouge plus du tout. Sur l’instant je suis malheureux au possible. Le vétérinaire a alors retiré mon collier et a passé de l’alcool sur mes fesses puis j’ai senti deux piqures. je n’ai pas eu mal. Ensuite il a passé de l’alcool dans ma nuque, il a attendu cinq minutes et je ne sais pas pourquoi mais je me suis détendu et apaisé. Je ne sentais plus mes membre ni mon corps.
- Le vétérinaire. Bon il me semble prêt pour la suite.
- Michel. Ok allez-y.
J’ai senti une légère coupure dans ma nuque et j’ai senti que l’on me rentrait quelque chose sous la peau. J’ai senti que l’on me recousait et que l’on me mettait un pansement.
- Le Vétérinaire. Bon, maintenant il est pucé et vous pourrez savoir à tout moment où il se trouve mais il faudra changer la puce tous les trois ans pour la pile. Il ne court aucun risque d’infection ou autre chose et il ne pourra pas se l’enlever tout seul.
- Michel. Ok maintenant vous le tatouez sur l’omoplate gauche.
J’ai vu arriver une machine style fer à chauffer puis je n’ai plus rien vu mais j’ai ressenti quelques instants après, une vive douleur de brulure. J’ai hurlé dans mon baillon et je me suis évanoui suite à la douleur. Je me suis réveillé dans la cage avec un pansement sur l’omoplate. J’ai vu arrivé Éric qui a ouvert la cage et m’a fait sortir. J’ai mal et il le voit. Il me retire le baillon.
- Éric. Tiens prend ceci, c’est un anti-inflammatoire. Ca va faire passer la douleur. Je suis fier de toi Ptlapin même si tu as supplié ton dresseur, tu t’es laissé faire. J’en ai eu d’autres avant toi qui n’ont pas eu autant de volonté et de résistance. Bravo, tu es un bon chien maintenant tu appartiens à ton dresseur dans nos fichiers. Nous allons prendre un peu l’air avec ton dresseur et mon chiot. Vous allez pouvoir vous amuser un peu dans mon jardin.
Effectivement je vois arriver Michel avec le chiot d’Éric et nous sortons. Chacun avec son dresseur dans le jardin. Moi pour ma part je reste collé à Michel, j’ai plus envie d’un câlin de lui plutôt que batifoler dans la pelouse. Je suis assis à côté de Michel et celui-ci me caresse la tête et le dos.
- Michel. Dis Éric, il aura encore mal longtemps à son épaule.
- Éric. Non, demain il n’y paraitra plus. Deux jours tout au plus. C’est plus une brûlure qu’un tatouage mais la marque restera permanente. La marque est toute petite en forme de code barre avec un numéro dessus. Avec l’application que je t’ai mise sur ton portable, tu pourras savoir en permanence où il se trouve à 10 mètres près.
Michel. Ok je fais comment pour te régler tous le matos ?
Éric. Arrange toi avec Stéphane, tu ne me dois rien, j’ai ordre de lui envoyer la facture.
- Michel. Mais…
- Éric. Tu apprendras qu’avec Stéphane, il ne faut jamais contester ses ordres sous peine de punition donc, arrange-toi avec lui.
- Michel. Bon.
Le chiot d’Éric est venu vers moi avec une balle qu’il pousse avec son museau, voulant jouer avec moi. Michel détache ma laisse.
- Michel. Va t’amuser avec. Allez va….
J’ai regardé mon homme et Éric qui m’a fait un regard approbateur. Je suis donc parti jouer à la baballe avec l’autre chien. Au départ avec un apriori mais ensuite je me suis amusé. J’ai joué un bon moment jusqu’au départ vers la maison. Michel a rattaché ma laisse et l’a donné à Éric. Celui-ci m’a emmené dans la pièce, il m’a relevé et enlevé le masque.
- Éric. Ta formation est finie. Le reste est du ressors de ton dresseur. Si tu as le moindre problème, j’ai laissé mon numéro de téléphone sur ton portable. Michel a récupéré tes affaires et sais que tu peux me téléphoner à tout moment.
- Moi. Merci maître.
- Éric. Laisse tombé le maître, j’ai adoré te dresser et tu as été un bon élève. Je dois t’avouer que j’ai un faible pour toi et ton homme.
- Moi. Moi aussi Éric.
Il m’a alors pris et après m’avoir enlacé, m’a embrassé avec beaucoup d’amour. Ensuite il a remis mon masque et j’ai repris mon rôle de chien. Nous sommes sortis dehors et il a rendu la laisse à Michel devant la voiture.
- Éric. Voilà Michel je te le rends bien éduqué comme demandé par Stéphane. J’espère avoir réussi avec vous deux. Je te demande d’avoir toujours autant d’amour pour lui malgré ce que ce changement de vie va apporter dans votre couple.
- Michel. Il faudra que je m’y habitue mais je vais lui fixer des règles en rentrant à la maison.
Sur ce, Michel a ouvert le coffre de la voiture où j’ai vu une couverture. Je m’attendais à devoir conduire car Michel déteste tenir le volant sur de longs trajets. Mais non au contraire.
- Michel. Allez Pt lapin monte et couche-toi.
Je me suis exécuté.
- Michel. Sois sage !
Il a refermé le coffre et nous avons pris la route de la maison. Je me suis assoupi. Une fois dans notre garage attenant à la maison il m’a fait descendre et m’a emmené dans la cuisine.
- Michel. Assis ! Bon maintenant voici les nouvelles règles de la maison !
- Michel. Je ne veux plus que tu travailles ! Tu donneras ta démission, je gagne très bien ma vie pour nous nourrir. Nous partirons moins en vacances. Je vais virer la femme d’ouvrage et tu feras le ménage ici et tu prépareras les repas. Nous mangerons ensemble et en civil pour toi. Le reste du temps, tu resteras dans ta tenue de chien ! Tu ferras les courses aussi pour le ménage en civil ! Tu iras dans la salle de sport de Stéphane et Marc. Le coach sportif va s’occuper de toi ! Tu as voulu me mettre à ton gout maintenant à ton tour ! A partir de ce jour je veux que tu puisses recevoir ma queue en permanence dans tous tes trous ! As-tu quelque chose à dire ?
- Moi. Oui juste une chose
- Michel. Fais attention à ce que tu vas dire !
- Moi. Je ne peux pas quitter mon boulot comme cela, je dois laisser le temps à mon patron de me remplacer.
- Michel. Accordé ! Autre chose ?
- Moi. M’aimes-tu encore ?
J’ai eu comme réponse l’arrachage de tout mon attirail et mon homme m’a fait l’amour comme jamais dans notre lit. A ce moment je suis heureux de le retrouver et de me retrouver dans ses bras. Après une bonne douche, il m’a replacé ma queue de chien et j’ai dormi dans ses bras une bonne heure mais ayant faim, je me suis levé en douceur et je suis parti manger une pomme dans la cuisine avec un jus d’orange. Il est venu me retrouver.
- Michel. Que fais-tu debout ?
- Moi. Excuse-moi mon amour mais je n’ai rien mangé depuis deux jours et je commençais à ne pas me trouver bien dans le lit, de plus, j’ai des picotements partout.
- Michel. Bon ok, les picotements c’est normal, c’est dû au vaccin anti tétanique que t’a fait le médecin avant de te faire les deux interventions. Il m’a dit que c’était possible.
Il a attendu que j’ai fini et ensuite, il m’a replacé mon collier et nous sommes retournés au lit. Il m’a poussé à ses pieds pour dormir.
- Michel. Dorénavant, c’est ta place de chien ! Dors maintenant !
J’ai fini par dormir. Dans deux jours je recommence à travailler et je dois annoncer la mauvaise nouvelle à mon employeur. Je suis un peu déçu de devoir arrêter de travailler car j’ai beaucoup de fierté à faire mon job mais par amour pour Michel, je vais le faire.

Voilà Pat, comme convenu je t’ai raconté notre aventure dans les moindres détails. Nous espérons Michel et moi vous voir prochainement et je voudrais surtout pouvoir te parler en privé.
Encore merci à vous deux.
Pt lapin et Michel.

Pattlg

Pat_203@hotmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Domination par Stéphane mon futur mari

Chauds les Minets

Dernière mise à jour publique

Maître Olivier Chopassif
Hétéro ? Eric
Quel petit gourmand ce cousin ! Mister Anoniman
Triangle à géométrie variable… Yan
Kacem Rafael
Un bon gros colis Ghost writer
Le nouveau voisin Frank
La bite de "papa" Ghost writer

Nouveaux épisodes

Le mec idéal -27 Pititgayy
Vendredi soir aux Tuileries -03 Stéphane Juin
Le moniteur moto -03 Sketfan
Le moniteur moto -04 Sketfan
Ce voisin discret -02 Elliot
Mon rêve américain -04 Maxou
Le voisin d'en face -02 Charly Chast
Julien en famille -09 Marco10e

Aout 2018

2 copains d'enfance Maxodu
Le cirque itinérant Matt
Oumar le Malien Adama
Site de rencontre Candide78
Le donjon SM de Dan Bearwan
Prof de sciences Anoniman
J'essaye l'escrime -01 Ulrich35
Il était temps ! Nynyon
Voyage Initiatique -04 Ninemark
Voyage Initiatique -05 Ninemark
Chambres à louer -06 Jeanmarc
Sur la digue Rafael
De la balade a la transformation Jonathanpraline
Mon meilleur ami et moi Wawan
L'inconnu de la poste Pititgayy
Remis à ma place Pititgayy
Un ange Angeldevil
Charmant voisin Discrétion exigée
Humiliation et sadisme Orly
Mes deux papas Bearwan
Un jogging surprise Loic Du 56
Plus on est de fou... rom.3004
Mon univers rocambolesque Grandhomme44
Chroniques de Lope75 Lope75
L'annonce Stephanebrest
Visite de Mehdi Chopassif
After work Imbot4top
Mon coéquipier hétéro Étalon
Ce premier massage Nicolas 89
Scouts Frank
Travaux d'été entre voisins Corentin
Une fin de soirée inattendue Nicolas 89
Formatage d'une nouvelle vie PhallusBareback
Mes premières fois Tdmiens0
Moi, Kevin, Mâle Alpha Kevin Alpha
Marc Chopassif
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)