14 Août.
57 histoires en accès privilège.
13 Août : 16 histoires en accès public + Nouvelles photos

VIP
"Accès privilège" des histoires juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Incongru -01

Je suis sur la butte Montmartre en coloc pour quelques jours car j'aime ce quartier cosmopolite : Quartier gastronomique et culturel d'un charme architectural authentique, parsemé d'escaliers et de vieux lampadaires des année 50. On  se croirait dans le vieux Lyon. Mais très vite si on  sort des sentiers battus s'ouvre les portes d'un autre Montmartre, celui des petites rues chargées d'Histoire, d'artistes peintres dessinateurs, brocanteurs, etc.

Mon locataire, la trentaine mettait « naturisme souhaitée non obligatoire », et PAF (participation aux frais). A force de fréquenter les hôtels, je les ai pris en grippe. La dernière fois j'avais fait scandale parce que la SDB  était pleine de blattes. Et concocter des échantillons vivants de ces « blattoptères » placés dans une boite d'allumettes que j'avais envoyé au service d'hygiène avec la carte de l'hôtel, ça allait de soit pour moi-même à 1 heure du matin. Le directeur m'a remercié pour la fermeture administrative dont il avait fait l'objet malgré une ristourne de 50%. Question hygiène ne faut pas me faire chier surtout après une nuit blanche.

Bon je suis à la bonne adresse, l'immeuble sûrement des années 50 style vieille France en carte postale défraîchie. J'ai le code d'entrée, son nom, l'étage. Au 7e étage, mon chiffre porte bonheur. Mais à la vue de l'ascenseur des années 60 avec doubles grilles métalliques, je trouvais plus prudent de monter à pied. Dring, je souffle comme un veau devant sa porte ! Il m'attend mort de rire à « oilpé » : T'es mal entraîné ou « Ascensumophobique  » ?  Nous faisons les présentations, il me propose de visiter l'Apt et le salon équipé d'un home cinéma. Ta chambre, il n'y a pas de SDB mais d'un SPAS commun, ton bureau avec pc, une TV, et un 2e salon si tu veux recevoir des potes. Le reste c'est partie commune du moment que c'est nickel chrome ! Question pratique mon téléphone est sur le porte car je travaille en 3X8. Je t'afficherais mon emploi du temps pour que tu me laisses dormir quand je rentre à 5 H du matin. Les clefs sont accrochées près de la porte. Je lui laisse la caution promise lors de la négociation, une semaine de loyer d'avance plus une copie de ma CNI (ce qui a l'air de le surprendre car il ne me l'as pas demandée).

On se prend un SPA ensemble pour faire connaissance ?  Je taffe ce soir à 21 heures à l'hôpital comme brancardier. On a le temps de se doucher  et de manger.  Après profite de ta soirée. Je t'ai préparé chili corn carné ou Carbonara Italienne au choix.

-Chili bien relevé sans hésiter répondis-je !

-Tu me laisses 15 minutes que je dépose mes affaires.

-Pas de problème, et tu me rejoints ? Comme un imbécile je cherche un maillot de bain alors que cela fait 30 mm qu'il est à poil à déambuler devant moi. Je m'en vais le rejoindre "naturistement". Il est plus jeune que moi mais bien foutu athlétique, même si j'ai l'avantage côté musculature. Ca fait drôle de se retrouver en parfait inconnu à faire trempette dans un SPA en moins d'une demie heure. D'autant qu'il est Antillais, et vous connaissez mon goût pour les peaux basanées. Je n'avais pas réalisé à son prénom Félidé. Nous papotons comme des gonzesses de tout et de rien, et sans que j'y prête attention il me savonne le dos, les pieds avec une sensualité hors du commun quasi juvénile. Je me laisse faire docilement. Au moment de nous sécher, il me propose naturellement de m'essuyer le dos en s'attardant sur mes fessiers. Lorsque nous nous fîmes face à face difficile de ne pas voir son gourdin prometteur qui se raidissait. Mais c'est à peine s'il m'effleura le pénis dont il complimenta le volume pourtant « deturgescent ». « C'est dame nature répondis-je gauchement ! ».

Nous dînons ensemble, son chili une merveille mais j'ai forcé sur le Sauvignon pour me soulager le palais. Epicé j'avais demandé, que je l'avais eu à la louche. Je le regarde partir au taffe, j'en profite pour m'approprier la chambre qu'il me prête pour y ranger mes affaires. Faire un repérage des lieux. Je jette un œil au home cinéma mais finalement renonce à la centaine de films bien rangés : Visiblement nous n'avons pas les mêmes goûts cinématographiques. Je constate la présence de films gays mais ce n'est pas mon truc. Je me laisse tenter par du Reggae Rasta Music dont je ne calcule pas le volume sonore par trop occupé à planifier mes RDV à venir dans la semaine. C'est à peine si je réalise que l'on tambourine violemment sur la porte car je n'entends pas la sonnerie. Je vais entrouvrir la porte sans réaliser que je suis nu. Je tombe sur un couple du 6e étage qui s'excuse car ils pensaient tomber sur Félidé. Je sors sur le palier en tenu d'Adam pour comprendre ce qu'il me disent : Votre musique est trop forte ! Je m'excuse comme il se doit, et referme.  Découvre un casque audio que je branche pour m'éviter d'autres désagrégements de ce genre car je ne suis pas chez moi. Ça commence bien ! Il n'est pourtant que 22 H15 !

22 H 45 rebelote, on tambourine à la porte. Une jeune femme du 5e étage me demande si Félidé est là. Je suis toujours à « oilpé » en entrouvrant la porte : Elle m'explique qu'il a ses clefs d'Apt, et qu'elle aimerait rentrer chez elle. Comme je ne sais pas ou elles sont rangées,  je l'a laisse entrer. Elles les trouvent du premier coup comme si elle était chez elle sans prêter trop d'attention à ma nudité. Je referme la porte en priant que cela s'arrête. Je suis cool d'être à « oilpé » chez un inconnu, et n'ai pas envie de m'habiller décemment vu l'heure. L'envie de poser un « post it » sur la porte du genre « colocataire naturiste, c'est 10€ la visite » m'effleure l'esprit, mais je ne suis pas chez moi alors censure oblige. 23H00,  j'entends la sonnette. Mais ça ne va pas s'arrêter ce soir !  J'entrouvre la porte cinq lycéens surpris de me trouver là m'expliquent qu'il viennent rendre des CD  à Félidé. Je m'apprête à prendre le paquet lorsqu'il  force la porte pour entrer en m'annonçant  que Félidé leur a préparé d'autres CD. J'avoue ne pas savoir ou ça se trouve.  Mais ils vont directement se servir sur le bureau. Le leader  pour me rassurer me dit : On va lui laisser un post it. J'acquiesce décontenancé ! Le dernier de la troupe me met la main au paquet en m'annonçant « t'es bien gaulé mec on va revenir. A peine la porte refermée, j'entends gueuler « ascenseur bloqué ». Je ressors sur le palier mais impuissant, je demande à une vieille dame bloquée entre deux étages ce qu'il faut que je fasse pour la libérer. Je la sens enthousiasme à m'apercevoir nu en gesticulant pour en apercevoir plus. Elle m'explique qu'il me faut secouer les portes métalliques de l'ascenseur énergiquement. Effectivement l'ascenseur redescend. Mais au moment de faire demi tour la porte claque. Oups !

Je réalise piteusement que je suis nu sur un palier derrière une porte fermée à surveiller bêtement un ascenseur qui monte descend, s'arrêtant aux étages inférieurs heureusement. Que faire ? Frapper chez les voisins ? Putain de soirée, ça commence mal. Pas de clef ni de téléphone, nu comme un ver. Et comme option « nada »? Je soupèse mes chances quasiment nulles d'échapper à la rugosité du paillasson de la voisine en me tannant le cul. Surtout éviter l'ascenseur, car pour aller ou ? Manquerait plus que je reste bloqué entre deux étages. Abattu, je me prosterne dos à la porte dépité. Six locataires par étage, et un autre au dessus. Ca fait 11 possibilités de croiser quelqu'un si j'exclu celui de Félidé.

Une demi heure passe, j'entends une voix féminine à l'étage qui s'entretient avec un homme puis claque la porte. Va-t-elle choisir l'ascenseur ou l'escalier ? Trop tard, je l'entends dévaler l'escalier. Je ferme les yeux pour qu'elle m'ignore en me recroquevillant.

-Ben mon grand qu'est ce que tu fais là en cette tenue ?

-J'attends la livreuse de pizza

-T'espère une remise dans cette tenue ?

-Je suis chez Félidé coloc depuis trois heures, et la porte a claquée, il va rentrer à 5 heures du mat

-Allez viens tu ne va pas rester là toute la nuit,  je t'emmène chez mon frère, on habite au dessus.

Je saisis la main qu'elle me tend et la suis docilement ridiculement au 8e. Elle ouvre une porte et me pousse dans la SDB en interpellant  son frérot apparemment sous la douche.

 -Maxou, tu as de la visite. Viens à mon secours il est nu comme un vers devant la porte de Félidé  dont il n'a pas la clef. Je vois sa tête apparaître derrière le rideau de douche mort de rire.

-Vexé, je lui demande ce qu'il y a de drôle ?

-Ma soeurette trop drôle ! Je l'envoie chercher une pizz elle me ramène en moins de cinq minutes un bô mec à oilpé.

-Au lieu de te moquer prête lui un peignoir, moi je retourne chercher les pizz.

-En se tournant vers moi, tu en veux une ?

Pas le temps de répondre elle est déjà repartie. Max sort de derrière le rideau et me tend un peignoir.

-Je te préférerais dans mon lit dit-il en me faisant un clin d'œil polisson.

-Je ne suis pas PD.

-Alors on passe à quoi ? Tu as deux options ? Tu me rejoints sous la douche et je termine de me rincer, on se retrouve au bar en attendant que soeurette revienne ?  Pas le temps de répondre, il m'entraîne sous la douche. Tient commence à te mouiller, je vais te savonner le dos, et tu me rendra la pareil. Mais en fait de dos c'est ma verge impassible qui l'intéressait. « T'es bien gaulé dommage que je ne te fasse pas plus d'effet.

-Scuze moi mais ça commence mal ma première soirée de coloc.

-Tu va vite changer d'avis, attend que Chloé revienne !

-Whisky vodka ou Coke me lance t'il à la volée ? Whisky sans hésiter ! Déjà il est parti chercher la commande. Pour me donner du courage ou une contenance, les deux à la fois, je m'enfile le verre de whisky cul sec.

Je me laisse savonner comme un gosse alors que je suis son aîné de dix ans au moins. Il est très sensuel même si je lui trouve beaucoup d'insistance à s'attarder dans mon entre fesse en me tâtant au passage copieusement les balloches. Soeurette revient et annonce qu'elle pose les pizz dans le salon.

-Elles sont hyper chaudes, ça nous laisse une demie heure !

-Ne bouger pas les garçons je m'en vais vous sécher annonce t'elle. Elle est déjà là avec une serviette de plage si entreprenante que nous ne pouvons que nous exécuter sans discuter. Nous ordonnant de nous tourner, lever la cuisse puis l'autre, nous baisser pour sécher notre entre cuisse, nous retourner, s'attarder sur nos verges qui remontent de la tête forcément. Je vais être obligée de fignoler dit-elle en avalant nos deux bites l'une après l'autres puis ensemble non sans nous malaxer les olives. Et en astiquant frénétiquement nos manches au bord de la congestion. Je vous préviens les garçons le premier qui jute devra finir le travail avec l'autre. Evidemment ça tombe sur moi, j'ai jouis trop vite, et je dois sucer Max qui m'asperge copieusement en gorge profonde. Pour nous remercier elle nous embrasse à profusion pour ne rien perdre de notre sémination commune. C'est vertigineux émotionnellement.

-Assez jouer les garçons si vous êtes sages cette nuit vous aurez droit à ma fontaine incendiaire et vous devrez faire les pompiers. Un brun imberbe un blond poilu, j'ai de la chance confesse t-elle. -On va manger maintenant !

-Max me susurre on a intérêt à assurer ce soir !

-Comment ce soir mon locataire est d'am donc à 20H t'es libre.

- donc à 20H t'es libre !

-T'as une recette pour assurer vu sa boulimie.

-Oui mais c'est secret défense du « bois bandé » à l'Africaine. Mais c'est du costaux à 80€ les 5 grammes.

La soirée arrive, Max me propose décemment un peignoir mais comme il n'en à pas, je refuse. Entre temps Chloé s'était mis à l'aise seins nus string ficelle. Un vrai régal à zieuter et un supplice pour garder nos queues au repos. J'avais le vertigo, c'était  trop d'émotion d'un coup ! Je demandais discrètement à Max de me resservir copieusement un verre sans trop réaliser ce qui m'arrivait. Un verre vide en appelait un autre jusqu'à ce qu'il décida de passer à autre chose en me faisant un clin d'œil, en me présentant un cocktail de sa composition. Que je sirotais prudemment ne sachant si Max me tendait un piège ou non. Il me glissa à l'oreille : « pas plus de deux verres sinon c'est la cata, on ne peux plus débander, et direct les urgences… Les pizz furent vites avalées et l'atmosphère bon enfant me faisait oublier que je n'étais pas chez Félidé. Désinhibé alcoolisé, drogué, dénudé,  je ne réalisais pas avoir forcé sur les deux bouteilles de whisky que j'avais vidées.  Ni sûrement que Max et/ou  Chloé de mèche cherchait à me pousser  à la griserie pour m'abuser. A peine si je réalisais que Chloé avait abandonné le string qu'elle m'avait cravaté autour du cou. Ni que par moment, ils copulaient complices sous mes yeux en me faisant partager leur sémination adultérine sans se soucier le moins du monde de mon « consentiment » embrouillé.

Ame sensible s'abstenir, je ne présage rien de vertueux à venir !

Je ne réalise pas d'avantage aussi « shooté» me retrouver dans d'un lit entouré de Chloé et Max en pleine nuit. Chloé sa touffe à la hauteur de mon visage, Max ses mains sur mes attributs, moi son sexe à portée de bouche. Putain, je rêve ou quoi ?  Je m'abstiens de manifester un quelconque mouvement évoquant un réveil, par trop occupé à rassembler mon esprit embrumé d'effluves charnelles. Impossible de reconstituer le puzzle de la soirée ! A la rigueur la chattemite détrempée de Chloé que j'avais sous le nez. Je ne mettais jamais retrouvé dans une telle situation. Pourtant marié, j'avoue aucune expérience de triolisme, et compte tenu des circonstances, je me gardais bien de faire allusion à ma bisexualité.

La position est inconfortable inconvenante pour que je tente quelque chose à bâbord ou tribord sans réveiller l'un ou l'autre. Ca me semblait plus simple du coté de Chloé. Mal m'en pris, j'ai senti Chloé m'aboucher à son buisson en me murmurant : « Je veux que tu me fasses mouiller comme cette nuit ou vous m'avez pris à deux mes polissons. Oups ! Le Max qui avait tout entendu (de mèche sûrement), m'engloutit ma nouille pour me déclancher une trique d'enfer. L'abricot détrempé de Chloé donnait l'impression d'une fontaine cherchant à me noyer de sa cyprine. Elle nous fait changer de position accouplant la bouche de Max à sa pissette dégoulinante. Moi la queue de Max poisseuse me ramonait  les amygdales. Elle décide soudainement : J'attends les garçons que vous me dosiez les trous, et mettez le paquet j'ai le feu au cul. Je crois que jamais nous avions autant crachouillés de purée. Tous poisseux nous dûmes encore nettoyer de concert son aquarium que nous nous partagions en nous embrassant fraternellement. Cette odeur de sperme si enivrante nous rendait euphorisant. Chloé annonce qu'elle va se doucher, il faut qu'elle aille taffer. Les garçons vous préparez le petit déj. Max tenta bien de me polir popaul visqueux sans résultat. Mes couillons aussi raplapla que des olivettes déshydrater. J'étais complètement à l'ouest !

Nous déjeunâmes biroutes molles sentant le hareng saur. Vous irez vous récurer le manche à air sinon je m'en occupe au gant de crin décréta Chloé en partant.

-Soyez sages les garçons ! S'adressant à moi, « t'inquiet, je mets un post it sur la porte de Félidé pour qu'il sache ou tu es. Elles nous embrase au passage en nous mettant la main au paquet souveraine, et disparaît comme un courant d'air. A toute !

J'annonce à Max que je pars à la douche, qui me rejoint sans tarder. Je conjoncture mal l'évolution de cette situation ombiliquée dans laquelle je me suis embarqué malgré moi, si inattendue. La  ressouvenance de ma femme me met mal à l'aise même si ce n'est pas la première fois que je la trompe. Mon locataire comment va-t-il réagir ? Et mon RDV de demain qu'il faut que je prépare. Finalement Félidé se pointe à 11 heures pour venir me chercher enjoué. Je prends congé de Max en le remerciant, Chloé absente.

Félidé m'annonce qu'il ma préparé un « Tianv » de légumes pour le midi, c'est très léger : oeufs au plat, poivron rouge endive vapeur jus de citron poivron, courgette, tomate, crevette. Super et enthousiaste, je lui fais un bisou affectueux.

-Dis donc, tu ne m'avais pas dit que t'étais PD ?

-Je suis pas PD, c'est le trop plein d'émotion et l'alcool sûrement. En vérité je suis BI  refoulé car j'ai les mains liées étant marié.

-Ben mon cochon, j'ai intérêt à bien te surveiller sinon je vais devoir aller te chercher au 8e étage toutes les nuits. Tu sais les deux frangin(e) s, tu vas leur plaire, c'est des vicelards de première, et la soeurette une mytho de première. Ils m'ont piqués plusieurs colocs. Heureusement que tu m'as payé d'avance.

Concernant la porte : Excuse moi je ne t'avais pas prévenu pour la clef, mais il y en à toujours une de secours cachée dans l'armoire électrique du palier. De toute façon, il y a un bloc porte pour éviter que la porte ne se referme. Tu t'es fait rouler dans la farine avec le frère et la sœur qui connaissent l'existence de cette clef. Je lui décris toutes les situations inattendues auquel j'ai été confronté nu sur un palier devant un ascenseur le cul sur le paillasson râpeux de la voisine. Mort de rire, il était : Heureusement que ce n'était pas la sortie des écoles, j'aurais du aller te chercher au poste de police. Je passe sous silence la débauche sexuelle de Chloé et Max dont j'ai été malgré moi entraîné à demi inconscient.

-Allez je te laisse tranquille préparer ton RDV compte tenu que tu as dû avoir eu  la totale.

-Quelle totale ?

-Parait qu'ils sont chauds sexuellement.

-Ils sont vraiment frère et sœur ?

-Ca c'est mystère de chez mystère, on n'a jamais su vraiment, mais couple à trois, ils aiment et ne s'en cachent pas.

-Je peux prendre un SPA avec toi, ils m'ont retournés la tête à l'envers.

-Et les hormones aussi sûrement, rires !

-Pour esquiver la question, je ne trouvais rien d'autre à répondre que : « Me souviens plus,   j'avais la tete dans le cul ». Elle a tellement servit  ta « merguez » qu'elle ne désenfle pas. Rires !

-Je n'ose même pas imaginer le reste. Je vais te donner de l'aspirine. Félidé a ma grande surprise fut d'un sensualisme complice sans chercher à profiter de ma vulnérabilité humiliante. Câlinoux à souhait,  je lui en étais reconnaissant. Je n'avais que quatre heures pour préparer mon RDV. Je m'assoupis, il avait disparu. Je remarquais qu'il avait réglé la température du SPA, réduit les remous et mis en route la sono pour que cela me réveille pour être à l'heure à mon RDV.

Putain 15 heures !  Me fallait faire le vide émotionnel sans tarder, me préparer dardar avec deux heures d'avance sans trop traîner car j'avais repéré les lieux en arrivant. En partant un post it me rappelait de prendre les clefs, ou de me servir du bloc porte si besoin avec un simley moqueur. J'en profitais pour lui répondre « je m'occupe du dîner » : pâtes à la carbonara al dente. Et surprise du chef, signé, Polo, avec un simley goinfre !

Mon RDV fut pleins de promesses mais me fallait y retourner le lendemain pour conclure avec le PDG absent. Sur le chemin du retour pour fêter cette presque demie victoire je pris deux bouteilles de whisky pour remplacer celles que j'avais torchées la veille. Je m'allongeais nonchalamment sur le canapé en sirotant verre sur verre ce whisky tant convoité. Félidé qui me sortit de ma torpeur.

-Et Boy,  on s'en boit un dernier ensemble sinon tu vas être knock-out avant le repas.

-Merde c'est vrai que c'est mon tour de cuisine.

-T' inquiet, pour ce soir !

-si t'es « cassé»j'ai prévu chinois !

-Et ce RDV ?

-Je lui montre le champagne prévu pour demain en cas de victoire, il me faut conclure demain mais c'est prometteur.

Ma carbonara était réussit, Félidé ne tarissait pas d'éloges et avait trouvé génial l'estragon pour parfumer le plat. Il a rattrapé le coup pour le vin que j'avais oublié. Un Riesling alsacien de première ! Nous Décidâmes d'une petite sieste câlin coquin sur le canapé. Il travaillait l'après midi !

En partant il me déclare solennellement je compte sur toi pour cette nuit alors oublie le 8e étage.

-Pour faire diversion, un goulasch ça te tente ?

-Tu sais faire ça ?

-Non, mais tu vas me servir de cobaye

-Bon je prévois la bouffe de l'hosto au cas ou.

Voilà lecteurs (trices) le moment que je déteste le plus car le récit n'est pas terminé.  Certains me reprochent des longueurs, d'autres que je les laisse sur leur faim.

Dilemme, comment contentez tout le monde ?

J'attends vos avis, une seconde partie est en cours d'élaboration !

Scoubidou38

phje@worldonline.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Portrait d'un double face ! - Esteban (dit Esté) - Chubby Chub - Vacances déjantées - Destroy le covoiturage au final - Bains Turcs - Petite bite, dit la Biloute - Vide Burnes - Incongru - Casey - Godeminou à trou-ducs - Le colocataire renversant - Un ange Satanique caché : Abdel - Chaud Bouillant - Le rouquinoux - Dépave entre adultes consentants - Steffen and co…. - Alfredo & Geoffrey - Pablo Colombien - L'Alpha et l'Oméga - Adrien « masseur » - Déprave au sauna

Chauds les Minets

Dernière mise à jour publique

Maître Olivier Chopassif
Hétéro ? Eric
Quel petit gourmand ce cousin ! Mister Anoniman
Triangle à géométrie variable… Yan
Kacem Rafael
Un bon gros colis Ghost writer
Le nouveau voisin Frank
La bite de "papa" Ghost writer

Nouveaux épisodes

Le mec idéal -27 Pititgayy
Vendredi soir aux Tuileries -03 Stéphane Juin
Le moniteur moto -03 Sketfan
Le moniteur moto -04 Sketfan
Ce voisin discret -02 Elliot
Mon rêve américain -04 Maxou
Le voisin d'en face -02 Charly Chast
Julien en famille -09 Marco10e

Aout 2018

2 copains d'enfance Maxodu
Le cirque itinérant Matt
Oumar le Malien Adama
Site de rencontre Candide78
Le donjon SM de Dan Bearwan
Prof de sciences Anoniman
J'essaye l'escrime -01 Ulrich35
Il était temps ! Nynyon
Voyage Initiatique -04 Ninemark
Voyage Initiatique -05 Ninemark
Chambres à louer -06 Jeanmarc
Sur la digue Rafael
De la balade a la transformation Jonathanpraline
Mon meilleur ami et moi Wawan
L'inconnu de la poste Pititgayy
Remis à ma place Pititgayy
Un ange Angeldevil
Charmant voisin Discrétion exigée
Humiliation et sadisme Orly
Mes deux papas Bearwan
Un jogging surprise Loic Du 56
Plus on est de fou... rom.3004
Mon univers rocambolesque Grandhomme44
Chroniques de Lope75 Lope75
L'annonce Stephanebrest
Visite de Mehdi Chopassif
After work Imbot4top
Mon coéquipier hétéro Étalon
Ce premier massage Nicolas 89
Scouts Frank
Travaux d'été entre voisins Corentin
Une fin de soirée inattendue Nicolas 89
Formatage d'une nouvelle vie PhallusBareback
Mes premières fois Tdmiens0
Moi, Kevin, Mâle Alpha Kevin Alpha
Marc Chopassif
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)