7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précedent

Le mec idéal -28

Imprévu dans les bois

Voilà la dernière semaine officielle de cours, celle du stage de terrain. J’avais peur de ce que ça allait donner vu notre enseignant et la super organisation de la fac. En effet, la seule info qu’on a eu c’est le lieu de rendez-vous aujourd’hui : la fac. En bon professeur étourdit, celui qu’on surnomme Mr Abeille ne nous a pas donné le numéro de la salle. Je suis un peu plus informé que mes camarades puisque je sais que en plus du collègue botaniste de Mr Abeille, il va y avoir deux futurs enseignants en master, en l’occurence mes deux amis Damien et Nicolas. Qui eux sont informés de la salle où nous devons aller : tout en haut du bâtiment des sciences dans les vieilles salles de tp. Ils savent également que nous allons avoir des cours rappels de ce que nous allons étudier, que ce soit en botanique ou en entomologie. Beurk, je n’aime pas les insectes à part les papillons, coccinelles, bref ce qui ne pique pas, ne mords pas, est joli de loin et ne rentre pas dans les maisons!

À 8h sonnante nous sommes devant la salle en attendant Mr Abeille qui a les clés. Damien et Nicolas sont hyper classes dans leur chino et chemise, pantalon bleu marine et chemise blanche pour Damien, camel et blanc pour Nicolas. Les deux sont bien coiffés. La chemise de Nicolas est un peu plus moulante que celle à Damien mais ils sont tout aussi sexy l’un que l’autre. Concernant la suite de l’organisation on apprend donc en attendant les profs que demain on est sur le terrain à ramasser les insectes, faire des lignes d’inventaires pour les plantes. Mercredi on sera en salle de tp pour commencer à faire les identifications des insectes et des plantes. Jeudi retour sur le terrain pour que vendredi on continue les études et la mise en place d’un herbier. Ce qu’on n’aura pas le temps de faire, ce sera à faire toute la semaine prochaine, pour se conclure la semaine suivante par une petite épreuve écrite, un oral seul où on étudiera soit des insectes soit une plante, un oral en groupe où on présentera un diaporama de ce que l’on a fait sur ces deux semaines. Je ne sais pas pourquoi mais je sens le truc chiant arriver.
8h20 les profs arrivent alors que Damien fini de nous expliquer le planning, c’est parfait il ne nous manque plus qu’à savoir où on va. Ce qui est corrigé quelques minutes plus tard en plus de savoir qui fait quoi : Mr Abeille et Nicolas nous feront les rappels sur la partie zoo, Mr Plante et Damien sur la partie bota. On a deux salles de tp, donc deux groupes, je me précipite dans la salle où mes deux amis seront. Pas que je n’aime pas Mr Abeille mais il n’a pas l’attrait que mes deux amis ont. Marc m’a suivi, on va se mettre en groupe de quatre, il nous manque encore deux coéquipiers que nous trouvons assez facilement dans le groupe d’amis que nous sommes. On sera avec le couple qui s’est formé dans l’année entre mon pote chaud et la fille avec qui je m'entends le mieux du groupe (elle a compris que son mec ne risque rien, l'autre a peur car ça lui fait un concurrent). On est donc au minimum deux sérieux, ça devrait bosser. Surtout qu’elle mène son mec par le bout du nez, il s’est mis à bosser.
En tout cas, heureusement que je suis avec les deux profs sexy car sans ça les révisions sont barbantes. Utiles pour la partie identification des insectes car on ne l’a jamais fait, mais pas passionnant. C’est en tout cas amusant de voir Nicolas parler d’un sujet qui l’intéresse autre que le sport ou le sexe. Même si je note tout ce qu’ils disent, j’avoue que je mate plus leur cul et les muscles qui roulent sous la chemise. La première journée est incroyablement longue…

Une fois la journée terminée à 18h, on rentre à l’appart. On a proposé à Nicolas de nous rejoindre car Jérémy reste chez ses parents après la semaine passé avec nous. Le temps que Thomas rentre je réfléchis à ce qu’on va manger pendant que je me lave. Je vais faire avec ce qu’on a dans le frigo, il y a un vieux poivron un peu défraîchi qui attend, un peu de poulet, des champignons. Bon bah en rajoutant un peu de crème fraîche et des épices, avec des pâtes ça sera parfait. Je commence à préparer, ça sent bon quand Thomas rentre. Nicolas se plaint que la cuisson de l'oignon lui pique les yeux, Thomas se moque de lui car il y a certains oignons qui ne le dérangent pas. Je ne sais pas pourquoi j'ai un fou rire sur cette blague totalement nulle. Je me reconcentre sur la cuisson de mon plat qui est rapidement prêt. On passe à table. Thomas a presque un orgasme culinaire à l'entendre vu les compliments qu'il fait sur mon plat puis sur ma cuisine en général. Pendant que Damien fait la vaisselle on s'installe dans le canapé, je me suis mis sur le côté et Thomas s'installe au milieu. Nicolas prend la troisième place sur le canapé. Quand Damien arrive après avoir fini la vaisselle, il s'installe sur le bord du canapé. On lance un film que j'adore, L’antorium de Mr Magorium. Je m'endors en écoutant la musique du film. Je me réveille quand Thomas me prend dans ses bras pour m'emmener dans le lit de Damien. Alors qu'il s'installe à côté de moi, j'entends Nicolas qui demande à Damien si ça fait longtemps qu'on dort tous les trois ensembles.
D : “Oh, à peine deux jours.”
N : “Mais… vous faites que dormir ?!?”
D : “Oui, on est encore en discussion pour savoir qui commence à prendre Valentin ahahah.”
T : “Ce sera moi !”
V : “Rêves mon grand!”
Notre invité se fait raccompagner à la porte, il sait bien que Damien plaisante. On se couche enfin après une longue et passionnante journée.

Le mardi matin on se retrouve tous assez tôt, Nicolas, Damien, Marc et moi. On va faire du covoiturage jusqu'au point de rendez-vous pour se promener dans les bois. Je ne sais pas ce qui me prend à commencer de fredonner la chanson pour enfants : “promenons-nous dans les bois”. Avec un grand sourire Nicolas annonce que le grand méchant Thomas n'est pas là heureusement pour nous. Mais qu'il y a le grand méchant Nicolas… zut je n'ai pas de petits pots de Jérémy avec sa galette bien ronde. Heureusement que c'est Damien qui a prévu l'itinéraire car sans lui on se serait perdu à raconter nos bêtises. Ahlala les bois perdus en campagne… Ce matin on va visiter une Chênaie et cet après-midi une tourbière. Je sens que je vais finir les pieds dans l'eau. Tant que c'est pas le cul… Tout le monde est à l'heure pour une fois, les explications commencent. Mr Abeille annonce la répartition des groupes, j'espère être avec Damien. Raté, je serai avec Nicolas. La première chose qu'on remarque comme quantité d’insectes, c'est les moustiques. On commence déjà à se faire dévorer. Heureusement Damien est prévoyant et nous a donné de quoi se protéger. Je ne sais pas pourquoi j'imagine tellement Thomas nous sortir une blague comme quoi il préfère se faire sucer par un humain que par une bestiole, surtout que ce n'est pas le sang qu'il aime se faire pomper. Sur toute la journée nous avons attrapé le plus d'insectes possibles, mais on trouve surtout les mêmes qui ne me plaisent guère. Beurk, dire qu'il va falloir trier tout ça. Le moment le plus amusant a été le midi quand pour manger nous avons rejoint les voitures, il y a eu à ce moment-là un biais énorme dans la récolte d'insecte. Effet opérateur dû à l'estomac… Dans l’après-midi alors que je cherche des insectes grâce à mon filet, je cours après une libellule au bord d’une mare. Les herbes hautes me cachent le niveau de l’eau que je découvre une fois que j’ai mis les pieds dedans. Il fait beau ça va sécher j’espère, on va déjà salir la voiture avec toute la terre qu’on a sur nos chaussures. Le soir on finit plus tard que prévu à cause des transects de plantes qui nous ont ralenti, plus le temps de poser Marc et de rentrer Thomas est déjà là sur le canapé, propre et prêt à manger. Mais je n'ai rien prévu. C'était sans compter sur le grand brun qui ne nous voyant pas rentrer a commandé des makis. Une fois dans le lit j'essaie d'échapper au grand bras de Thomas en me collant à Damien mais ça ne sert à rien : je me fais tirer au milieu du lit et cerner par mes deux amis voulant leur câlin. Aaaah j'ai trop chaud !
Mercredi en salle. Heureusement on garde nos deux jeunes professeurs pour nous aider même si un seul des deux nous surveille quand on est dans les bois. Je commence par trier les plantes ramassées et les mets à sécher en vue de faire l’herbier. Ça prend moins de temps que l’étude des insectes que je suis obligé de faire aussi. C’est horrible. Je sens que je vais en rêver cette nuit. Damien voit mon dégoût et essaie de nous aider alors qu’il n’aime pas plus ces bestioles que moi. Dès qu’on rentre je vais me laver histoire de retirer cette désagréable odeur d’alcool et d’insectes plus très frais. Je prépare ensuite à manger pour nos quatre estomacs. Demain retour dans les bois.

J’ai super mal dormi. Je me suis réveillé pleins de fois dans la nuit à cause de ces horreurs. Beurk. Aujourd’hui je ne m’occupe pas d’en ramasser à part des papillons et des libellules. Si on en voit. Ce qui n’est apparemment pas le cas. Mais des moustiques, il y en a encore à foison. La matinée commence calmement dans une forêt jeune où la végétation se reforme. Ce n'est pas plus passionnant que tout ce qu'on a fait jusqu'ici. On retrouve avec joie nos voitures le midi pour pouvoir manger. Au moment où je m'éloigne pour aller soulager un besoin naturel, je tombe sur Nicolas en train de s'amuser seul. J’ai presque envie de le féliciter mais en même temps je suis gêné. Revoir son ex quasiment à poil en train de se faire plaisir ça fait remonter des souvenirs. En plus il m'a vu le regarder, il jouit en me regardant dans les yeux. Il se rhabille, s’approche de moi et me signale que les moustiques ont commencé à me manger. Il continue en rigolant que ça faisait longtemps qu'on n'avait rien fait ensembles. Je réplique qu’on a eu plusieurs repas, c'est déjà beaucoup. Il part en rigolant me laissant dans un léger état d'excitation. Un peu plus d’une semaine sans sexe et je suis déjà en manque.
Cet après-midi on se rend dans une partie de la forêt dont le paysage ressemble aux Landes. La vision du Sud sans la chaleur incroyable qui y règne l’été. Ok, on est pas encore en été mais on a déjà une belle petite vague de chaleur et de soleil très agréable après ces mois d’hiver gris et pluvieux. Les arbres qui poussent ici sont développés en largeur, il a de l’espace contrairement aux autres milieux que nous avons vu. Je prends notamment plusieurs chênes en photos, Damien me dit à l’oreille en rigolant si je veux aussi prendre le sien, en plus il a déjà le gland. Je le regarde avant de lui dire que c’est une blague à la Thomas ou Nicolas. Nos amis nous déteignent dessus. Pendant qu'on marche je reçois un SMS de Thomas me disant qu'il faudrait que je lui envoie des photos de moi pour qu'il puisse s'amuser. Je lui rappelle qu'il en a déjà prise de moi. Mais il préférerait des un peu plus déshabillées. Ça ne va pas être possible ! Damien qui lisait par-dessus mon épaule est mort de rire, c'est tellement du Thomas tout craché ! Voyant un orage approcher au loin vers 17h on se dépêche de terminer la journée. On se prend quand même sur la figure une de ces pluies d'été qui rafraîchissent mais dont les grosses gouttes te trempent intégralement en peu de temps. Ma pote me fait la réflexion que je n'ai bientôt plus rien à envier à nos deux beaux professeurs. Ils sont quand même bien plus beaux et sexys que moi ! Sur le chemin du retour on trouve un insecte que personne n'avait encore trouvé, un meloidae, je le trouve tellement joli qu'il est dommage de le tuer pour le mettre dans notre collection. On rentre rapidement pour trouver un Thomas qui semble terminer une séance de plaisir solitaire, il part à la douche dès que nous arrivons. Il a oublié son téléphone sur la table, je vois affiché une photo de moi dans ma tenue de motard. Ouah ça me fait vraiment ce cul? C'est vraiment indécent. Le Colosse sors de la douche serviette autour de la taille, récupère son téléphone et retourne dans la salle de bain. Au passage il me fait un clin d'œil. Je ne sais pas pourquoi je rougis et je sens une envie qui monte. Il faut te tenir Valentin ou tu vas en avoir plein le cul! Je prépare le repas avec Damien, il faut quelque chose de nourrissant on a faim après une journée passée dans les bois. Après un bon repas je retrouve mes deux mecs pour dormir.
La suite de la semaine se déroule de la même manière, on arrive le matin à 8h pour trier nos insectes, on en a beaucoup. L’herbier été très rapide à faire, en plus nous n'avons pas énormément de plantes ramassées. Fin de la journée à 18h. J'ai commencé avec Marc le diaporama pour la présentation finale. On commence à stresser pour l'examen qui se déroulera à la fin de cette matière. On termine en panique dans le weekend le diaporama pour la présentation que nous ferons mardi, le prof nous a envoyé des données le dimanche. Avec mon groupe de travail on se donne rendez-vous lundi matin à 8h pour s'entraîner à l'oral de groupe.
Le lundi matin on a à 9h la partie écrite, avec une question de chaque enseignant sur les cours qui ont été fait. Cet après-midi nous passerons chacun notre tour soit sur la partie Bota soit sur la zoo. Quelle joie quand je vois sur la feuille de passage que je suis en dernier! Je fais un SMS à Nicolas et Damien pour qu'ils me fassent réviser. Damien n'est malheureusement pas disponible mais je peux quand même compter sur Nicolas sur la partie que je connais le moins. On se retrouve dans le petit bois de la fac, même s'il n'y a personne dans les salles c'est agréable de prendre l'air avec le soleil. Il m'attire contre lui et sort ses feuilles. Son cours est beaucoup plus clair que le mien mais je ne retiens toujours pas la différence entre un plécoptère et un odonatoptère. Si je tombe sur les insectes je suis fichu. Quand Marc passe en milieu d'après midi il y a déjà 30min de retard. Je suis pas prêt de passer...en plus en dernier les profs seront fatigués et moins attentifs. À l'heure prévue de mon passage je me rends devant la salle. Il y a une heure de retard dans les passages. Je vois le temps passer et je commence à avoir faim. Thomas qui est désormais en “vacances” et à l'appart se demande ce que je fais quand je ne suis toujours pas là à 18h. Je lui dis que je le préviens dès que je passe. Ce qui se produit enfin après 1h30 de retard au total. Celui qui passe en même temps que moi espère ne pas avoir la botanique. Mais c'est un tirage aléatoire avec le pc qui choisira notre épreuve. Il clique...et chacun a ce qu'il préfère ! Je suis content. Je peux espérer avoir largement la moyenne. Une fois rentré je discute avec Damien du déroulement de l'épreuve.
V : “ Je suis tombé sur le muguet, ça paraissait simple et il a dit que je connaissais des choses. Il m'a stressé à un moment.”
D : “Ouais il est gentil mais niveau notation il est un peu plus raide. S'il t'a dit ça va alors tu as 12.”
V : “C'est pas énorme.”
D : “Ouais mais c'est pas si mal !”
T : “Et donc ça y est vous êtes tous en vacances aussi ?”
V : “Non il reste la présentation demain et après il faut attendre les résultats.”
T : “Pfffff toujours attendre…”
Je le comprends tellement, depuis les partiels il y a maintenant deux semaines j'ai le cerveau qui n'est plus du tout concentré ! Après le repas mes deux amis me font réviser pour demain, je connais ce que je dois dire. Mais ce n'est pas l'avis des examinateurs qui considère notre présentation trop brouillonne et trop superficielle. Le groupe avant nous s'est fait démonter, c'est maintenant notre tour. Les graphiques qui nous avaient été donné ont mal été interprété, mais ce n'est pas évident parce que nous les avons eu dimanche. On ressort de la salle exténué et on rentre chez nous totalement déçu de nous-même. On se rassure en se disant que le groupe avant n'a pas fait mieux. Quand Damien me demande comment ça s'est passé, je réponds uniquement que c'est enfin terminé. Il comprend que je ne le sens pas, on va donc faire une séance de sport pour oublier tout ça. Tout le groupe est présent sauf Jérémy qui commence à s'éloigner de Nicolas semble-t-il. Damien nous signale qu'il n'a pas non plus de nouvelles de Max, Alec nous a dit qu'il est encore en état de choc. Enfin nous... Plutôt à Damien, il me fait la tête depuis que je lui ai dis préférer qu'on reste amis, ainsi on ne peut pas dire que je joue avec ses sentiments. Et vu qu'il me fait la tête, on est pas parti à se revoir. Quelle étrange fin d'année, pourtant tout paraissait aller pour le mieux. Nicolas s’est même assagi! Vivement qu'on ait les notes.

Une semaine plus tard exactement, en allant voir sur le site de la fac, je vois que les notes sont disponibles. J'ai validé ce semestre mais pas suffisamment pour compenser l'autre. Je suis dégoûté… Après tout le travail fourni je vais quand même devoir aller au rattrapage. Je reçois un simple SMS de Marc annonçant son déménagement prochain, il va déjà se familiariser avec son nouvel environnement. Il a hâte de retrouver le reste de sa famille, du moins c'est ce que j'ai compris. Lui n’a pas eu de problèmes à avoir sa licence, il l’a validé avec 14 de moyenne. Damien aussi avait eu autant à sa licence et il complète son master avec presque la même note à quelques dixièmes de points. Nicolas par contre a son diplôme avec peu de marge, 10.2 de moyenne. Il me fait un clin d’oeil, je sais en effet que s’il n’avait pas validé il s’en moque un peu. En attendant mes épreuves pour valider cette année je me mets à rechercher un master pour l'année prochaine. Je tombe rapidement sur un intitulé qui m'attire, la description également. Sur l'insistance de Damien je cherche un autre endroit ou postuler pour ne pas me retrouver sans rien l'année prochaine. Il m'aide pour le dossier afin d'avoir un beau CV et une belle lettre de motivation. Puis c'est reparti pour les révisions que j'entre-coupe de séance de sport pour me libérer l'esprit. J'ai tellement besoin de vacances….
C'est le mercredi 13 juin, en allant à la piscine avec Nicolas qu'on reparle des notes. Il me demande combien j'ai eu ce semestre.
V : “10,71 et il me fallait 11 pour valider le semestre précédent par compensation.”
N : “Mais avec tes notes de l'année dernière ça compense pas ?”
V : “De quoi tu parles ?”
N : “Tu as droit à un semestre en dessous de la moyenne, si les autres te permettent de compenser c'est bon. de toute façon demain il y a les bulletins de disponible normalement, on verra bien ce que ça donne.”
Et le lendemain…
V : “Oh mon Dieu Nicolas tu avais raison ! Avec les autres semestres ça compense !”
D : “Trop cool alors ça y est c'est les vacances !”
T : “Ça va, tu es pas trop deg d'avoir révisé une semaine pour rien ?”
V : “Un peu, mais c'est pas grave j'avais trop de mal à m’y mettre je retenais rien. Mon cerveau est mort, mais je peux le poser. Enfin !”
N : “Et ce soir pour fêter ça, on fait une soirée !”
V : “Je pensais plutôt l'annoncer à mes parents.”
D : “Aller p'tit loup! Appelles les où passe rapidement chez eux mais ce soir ça se fête avec nous !”
T : “Tu as pas le choix on te kidnappe.”
V : “Ok ok je les appelle, de toute façon je leur avais pas du tout dis mes résultats.”
J'ai donc cinq minutes m'annonce Thomas. Je prends mon téléphone et appelle mes parents, ma mère décroche immédiatement. Je dis donc rapidement que j'ai ma licence mais avec une note pas très élevée. La réponse de ma mère est directe :
Maman : “L'important c'est de l'avoir. Maintenant tu vas le fêter avec tes amis ?”
V : “Bah oui mais en restant raisonnable, tu me connais.”
Maman : “Oui c'est top mon bébé, va t'amuser maintenant. Gros bisous.”
V : “Bisous maman ! Et un peu pour papa aussi.”
Je raccroche. 4min59. Le temps donné par Thomas a été respecté.
Avec le beau temps on était venu à pied, Thomas se moque gentiment de ma mère qui me dit mon bébé. Il m'attrape en disant la même chose et je finis sur ses épaules. On rigole comme des dingues tout le long du trajet, les gens nous regardent comme si on était fou. J'ai toujours trouvé que je l'étais de toute façon !

Une fois rentré personne n’a envie de préparer à manger mais seulement de s’amuser. Thomas commande des sandwichs au restaurant où il connaît le serveur, qui arrive 30min plus tard.
T : “Salut Kerem ça va?”
K : “Salut! Tu m’as jamais dis que tu avais déménagé ptit voyou! L’autre midi j’ai voulu passer, t’apporter à manger y avait personne. Alors là pour rattraper ça j’ai amené pour ce midi et ce soir. Bon je bosse ce soir mais c’est pour vous.”
T : “Cool mec, tu restes avec nous ce midi?”
K : “Bah si je dérange pas car y a vraiment que toi que je connais même si deux de tes potes je les ai déjà vu.”
V : “Non mais tu peux rester ça nous dérange pas hein?”
D : “Bah non, les amis de mes amis sont mes amis dit le proverbe.”
On a donc joué à 5 à la console. Et j'ai un sérieux concurrent pour les jeux de course, c'est amusant il y a enfin du défi. Au début il est un peu intimidé de nos paris où l'on perd des vêtements, mais rapidement il se prend au jeu et se déshabille aussi rapidement que nous. Même s'il est plus mince côté musculature il n'a rien à envier à mes camarades, c'est un sacré beau mec. Une fois qu'on est tous en caleçon, sa bosse est au moins aussi grosse que celle de Thomas. Il est tout gêné dans cette tenue, ça me rappelle quelqu'un tiens… Thomas en fait d'ailleurs la remarque, j'ai bien évolué sur ce sujet selon lui.
L'après-midi passe rapidement avec ce nouvel invité jusqu'à ce qu'il doive nous quitter. À ce moment-là les bouteilles d'alcool sortent et les deux coqs du groupe commencent à faire leur paris stupides. Ils veulent même entraîner Damien et moi dans leurs bêtises, comme c'est la fin de l'année nous acceptons mais avec de simples jus de fruits. On décide de regarder un film pour calmer nos deux alcooliques. On se décide pour un film gay très amusant, Hurricane Bianca, en lien avec le choix d'étude prit par Damien.
D : “Mon dieu j’espère que je rendrai mes cours intéressant et que je ne vais pas finir comme ça.”
V : “Ne t'inquiètes pas, les élèves seront ravis de te mater en garçon vu comment tu es trop sexy. Tu l'as bien vu quand tu as fais cours non? Il y a un silence religieux.”
D : “J'ai surtout sentis les regards qui me déshabillaient, admiratifs ou jaloux. Mais oui sinon c'était silencieux.”
On continue la soirée par un film que Nicolas voulait voir, Death note. Les deux ont été amusant. Alors que la nuit est en train de tomber les paris reprennent. Quand Nicolas apprend que Thomas est venu courir avec nous et que celui-ci perd, son défi est d'aller courir dans les bois dans le noir. Il me propose de l'accompagner pour ne pas être seul et surtout prouver qu'il ne trichera pas. On se met donc en tenue, short et tee shirt, même s’il fait frais dehors en courant nous n’aurons pas froid.
On quitte l’appartement en direction de la fac, c’est le bois le plus proche. En y arrivant on est déjà à 20min de course. Je prends une photo du panneau annonçant l’entrée mais le défi n’est pas relevé selon Nicolas il faut aller DANS le bois. On prend donc le chemin principal pour être sûr de ne pas se perdre, il n’y a pas de lumière pas même la lune. On s’enfonce donc, j’ai mon téléphone dans la main pour éclairer devant nous. J’ai peur dans le noir, je ne suis pas rassuré. J’imagine toujours qu’il y a des monstres alors que je sais bien que ça n’existe pas. Ça fait maintenant 15min qu’on s’enfonce dans les bois. Je reprends une photo comme preuve de notre passage quand on est au vieux chêne qui se situe vers le centre de la forêt.
? : “Tiens tiens mais qui voilà...ça ne serait pas notre cher Thomas qui a déménagé?”
T : “Qu’est-ce que tu veux?”
? : “Et bien il se trouve que mes potes et moi on s’est aperçu que toi et ton pote du second vous étiez PD. Et je sais pas si tu te souviens mais vous avez baisé l’un après l’autre mon cousin, il me l’a avoué. À la limite j’m’en balec que vous préfériez sucer d’la bite, mais on touche pas la famille. On s’est occupé de l’autre, il manquait plus qu’à te croiser toi.”
T : “Je vois pas de quoi ton cousin se plaint, pour ma part il a aimé ce que je lui ai fais et il s’est accepté après.”
? : “Ohlala mais qu’est-ce que tu parles bien… c’est ton ptit copain à côté qui a fait de toi un mec poli?”
T : “Je te préviens si tu le touches!”
? : “Ahah, on est 6 là, tu penses vraiment pouvoir faire quelque chose? Surtout que tu as entrainé la moitié d’entres nous donc tu vas pas pouvoir te défendre. Ou toi oui mais pas boucle rousse.”
Je tremble comme une feuille à côté de Thomas, qu’est-ce qu’il va nous arriver? Je veux pas me faire tabasser ou pire… les monstres ça n'existe pas à part les humains.
T : “Ranges ton téléphone dans ta poche.” Me dit-il à voix basse.
? : “Tu lui dis de pas s'inquiéter? Trop mignon...on lui cassera le cul devant toi, même ta queue sera pas assez grosse pour le trou qu’on va lui faire.”
Thomas me prend la main qu’il me serre. Je m’accroche en retour. Il saisi ma deuxième main. Et là il fait un truc qui a surpris tout le monde : il m’a fait tourner littéralement, comme un marteau de lancer humain. Moi qui ait toujours cru qu’il était impossible de faire comme Mlle Legourdin dans Matilda je découvre que non. La technique est cependant efficace puisque à priori j’assomme avec les pieds un gars du groupe, les autres s’écartent. Thomas s’élance alors que je n’ai pas encore retouché terre et on se met à courir le plus vite possible dans les bois. Derrière nous nos poursuivants ne sont pas si rapides, mais ils sont tenaces. En plus on est parti du mauvais côté, on s’enfonce encore plus profondément dans le bois. Thomas me broie la main mais il me tire en même temps, me guidant dans la pénombre. On quitte le chemin principal, prenant ce qui semble être une piste formée par le passage d’animaux. On entend toujours plus loin mais sans interruption nos poursuivants. Comment on va faire? Sans réseau, la sortie derrière nous? En plus on tombe d’un coup dans un fossé qu’on n’avait pas vu. On repart en arrière mais en faisant attention à ne pas faire de bruits en suivant le fossé, heureusement ces imbéciles n’ont pas de chien.
? : “EEEEEHHH tu m’entends?!? Vous allez pas pouvoir vous planquer longtemps mon cousin ramène des dogues. Fais gaffe à ton cul!”
Je me remets à trembler, cette fois on est foutu.
T : “Chut n’aies pas peur Valentin, faut qu’on continue à avancer, on va s’en sortir, je tue le premier qui touche à ton cul.”
Je respire doucement, renifle. Il n’a pas l’air plus rassuré que moi mais je sens la colère en lui. D’un coup j’entends des bruits d’éclaboussures et j’ai les pieds dans l’eau.
V : “Chut! J’ai une idée, on va suivre le cours de l’eau et on remontera sur le bord après, comme ça les chiens n’auront pas notre trace.”
T : “T’es malin!”
Et c’est ce qu’on a fait. L’eau nous monte jusqu’aux genoux, elle est fraîche, mais si avec ça on s’en sort moi je m’en moque.
Malgré la pénombre on voit sur le bord une souche d’arbre dont le tronc est creux. Plusieurs bûches à côté. Je sens le regard de Thomas et je pense que l’idée est bonne : après avoir caché notre odeur, c’est nous qui allons nous cacher. Il se glisse en premier pour voir s’il passe. Ses larges épaules passent juste. Je me débrouilles pour accrocher un chapeau de brindilles qui cachera l’ouverture du tronc avant de me glisser à mon tour. Le tronc est exigu et j’ai du mal à rentrer. Thomas attrape mon short et me fait glisser contre lui. J’arrive à glisser un bras pour placer notre porte mais sinon je suis totalement bloqué dos à lui. La fraîcheur de la nuit et de notre baignade est atténué par notre proximité. Un peu trop proche puisque sa bosse est contre moi et je le sens se tendre. Même dans les situations comme ça il ne peut pas se retenir! Il me serre contre lui un peu plus.
T : “Pardon j’essaie de me contrôler…”
On entend nos poursuivants repasser, ils sont énervés de nous avoir perdu et on bien compris que nous avions fait demi-tour sous leur nez. Il me semble entendre les chiens mais ceux-ci ont l'air perdu, ma technique a fonctionné. D'un coup mon portable se met à vibrer contre le bois. Thomas arrive à accéder à ma poche, se saisit de mon téléphone et rejette l'appel. On le met discrètement en hors ligne pour ne pas qu'il sonne à nouveau. Ouf ils n'ont rien entendu. On les entend s'éloigner et la forêt redevient calme autour de nous. Je relance mon téléphone, SMS directement à Damien dont j'avais raté l'appel pour ne pas qu'il s'inquiète, je lui dis que notre tour est plus long que prévu. Je vais pour sortir du tronc mais Thomas me retient contre lui, il pose même sa tête sur mon épaule. Il nous fait tourner de manière à ce que je sois sous son corps gigantesque et commence à se frotter à moi.
T : “Ton cul me rend dingue, j'ai envie de toi.”
Comme je me débats, il se frotte simplement contre moi jusqu'à jouir. Son short est trempé et poisseux au point d’humidifier le mien. J'ai perdu toute notion du temps, seuls les grands bras qui m'entourent et l'odeur de sexe présente me font être sur que je ne suis pas endormi. Il doit être environ 3h du matin quand je reçois un sms de Damien me disant qu'il est là avec Nicolas près du pont. Je lui demande s'il a croisé des gens, devant sa réponse négative j'en informe Thomas. On sort précautionneusement de notre cachette et on voit deux personnes un peu plus loin devant nous sur le pont qui permet de traverser le ruisseau où nous avons pataugé. On retrouve nos deux amis qui semblent soulagés de nous revoir. On explique rapidement ce qui s'est réellement passé pour que tous soient attentifs au moindre bruit. C'est à l'orée des bois que nous voyons nos poursuivants avec un peu plus d'amis à eux. Impossible de passer sans se faire voir. Cachés derrière les arbres, Damien me prête son polo pour cacher mes cheveux longs, Nicolas le sien à Thomas. En marchant bien courbé il paraît à notre taille. On arrive à passer, ils cherchent deux personnes et pas quatre. Dès qu'on a passé le coin de la rue on se met à courir en direction de l'appartement. On l'atteint sans encombres, nous deux amis nous demandent un rapport complet de ce qui s'est produit. Je laisse Thomas répondre, je file à la douche. Je n'ai qu'une envie maintenant, c'est de dormir. Je suis rejoins par Damien alors que Thomas va à son tour se laver et je m'endors avant qu'il nous rejoigne. Par contre je laisse la lampe de chevet allumée, j'ai eu trop peur dans le noir même si j'étais avec Thomas.

En ce jeudi matin ou plutôt midi je me réveille seul dans le lit avec la lampe toujours allumée alors que le soleil passe par les volets. Je suis seul dans l'appartement, je n'aime pas ça. Un mot de Damien est posé sur la table pour me prévenir qu'ils sont au commissariat et que je dois les rejoindre dès que je serai réveillé. Je prends donc mes affaires et vais retrouver mes amis. Finalement je n'ai pas servi à grand-chose à part signer la feuille de plainte contre nos agresseurs. L'officier nous met en garde que dans le secteur de la fac, aucun bois n'est sûr entre minuit et 5h du matin, il y a de nombreux cas de personnes agressées et dépouillées, même si une entrée de la forêt est à côté de la fac, l'autre n'est pas loin d'où vivait Thomas. C'est très rassurant, je me demande parfois où je vis. Je dois être dans un quartier très calme. Enfin ça ne fait pas si longtemps que je suis venu ici, avec mes parents on a déménagé pour qu'ils soient plus proche de leur travail et pour mes études. Une fois qu'on a terminé, on rentre pour prendre nos affaires de sport et on va à la salle.
D : “Pourquoi tu fais cette tête Valentin ?”
V : “Bah ça m'inquiète, ils peuvent nous retrouver, même si la ville est grande on est pas si loin.”
T : “T'en fais pas personne ne va te toucher, tu as ma parole.”
V : “Mais toi? Si tu les recroises?”
T : “Ne t'inquiètes pas non plus pour moi, je les connais ils sont pas réveillés le jour, ou pas avant 17h donc on risque pas grand chose.”
V : “Ouais mais ça me rassure pas, je sais pas pourquoi.”
N : “Écoutes Valentin, on va veiller les uns sur les autres et tout ira bien. Après si tu as un sixième sens ou des visions du futur mets nous en garde.”
V : “Ahahah arrêtes de te moquer je suis pas devin, juste je le sens mal.”
D : “On va faire attention ça sert à rien de flipper p'tit loup. Aller à ton tour le développé couché.”
Ce qu'il y a de bien dans le sport, c'est que tu te donnes à fond et tu oublies les soucis. Et la sensation est grisante après la séance grâce aux endorphines produites. Plus que ça fatigue bien...je rentre complètement vanné, pâtes au pesto puis dodo!
Le lendemain, Damien veut aller faire un jogging, je ne suis pas très chaud.
V : “Restes dans la ville hein.”
D : “Oui ne t'en fais pas ooooh !”
V : “Bisous je t'aime grand frère.”
D : “Moi aussi mon p'tit loup !”
Pendant que je déjeune, je me demande quoi faire. Bon, il est trop tôt pour préparer le repas du midi. Un peu de ménage ? C'est pas très sale. Rien à ranger dans le salon. Thomas arrive avec un mini boxer qu'on ne peut même pas qualifier de moulant car nu ça serait pareil. Il se pose sur le canapé et tapote la place à côté de lui.
T : “Est-ce qu'on peut parler ?”

Pititgayy

pititgayy@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Frenchies in a New World - Mon meilleur ami et moi dans les bois - Mon ami l’escort - Mon âme au diable - Au fond on ne change pas - L'inconnu de la poste - Remis à ma place - Le mec idéal

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)