Avril
Un gros travail pour les smartphones et tablettes enfin fait !
"Un site plus responsive"

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Baisé par mon proprio.

Salut à tous,

Merci infiniment pour vos nombreux retours et ravi de vous avoir fait passer un bon moment avec ma première histoire. J’espère vous donner autant de plaisir avec cette suite ^^^

C’est vrai que je ne me suis pas présenté correctement, j’ai donc 27 ans, 1m81 pour 72 kg, châtain, les yeux verts, pas mal d’après ce qu’on me dit lol… Je suis un peu musclé mais pas trop, je suis glabre et pas du tout poilu, juste un filet du nombril jusqu’au pubis. En forme, j’offre 19 cm à mes partenaires, j’ai aussi un petit cul rebondi qui, ma foi, a fait plaisir à ceux qui l’ont pris. Je suis curieux de tout, c’est valable pour tous les domaines de la vie quotidienne comme pour le sexe, je suis bi et, avec mes mecs, je peux être actif aussi bien que passif. Voilà, maintenant, on se connait lol…

En soufflant mes 18 bougies, j’ai fait une soirée longue et bien arrosée qui s’est terminée avec des potes de mon âge et on s’est livrés à quelques confessions, j’ai eu envie de rire en les entendant raconter leurs trois ou quatre coups. Là, j’ai pris conscience d’avoir déjà vécu pas mal d’expériences sexuelles qu’elles soient hétéros ou gays. J’avais même réussi à baiser une meuf et son frère, pas en même temps mais, lors de la fête d’anniversaire, je me marrais de les voir côte à côte ne se doutant pas de ce que j’avais fait avec l’autre !

Bien sûr, ce soir-là, j’ai sauté ma copine du moment tout en sachant qu’on allait bientôt se séparer vu que nos études nous amenaient loin l’un de l’autre.

Au mois d’août, j’ai dû me bouger un peu pour trouver un appartement. J’ai consulté les annonces, j’ai trié les propositions et j’ai programmé des visites en faisant des cercles concentriques autour de mon école. J’ai visité des « placards à balais » pour un loyer exorbitant, des appartements immenses complètement délabrés, des colocations dans lesquelles l’odeur du cannabis shootait toute personne approchant à moins de 50 mètres… Sur ma liste, il restait quatre locations qui convenaient à ce que je recherchais.

J’en avais visité trois, il me restait la quatrième avant que je me décide. Quand le propriétaire a ouvert la porte, j’ai tout de suite su que j’allais faire affaire ! Quand il m’a vu, son sourcil s’st soulevé, il m’a dévisagé de haut en bas et inversement avec un petit sourire, il m’a dit bonjour d’une voix bien chaude et virile, j’ai senti l’actif qui se rinçait l’œil. Un mec de 45 ans environ, 1m85, pas mal, brun, ténébreux, musclé, manifestement sportif. Il m’a fait visiter en me laissant entrer le premier dans les trois pièces très lumineuses et impeccables, je sentais son regard me mater le cul, je me retournais rapidement pour lui poser des questions, je le grillais à chaque fois l’obligeant à relever les yeux. J’ai commencé à lui adresser des sourires un peu vicieux, en passant ma langue sur mes lèvres, je cambrais mon cul quand je lui tournais le dos, j’ai échappé plusieurs fois des papiers et je me suis bien penché devant lui pour qu’il admire mon boule… Comme l’appartement me plaisait, je me disais qu’il fallait tenter le tout pour le tout.

Après la visite, le proprio avait, semble-t-il, un petit coup de chaud, il m’a invité à prendre un verre dans son appartement sur le même palier en face de la location. Une fois attablés, il m’a dit vouloir louer à quelqu’un de sérieux, qui ne fait pas de bruits, de dégradations. Du coup, nous avons pas mal parlé, il m’a dit que plusieurs étudiantes s’étaient déjà présentées, là, voyant un semblant de moue sur son visage, j’ai senti que j’avais une carte à jouer. Une fois de plus, j’ai fait tomber un papier par terre, je me suis baissé en m’appuyant sur sa cuisse, je me suis relevé en le regardant intensément, ma main toujours sur lui, il ne disait rien, j’ai saisi l’occasion :

- « Moi, vous savez, je suis prêt à tout pour un appartement comme le vôtre et, entre mecs, on peut se comprendre et passer de bonnes soirées….. heu, quand il y a du sport par exemple ! »

Sa main s’est posée sur la mienne, l’a caressée, il m‘a dit :

- « C’est vrai, je vois qu’on est sur la même longueur d’onde ! Ce serait agréable d’avoir un voisin ouvert, parfois accueillant et disponible lors de soirées comme tu le dis ! ».

Là, il y a eu un long silence, puis il a approché sa tête de la mienne, nos lèvres se sont collées, sa langue a forcé l’entrée et est venue s’enrouler autour de la mienne. Sa main s’était posée derrière ma tête, il me roulait une pelle merveilleuse, moi, j’étais déjà en train de déboutonner sa chemise pour libérer son torse un peu poilu. Il m’a arrêté et m’a dit :

- « Tu veux jouer à ça ? Ça veut pas dire que t’auras l’appart mais tu vas commencer par me montrer comment tu suces ! »

Il s’est reculé de la table en poussant sa chaise, a écarté les jambes et a ouvert sa braguette et a sorti sa queue encore molle mais déjà d’une belle taille. Il a mis sa main droite derrière ma tête et m’a attiré vers son entre-jambes. Je l’ai prise en bouche, elle s’est mise à grossir rapidement pour atteindre 20 bons centimètres. Il m’a appuyé sur la tête pour m’enfoncer à fond, mon nez s’est vite retrouvé enfoncé dans ses poils pubiens, il m’a maintenu comme ça pendant un moment en me disant :

- « Toi, tu dois être une bonne salope vu comment tu m’allumes depuis que t’es arrivé. Je vais commencer par m’occuper de ta bouche avant de visiter ton petit cul que t’as pas arrêté de me montrer ! »

Là, j’avoue que je n’ai rien maîtrisé, il m’a baisé la gueule tantôt en me donnant des coups de reins, tantôt en me tenant la tête à deux mains pour m’imprimer un rythme soutenu. Je bavais comme un malade, je toussais parfois, j’avais des haut-le-cœur quand il s’enfonçait dans ma gorge.

Il a fini par me relever la tête et m’a dit :

- « Ouais, pas mal, t’encaisses bien. Fous-toi à poil et ramène ton cul sur ma bite ! »

J’ai enlevé mes fringues et je me suis approché de lui de face, il m’a stoppé :

- « Non non, tu te retournes, je veux voir ma queue défoncer ta chatte. Tu la joues salope alors faut aller jusqu‘au bout ! Tu prends ton boxer, tu te branles en même temps et tu cracheras dedans ! »

Il m’a rapidement préparé le cul en me mettant deux doigts, en tournant et en limant, il m’a fait mouiller. Il a aimé :

- « Hummm, tu mouilles bien, j’aime ça, on va bien s’amuser tous les deux, viens t’asseoir ! »

Je me suis donc assis sur sa queue qui est entrée d’un coup vu qu’il m’a appuyé sur les épaules pour que je m’empale plus vite. Il m’a ordonné de monter et descendre et m’a demandé d’aller plus ou moins vite, de m’enfoncer bien au fond, d’onduler puis de ressortir et de recommencer. Pendant ce temps-là, je me branlais, je gémissais ou poussais des petits cris quand il me donnait des coups de reins secs. A un moment, il m’a dit de me tenir sans bouger et c’est lui qui m’a bourriné le cul vite et fort, là, je gueulais carrément. Il a réussi à me faire décoller, j’ai senti mon jus monter, j’ai approché mon boxer et je me suis vidé dedans pendant qu’il me ramonait en m’insultant. Il m’a fait relever, a pris mon boxer et a craché tout son jus dedans, le mélangeant au mien. Il s’est essuyé la bite avec, a tranquillement remonté son pantalon, a rangé sa queue et a refermé la braguette puis m’a dit :

- « Ben, t’attends quoi ? Remets ton boxer, t’aimes le jus je crois, ben tu vas baigner dedans ! Tire-toi, je te contacte si ta candidature est retenue ! »

Je suis revenu chez mes parents plein de foutre dans le jean, sans vraiment pouvoir leur dire si j’avais trouvé une location. Le lendemain, il m’a envoyé un texto : « Faudrait que tu reviennes, y’a des trucs que j’aimerais encore vérifier ! ». J’ai dû prendre le bus pour faire les 45 km et le retrouver. En bon actif, il m’a baisé trois fois encore en une semaine avant de me dire que j’avais l’appart. Pour la signature du bail, mon père est venu avec moi, tout a été fait dans les règles de l’art, sans aucune allusion mais, une fois reparti, j’ai reçu un texto : « Clause particulière au bail : je peux profiter de ta bouche et de ton cul quand je le veux».

J’emménageais une semaine après avec l’aide de mes parents et de quelques potes. Il est même venu nous saluer et demander si tout allait bien. Avant de nous laisser, il a dit à mes parents :

- « Ne vous en faîtes pas, je veillerais bien sur lui ! »

Pour sûr ! Le soir même il me cartonnait comme une pute dans mon lit en me disant qu’il fallait inaugurer l’appartement. Je l’ai vidé tous les soirs pendant quelques semaines. Un soir, après avoir joui dans mon cul, il m’a dit :

- « Bon, voilà, quand t’es venu, j’ai bien compris que tu m’as allumé uniquement pour avoir l’appartement et j’en ai bien profité, t’es un sacré bon coup mais il est temps que je te lâche un peu. Si on en a envie, on remettra ça, sinon, fais ta vie, éclate-toi, on va dire que je te libère de toute obligation sexuelle vis à vis de moi. »

A partir de là, j’ai pris ma vie complètement en mains. J’avais repéré quelques meufs dans ma promo, j’ai pu m’amuser avec elles quelques temps, retrouver le chemin d’une bonne chatte et de palper une bonne paire de seins, ça m’avait manqué … J’ai aussi commencé à sortir et, bien sûr, ça m’a coûté plus de thunes que prévu. Comme je ne pouvais pas demander plus d’argent à mes parents, j’ai essayé de trouver des petits boulots mais, avec les cours, c’était un peu compliqué de tout concilier. Assez vite, j’ai été fatigué et je sentais que mes études partaient en vrille. On est un peu con parfois, j’avais qu’à ralentir les sorties mais bon, c’est bien trop kiffant !

Un soir, m’est revenu en mémoire la phrase du mec qui m’avait baisé la première fois : « Avec un cul comme ça, tu peux obtenir ce que tu veux ! ». C’était le dernier jour du mois, je devais payer mon loyer le lendemain, j’ai fait mon chèque, je me suis déshabillé, j’ai juste gardé mon boxer, j’ai glissé le chèque dans l’élastique en le laissant dépasser puis je suis allé sonner à la porte de mon propriétaire. Il a ouvert, m’a vu, s’est appuyé sur le rebord, m’a regardé de la tête aux pieds, avec le dos de son index, il a caressé mon torse et m’a pincé un téton ce qui m’a fait pousser un long souffle. Il a pris mon menton entre son pouce et son index, m’a relevé la tête vers la sienne et m’a dit :

- « J’ai pourtant rien demandé, c’est quoi ce cadeau ? »

- « Ben rien, je viens te payer mon loyer, regarde, j’ai le chèque… Tu veux vérifier ? »

- « Ouais, je vais tout bien vérifier, entre, ça risque d’être un peu long ! »

Je suis entré, il m’a plaqué contre le mur à côté de la porte, s’est collé à moi, il m’a mordillé l’oreille, ses mains me trituraient les tétons ce qui m’arrachait des petits cris, il a dit :

- « Je savais qu’une salope comme toi reviendrait pour me donner son cul. Tu aimes te faire baiser et prendre ta dose de jus ! »

- « Ouiiii, prends-moi, baise-moi, remplis-moi et fais-moi jouir ! »

Il a descendu l’arrière de mon boxer pour libérer mon cul, s’est baissé et m’a bouffé le trou comme un affamé. Je me cambrais pour qu’il entre sa langue et ses doigts le plus profondément possible. Il savait tellement bien s’y prendre que je mouillais comme une femelle en chaleur. Il s’est relevé, a craché sur sa queue, a placé son gland sur mon trou et a poussé un grand coup, ça m’a collé au mur, il a mis son avant-bras sur ma nuque pour me maintenir et il m’a défoncé comme ça, un très long moment, c’était puissant, presque violent mais terriblement viril et excitant. Il a joui en moi, longuement, j’ai eu l’impression d’être rempli comme jamais. Il m’a un peu décollé du mur et, alors qu’il était encore en moi, il s’est mis à me branler alors que ma queue était encore dans mon boxer. J’ai pas tardé à cracher souillant ainsi mon sous-vêtement. C’est son kiffe !

Il a enfin déculé, a remonté mon boxer sur mes fesses et m’a claqué le cul :

- « Hummm, ton cul m’a manqué, j’aime bien aussi te faire souiller tes boxers, t’as bien juté et tu t’es bien fait remplir, t’as deux belles auréoles, ça serait cool que tu le gardes pour dormir ! ».

Il était vidé et repu, j’en ai profité pour caser mon idée :

- « Ben, puisque t’as bien kiffé, ça vaut bien un rabais sur le loyer… Je t’en ai payé un bout en nature ! »

- « Salaud !!!! Tu donnes ton cul pour du fric ! Ça te plait de jouer à la pute ? »

- « Bah, comment t’y vas ! On s’arrange c’est tout ! »

Là, j’ai commencé à lui branler la bite redevenue molle mais qui a repris un peu de vigueur. J’ai ouvert la bouche, j’ai tiré la langue, je lui ai léché la joue, la lèvre inférieure que j’ai mordillé puis j’ai embrassé son cou, sa poitrine, ses tétons, son ventre, son nombril, le tout en le fixant dans les yeux. Arrivé à la hauteur de sa queue, je l’ai prise en bouche, il bandait déjà et je lui ai fait une pipe pendant un long moment. Il a craché directement dans ma bouche, je le fixais toujours, il était secoué de soubresauts. Je me suis relevé, je lui ai tendu le chèque et je lui ai dit :

- « Alors, on est d’accord ? »

Il a regardé le montant, a esquissé un sourire et m’a dit :

- « Pour un tel rabais, je veux ton cul au moins deux fois par mois et une pipe par-ci par-là. »

- « Mon cul pour le loyer et une pipe par-ci par-là pour une baisse des charges ! »

- « T’es dur en affaire toi, t’as du bol d’avoir un si bon cul et d’être une si bonne suceuse ! »

Notre arrangement a tenu cinq ans ! Du sexe contre un avantage, j’ai compris que ce type d’arrangement pouvait être très efficace en plus de procurer beaucoup de plaisir !

Voilà, j’espère que vous avez kiffé…. Faîtes-moi part de vos réactions sur lucas.ribiere1@gmail.com

Lucas

lucas.ribiere1@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Un DRH plein de ressources - Un coup de piston pour un stage - Baisé par mon proprio - Dépucelé dans l'utilitaire

Dernière Histoires Publiques :

Publication du 24/04/2018 :

Mon premier glory hole Arras62
Un été bien rempli Adri
Mon chéri et son pote Lucas22
Dans les geoles d'Armid -01 Iwan
J'ai pompé mon frère Dimosqwertz
Ma première fois avec un mec Flo
Action ou vérité Pierre
Mon oncle aime la bite steevenbi
Première fois un peu spéciale Thugobg
Copain mécano Muractif
Du fantasme à la réalité  Adonf
Baisé par un racaille Sgaydu77
Lourd de chez lourd James
En fusion Petit Passif

Nouvel épisode

La pire des salopes -02 Ulrich
Croisière -06 Calinchaud
Mon bâtard -03 Teub23
Le vendeur kiffeur -07 Sketfan
Les Chronique de Max -04
+ 11 épisodes
Max
Le mec idéal -20
+9 épisodes
Pititgayy
Éric, ma vie Chapitre -08 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -09 Rodrigue
Séance photo -03 Pascal
Séance photo -04 Pascal
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay