7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Etalon brésilien

Bonjour à tous c’est Bearwan, votre bear préféré.

J’espère que vous allez bien mes petits loups pervers.

Je vais vous raconter l’histoire que j’ai vécu avec Roberto.

Je travaille pour un groupe international, impersonnel et vampirique comme il en existe quelques-uns en France. Je me retrouve à communiquer avec des collègues à l’autre bout de la planète. J’ai donc rencontré Roberto qui travaille au Brésil par le biais de mon taf et je parlais avec lui par mail et par téléphone avant de le rencontrer après au moins six mois de cordialité.

Je n’avais jamais vu ce monsieur avant, que ce soit en photo ou en vidéo et un jour mon boss m’annonce une réunion avec lui car ce dernier arrive en France. Le jour J mon boss entre dans mon bureau suivi par un homme que j’ai identifié très vite à son magnifique accent chaud, comme étant Roberto. Je vais être honnête avec vous, j’ai beugué. Ce mec est un dieu. Je ne me suis pas levé tout de suite et j’ai admiré de mon siège cet étalon brésilien.

Comment vous le décrire. Il est magnifique, plus grand que moi, au moins 1m95 peut être même 2m. Des épaules larges, musclées, et un torse en V mis en valeur dans une chemise blanche cintrant sa taille. Des poils noirs dépassent de son col. Ses cheveux bruns coiffés de gel en mèche finement rabattue sur le coté gauche. Une barbe taillée et entretenue qui encadrait parfaitement sa mâchoire carrée et des yeux noirs tellement expressifs. Des lèvres épaisses et charnues qui entouraient une bouche virile et un arrière train bombé à la perfection dans un pantalon de costume noir. En l’entendant parlé j’ai fondu pour sa voix grave sublimé par son accent portugais.

Je le dévorais littéralement des yeux et je me rendis compte qu’il s’adressait à moi alors que mon esprit vagabondé déjà à l’imaginer complètement nu. Les 5 personnes qui étaient dans mon bureau me regardaient et j’étais toujours dans le vague. J’ouvris des yeux ronds en réalisant et lui demanda de répéter. Il me sourit de toutes ses dents blanches parfaitement alignées.

- Je suis ravi de te rencontrer enfin Erwan.
- Le plaisir est partagé Roberto, dis-je en lui serrant chaleureusement la main, pour profiter du contact avec sa peau.
- Tu peux m’appeler Rob, me dit-il avec un clin d’œil.
- Rob tu vas t’installer sur le bureau libre a coté d’Erwan, ajouta mon patron.

Comment je pourrais bosser normalement avec ce mannequin pour sous-vêtement à côté de moi. Je peux dire que ça a été compliqué. Surtout quand il me posait des questions et qu’il faisait rouler son fauteuil vers moi pour regarder mon écran quand je lui explique des trucs. En fin de journée il se rapprocha une nouvelle fois de moi pour afficher un truc à mon écran. Il émanait de lui une légère odeur de sueur et de parfum. J’étais complétement activé.

Il me demanda ce que je ferais le soir et si je voulais sortir avec lui pour découvrir la ville. Bien entendu j’acceptais, je devais profiter le plus longtemps possible de cette bombe latino.
Nous sortîmes donc après le boulot pour nous rendre dans un petit bar qui servait une bière délicieuse et un peu forte. Il voulut la gouter. Nous avions déjà bu deux pintes chacun quand il proposa dans prendre une troisième.

- Fais attention Rob, elle tape beaucoup plus que les bières brésiliennes.
- C’est pas grave elle est trop bonne et après on va manger.
- Tant pis pour toi je t’aurais prévenu.

Après notre troisième pinte et des allers-retours aux toilettes pour pisser nous nous rendîmes dans un resto typiquement français à sa demande. La bière lui faisait pas mal d’effet et il rigolait tout le temps en posant sa main sur mon bras, mes épaules, mon dos. J’avais un peu plus l’habitude de cette bière que lui mais je sentais déjà bien les effets de l’alcool. Pendant le repas, nous avions commandé une bouteille de vin et je dois avouer que je n’avais pas bu autant depuis un petit moment. Et j’avais peur d’être malade le lendemain. Lui était complétement bourré. Je le ramenais enfin à son hôtel après le repas. Il ne savait plus vraiment marcher et je l’aidais à avancer en l’agrippant sous les bras avec le mien. Il me faisait des bisous sur la joue pour me remercier d’être sorti avec lui et en disant que j’étais vraiment un super collègue. Je bandais tellement. Il me parlait en portugais et en anglais, je ne comprenais que la moitié de ce qu’il me racontait. Je lui dis que je devais rentrer chez moi, il me dit de ne pas rentrer et de dormir avec lui dans son hôtel. Je ne demandais que ça mais vu son état je ne m’attendais pas à grand-chose ce soir.

Nous montâmes dans sa chambre d’hôtel. Voyant qu’il n’arrivait pas à déverrouiller sa porte avec la carte magnétique, je lui pris des mains. Je le fis entrer devant moi et referma la porte. Le temps de me retourner, il était affalé sur le lit en diagonale. Je tentais de le retourner, il se laissa faire. Une fois sur le dos, un pic monumental se dessinait sous son pantalon. Son propriétaire avait sombré dans l’inconscience. Je tâtais son mandrin a travers le tissu et regardais vers son visage. Ses yeux était fermé et il semblait dormir. J’approchais mon nez de sa braguette et écrasais ma bouche dessus. Il sentait tellement bon. Sans attendre plus longtemps, j’ouvris sa braguette et déboutonnais son pantalon. Son pieu faisait une tente dans son boxer. Je salivais d’avance a l’idée de voir la queue de ce dieu brésilien et vu la bosse j’allais être gâté. Ne cherchant pas plus je glissais mes doigts sous l’élastique de son boxer et révélais l’objet de mon désir.

Son mandrin était dressé devant mes yeux… monumental… droit comme un I…turgescent… puissant et pulsant du liquide séminal. Il était entouré de petits poils frisés et noirs. Cette queue démesurée était magnifique. J’en avais l’eau a la bouche. Roberto était tellement bien monté, même moi j’en étais jaloux. C’était réellement un étalon. J’attrapais sa perche qui avait l’épaisseur et la longueur d’une grande cannette de bière et l’enfonça dans ma bouche tant bien que mal. Sa queue avait un gout de pisse et je ne pouvais pas y résister, j’étais attiré. Je passais ma langue le long de sa hampe et la tournoya sur son gland. Je tétais sa bite comme un biberon. J’entrepris de passé à ses grosses couilles velues juste en dessous quand je sentis une main sur ma nuque. Je me pétrifiais. J’avais oublié que cette grosse queue appartenait à un homme qui était endormi normalement. Je relevais les yeux vers Roberto quand ce dernier me regardait avec un beau sourire sur son visage et des yeux mi-clos. Il me fit un clin d’œil et appuya de nouveau mon crane sur sa queue. J’enfonça mon nez dans ses couilles et huma son doux parfum musqué avant de retourner prendre son mandrin dans ma gorge. J’essayais de le satisfaire au mieux et lui, appuyait de plus en plus fort sur ma tête pour en faire rentrer le maximum. Avec tout ce que nous avions bu et manger j’avais un peu envie de vomir mais je m’essayais de le satisfaire au mieux. Je réussis la manœuvre au bout de plusieurs essais, sa queue coulissait enfin entièrement dans ma bouche, et j’avais mal à la mâchoire. Roberto s’en foutait et me baisa la gorge de plus en plus vite. J’étais au paradis.

Voyant qu’il allait jouir au bout de quelques minutes, je m’arrêtais. Je n’avais pas fini avec sa bite et je voulais qu’il m’explore un peu plus profondément. Il me regarda avec un air frustré mais quand il me vit enlever mes vêtements, mon beau brésilien comprit que c’était pour son plus grand plaisir. Il n’avait pas vraiment le courage pour me baiser alors c’est moi qui ferait tout le boulot. Je suçais mon doigt et me l’inséra vite fait pour me détendre. Je crachais une dernière fois sur ce monstre pour le lubrifier avant de me positionner à cheval sur mon beau brésilien. Il agrippa mes cuisses pour me pousser vers sa bite. Il avait apparemment faim de mon trou.

Sans ménagement je m’empalais sur sa grosse bite. Je ne vous cache pas que l’insertion fut difficile et j’eus même l’impression qu’il me fendait le cul en deux. Je dus pousser pas mal et endurer la souffrance et lui ne me donner que des coups de bite pour son plaisir. C’était comme chevaucher un taureau en rut. Je luttais pour qu’il me fasse le moins de mal possible et il ne cherchait qu’à me baiser. J’étais en âge, mais une fois sa queue enfoncée dans mon cul jusqu’à la garde, je me sentais complet. Je lui demandais de patienter un peu le temps que mon trou meurtri s’adapte à sa grosse queue et il attendit peut-être 30 secondes avant de revenir à l’assaut. Je décollais littéralement sous ses coups de butoir. Il me fit rebondir sur ces cuisses et je ne pouvais que gémir de plaisir. Je prenais vraiment mon pied. Sa bite était partout en moi. Je m’élevais entièrement et retomber d’un cou sec sur son mandrin gigantesque lui arrachant un cri de joie au passage. J’étais vraiment aux anges sur cette queue de brésilien. Je voyais des étoiles devant les yeux à chacun de ses coups.

Il me lima un bon quart d’heure avant d’agripper mes hanches et accélérait le mouvement dans mon fondement. Il me parla en portugais et je compris qu’il allait se rependre au plus profond de mon être pour mon plus grand plaisir. Il se contracta brutalement et hurla lorsqu’il juta en moi. Je sentais sa queue pulser des litres de jus frais au fond de mon antre. Il m’avait réellement rempli de sperme. J’attrapais ma queue a pleines mains, profitant qu’il était encore en moi et me masturba rapidement avant de tout envoyer sur sa chemise a moitié arrachée et son visage.

Il attendit quelques minutes qu’on redescende de nos orgasmes et m’aida à sortir cet anaconda de mon cul avec un flot de sperme. Je m’effondrais sur lui en prenant le soin de lécher toute la semence que je lui avais envoyé en visage. Je l’embrassais langoureusement pour lui faire partager. Je passais ensuite mes doigts sur mon pauvre trou et je constatais qu’il m’avait défoncé le cul … j’avais un tunnel moite de jus à la place de ma petite rosette. Je pouvais rentrer trois doigts sans forcer dans mon trou complètement ouvert.

Il me remercia et nous nous endormîmes lovés dans les bras l’un de l’autre, vannés par la baise et par les effets de l’alcool.

Je peux vous dire que le lendemain matin quand le réveil sonna je n’étais pas fier. Lui non plus d’ailleurs. Nous subissions autant l’un que l’autre une gueule de bois. Je me levais pour aller chercher des médocs pour nous deux et les premiers pas hors du lit me rappelèrent immédiatement la grosseur de mon étalon. Je grimaçais en gémissant avant de m’arrêter en chemin et il sauta rapidement derrière moi pour me prendre dans ses bras.

- Je suis désolé de t’avoir fait mal, me susurra-t-il à l’oreille en posant sa main sur mes fesses.
- Ne t’inquiète pas j’ai adoré ce qu’on a fait.
- Tu ne regrettes pas ?
- Pas du tout bogoss, dis-je en me retournant pour l’embrasser, mais ta bite est violente.
- Je savais que tu pourrais le prendre entièrement dès que j’ai vu ton regard hier quand je suis rentré dans ton bureau.
- C’est pour ça que tu m’as invité à boire ? Tu as tout manigancé coquin !
- Oui mais je ne pensais pas que je serais aussi bourré. Tu tiens mieux l’alcool que moi.
- Je t’avais prévenu !
- On pourra recommencer ce soir ? En étant sobre bien sûr.
- On verra si mon cul a cicatrisé.
- Je serais plus gentil et je te promets de ne pas boire trop.
- Ok je ne peux plus rien te refuser.

Comme le monteur d’étalon que j’avais été pendant la nuit, je marchais en cowboy toute la journée et notre gueule de bois nous servait d’alibi.

N'hésitez pas à me faire par de vos commentaires, réactions, idées ou nudes par mail.
A bientôt

Bearwan

bearwan07@yahoo.fr

Autres histoires de l'auteur : Mon nouveau compteur - La lope de la famille - Le donjon SM de Dan - Mes deux papas - Etalon brésilien - Ancien pote, nouvelle chienne - Les frères Mateozzi et moi - Desperate Housewives - Les Jumeaux Scavo - Chris Evans VS Chris Hemsworth - Desperate Housewives - Délicieux cookies - Ancien - Prof d'enfer - Comment j'ai choppé mon père.Les joies du football - Papa de substitution - Lutte érotique - Deux nounours a New York - Jordy et moi - Une bonne baise avec toi - Transformers 4 - Soumis par son coloc - J'aime mon petit frère

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)