11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Rêve de sodomie

Bonjour !

Voilà pas mal de temps que je lis les histoires sur ce site. Et l’autre jour j’avais décidé d’en poser une sous Mimi83.

Mais j’ai oublié de me présenter alors aujourd’hui je corrige mon erreur.

Je me prénomme Michel, dans quelques mois je vais fêter, pour la quatrième fois, mes vingt ans. Je mesure 167 cm pour 72 kgr. Ai les yeux marron et les cheveux très grisonnants. Un petit bidou, un beau cul à ce que l’on dit.

Depuis huit ans un rêve ne cesse d’hanter certaines de mes nuits.

Ne me demandez pas pourquoi je n’en sais strictement rien. Sauf peut-être un désire non satisfait ?…

Au début c’était assez rare, puis ce fut une fois chaque mois et ces derniers temps il ne se passe pas une semaine sans avoir ce rêve. Alors chaque fois que je m’éveille avec quelques bribes du rêve je les transcris dès la première heure, sinon après il n’en reste plus rien. J’ai fini par en constituer le déroulement et cela me permet de vous la présenter. En général mon rêve se déroule ainsi :

Ooooooooooooooooooooooooo

Je roule sur l’autoroute du sud depuis plus de trois heures. Jusqu’à présent je n’ai jamais dépassé la limite de vitesse. Mais voilà que ma conscience s’éveille.

A oui, il faut que je vous dise que dans mes rêves cette conscience est représentée par deux personnages très étranges.

L’un je le prénomme « Le Sage ». Il est vêtu tout de blanc et porte, au-dessus de sa tête, un grand cercle très lumineux. Je crois que cela se nomme « une auréole ».

Avec lui c’est « Ne fais pas ci, ne fais pas ça ». Si je n’écoute que lui, la vie ne vaudrait même pas le coup tellement il est ennuyeux. Je me serais peut-être suicidé depuis.

L’autre que je prénomme « Coquin » il porte une bure toute marron. Il a un regard coquin et a une barbichette au menton.

Pardon ?... Non, il n’a pas d’auréole mais porte une paire de cornes sur son front.

Avec lui c’est tout le contraire et là il est en train de me dire – Mais putain appuis sur ce champignon. Tu te traine.

Enfin vous voyez le genre ? Si je l’écoutais tout le temps, il y a longtemps que je me serai retrouvé sur un échafaud.

Enfin, si je n’écoute que l’un ou l’autre de toute façon il me serait pas possible de vous raconter mon histoire car je serai déjà mort.

Donc Coquin me pousse à rouler plus vite et Le Sage m’en dissuade en me remémorant que sur  mon permis il ne me reste plus que quatre points. Tout ça, pour avoir cédé à Coquin. Et les voilà se disputant.

Pendant ce temps il me prend une envie de vider ma vessie. Un panneau m’indique une station dans dix kilomètres.

Les kilomètres défilent et ma vessie commence à crier grâce. Mes deux loustics n’ont pas cessé de se disputer et du coup je loupe l’entrée de la station.

Je panique. Je sais que je ne tiendrai pas jusqu’à la station suivante.

Coquin –Cool tu vas t’arrêter sur le bord de la route.

_ « T’es gentil mais je ne peux pas m’arrêter sur le bas-côté ».

Le Sage –Mais Mik a raison, c’est bien trop dangereux. Tu oublis que nous sommes sur une autoroute.

Et les voilà repartis dans leur dispute. Moi je n’ose plus bouger la pression que subit ma vessie devient insupportable.

Enfin !... Un panneau m’annonce une aire de repos dans mille mètres. Dès le nouveau panneau m’annonçant trois cents mètres je lève le pied puis, à l’entrée de l’aire je commence à freiner. Seulement j’ai tellement envie que j’ai un mal de chien à appuyer sur la pédale de frein. Enfin je parviens à m’arrêter en face des toilettes.

« Mon Dieu ! Je vais tout lâcher avant de parvenir aux toilettes ! »

Je descends, ferme ma porte et courbé en avant pour me retenir. Je file vers les pissotières.

« Pas possible ! Je vais faire dans mon pantalon. »

Je suis devant le mur en ardoise. J’ouvre ma braguette, plonge la main et sort bistouquette juste avant que les vannes soient lâchées. Waouh ! Que c’est booon !

Le jet est si fort que l’on se croirait au bord du Niagara.

Tout en étant à mon soulagement j’entends l’échappement caractéristique de l’air comprimé d’un camion qui relâche ses freins, quelques  instants après.

- Bonjour.

Je tourne la tête vers la personne qui vient de dire bonjour car c’est une chose plutôt rare et je lui renvoie son bonjour. Mon envie ne s’est toujours pas calmée.

Je sens le type se pointer à ma droite. Pourquoi la première ?... Il y en a quatre autres de l’autre côté.

Coquin –Parce qu’il veut voir ton petit macaroni. Bien sûr.

_ « N’importe quoi ! »

Du coup je tourne légèrement la tête vers le type. Il vient de déboucler sa ceinture et défait sa braguette de haut en bas, écarte bien chaque pan. Plonge la main au fond du pantalon et en retire un membre tel que j’en reste bouche baie.

Le Sage –Mik ! Ne regarde pas ça… Regarde devant toi.

Coquin –Putain t’as vu l’engin ? Avec ta bistouquette tu ne fais pas le poids.

Le Sage –Coquin ! Ne dis pas de bêtises. Et toi Mik je t’ai dit de ne pas regarder… C’est impoli.

Je viens de terminer de pisser et je secoue bistouquette pour en faire tomber les dernières gouttes.

Coquin –Putain, continu, le type te regarde. D’après son expression il me semble que tu l’intéresses.

Je ne sais pas pourquoi, mais je tourne franchement la tête. Je baisse les yeux et là, je voie parfaitement le matériel du type. Pour être bien monté, il l’est !

Une tige aussi longue que ma main. Un gland de toute beauté, bien lisse. D’une couleur sombre violacée et carrément plus sombre au niveau de la couronne. La hampe est encore presqu’au repos, plus fine que le gland, mais déjà d’une épaisseur de presque trois doigts. Il est entrain de la secouer, comme je viens de le faire.

Je lève les yeux et le type me fait un sourire qui lui fend le visage d’une oreille à l’autre.

Le Sage –NON !!!

Coquin –Mais si, sourie lui.

Le Sage –Non, tu as déjà pris du retard, et en plus c’est pervers. Arrête-toi là !

Coquin –Mais non. Tu n’es pas en retard. Je pense qu’il veut te faire une proposition.

_ »Comment le sais-tu ? »

Coquin –Parce que c’est mon rôle de deviner l’avenir immédiat.

Le Sage –NON ! Ta femme va être inquiète si tu prends du retard. Allé… Retourne à ta voiture.

Coquin –Mais tu commences à nous « ascagacer » avec tes arguments à la mord-moi le nœud.

Le Sage –Mik !...

Splatche. Au la vache, je vois Le Sage assis dans le caniveau des pissotières. Il a un œil tout bleu. Il semble complètement sonné et il n’a plus son auréole au-dessus de la tête mais autour du cou. Je regarde Coquin ???

Coquin –Il commence à être lourd… Cela va le calmer. Allé souri au type.

Alors, instinctivement je sourie au type.

- Elle te plaît ?

J’ai peur de comprendre.

- Qui ?

- Ma pine bien sûr.

- Heeuu.

- Touche là.

- C’est-à-dire queee…

Et là le type me prend par le poignet et m’attire vers son entre-jambes.

Coquin –Vas-y ! T’as une occase en or… Prend là à pleine main.

Je ne comprends pas pourquoi mais j’obéis à Coquin (Enfin c’est le prétexte. Car en fait c’est ce que je désirais faire). Je saisis le membre du type.

« Houaaa ! Elle est vraiment douce ! »

Coquin –Eh bien ! Si elle te plait tant, caresse-là.

Et me voilà à lui faire des va et vient.

- Humm, je crois que t’aimes ça, la bite… Tu peux me la sucer si cela te dis.

- Là ?... Comme ça ?

- Et pourquoi pas! Je vois bien que tu en meurs d’envie.

Et il m’appui sur la tête pour que je me baisse.

Coquin – Putain vas-y suce son sucre d’orge… Regarde, tu ne l’as même pas mis en bouche qu’il commence déjà à bander.

Le problème est que le sol est plutôt mouillé. Pas facile de se placer à genoux pour sucer son bénitier.

- Désolé mais ici ce n’est pas possible sans tremper le pantalon.

- Dans un chiot si tu veux.

Nous voilà partie pour un WC. Quand on ouvre la porte… Pouah ! Mais ça pue ! Il faut reconnaitre que ce n’est pas un lieu idéal. De plus il y en a un qui c’est lâché et un gros étronc se trouve sur le marchepied. Je regarde le type.

- Désolé, mais c’est pire que devant les pissotières.

Coquin –Ce n’est pas grave… Aller vers le lavoir.

_ « Mais nous serons à la vue de tout le monde ! »

Coquin  –Et alors ? Tu veux le sucer ou non ?

_ « T’as raison. Elle est trop belle pour la laisser s’échapper. »

Et me voilà, proposant au type d’aller derrière le bâtiment.

Après son accord nous contournons le bâtiment et nous nous retrouvons devant le lavoir.

Le chauffeur avec le pantalon descendu jusqu’aux genoux, en appui sur le bord du lavoir, il m’appui sur les épaules pour m’accroupir devant lui puis me répète sa proposition pour une bonne fellation.

Et voilà comment je me retrouve à genoux avec un gros matos sous les yeux. Je prends la chose en main et je suis surpris par sa grosseur. Je ne sais pas si c’est la perspective d’une bonne gâterie ou une urgence du besoin, mais elle a déjà si grossie qu’il me manque au moins trois centimètres pour que mes doigts puisse en faire le tour.

_ « Merde, je ne vais pas pouvoir la prendre en bouche ! »

Coquin. –Mais si. Commence par lui lécher le frein et toute la couronne.

Alors, avec ma langue, je lui titille le frein. Puis poursuis par le tour de la couronne. Je reviens à la charge plusieurs fois. L’engin devient tout raide, mais n’a pas augmenté de volume. Ce qui me rassure.

Coquin –Va, continus sur la hampe… Il commence à trouver ta pratique agréable… Maintenant repars depuis ses bources jusqu’au gland… Bien continus ainsi… Saute de ses couilles et embouche son gland.

Cette dernière semble être comme un coup de grâce. Sa pine devient si raide qu’elle se colle sur son ventre et je suis obligé de la prendre en main pour l’emboucher.

- Putain, ma salope ! Tu suce bien… Lève ton cul… Tu me donnes envie de te le défoncer.

Alors je déplie mes jambes et je me retrouve plié à l’équerre. Bien sûr, du coup, mon pantalon me descend jusqu’aux chevilles. Et il glisse une main dans mon slip. Un doigt me caresse l’entrée de ma rondelle.

- Mais ma salope ! Tu mouilles du cul.

Je dois avouer que la perspective d’une bonne fellation et peut-être une éventuelle sodomie m’excite énormément.

Et là, Voilà que  Coquin revient à la charge. –Remus ton cul pour lui faire comprendre que t’es aussi Ok pour ce côté.

Mais il n’a pas terminé sa phase que je suis déjà en action pour lui montrer que mon petit trou se pâme devant sa proposition.

Aussitôt il met une main derrière ma tête et m’oblige à enfourner sa tige alors que son doigt appui l’entrée.

Malgré que j’ai la mâchoire à deux doigts de se déboiter je mets toute mon énergie à le satisfaire. D’autant plus que son doigt est entré entièrement et qu’il ne cesse de lui faire faire des va et vient tout en le tournant. C’est génial… Je crois que je ne vais pas tarder à décoller !

Je m’entends gémir de plaisir et je suis surpris quand il reprend la parole.

- Ma salope, je suis au bord de l’explosion. Je ne veux pas que cela se termine aussi bêtement alors je vais te défoncer la craquette.

- Oh ouuiii. Défonce-moi le cul.

- Mais t’es une vraie pute !!!

Et Coquin appui sa proposition. –Houai, il a raison. Conduis-toi comme une pute… Accompagne son doigt pour qu’il t’en mette un second.

Sans ménagement le chauffeur me relève de ma position et me retourne face au lavoir. Il me plaque une main dans le dos et m’oblige à me pencher sur la planche de lavage. Du coup j’ai le cul plus haut que ma tête et prêt à accueillir le monstre.

Et Coquin revient. -Si tu te voyais, avec ton cul en l’air. D’ailleurs on ne voit que ta craquette et je te jure que le type a bien l’intention de te la faire sauter.

_  »Mais je l’espère bien ».

Coquin –Mais il a raison tu deviens vraiment une pute. Hihihi.

_ « Pourquoi ris-tu ? »

Coquin –Je pense au Sage quand il va découvrir ton cas.

Le Sage –Et tu es content de toi ?

Coquin –Alors, toujours à le critiquer ? Mais ne fait pas l’hypocrite tu le sais qu’il a des tendances pédé.

Pendant toute la discussion le type continu son avancé. Il a mis son gland contre l’entrée de mon petit trou et je le sens forcer. Puis se retire et m’humidifie de sa salive. De nouveau sa tête chercheuse prend position et sous l’effort ma rondelle commence à s’ouvrir. Mon excitation fait que l’entrée du gland se fait progressivement et sans grosses douleurs.

- Et bien ma salope, ce n’est pas une première pour toi.

Coquin –Non tu n’es pas le premier. N’est-ce pas Mik ?

_ « Non mais jamais aussi gros ».

Le sage. –Mik, cela suffit… Pense à ta femme.

Coquin. –Parce que tu crois qu’il pense à elle en ce moment ?... Tu ne vois pas qu’il commence à prendre son pied… Entend-le, il commence à couiner comme une truie. T’aime ça faire la pute hein ?

Depuis au moins dix minutes il me lime la prostate et je suis  dans un état où je ne sais plus qui je suis, pas plus que celui où je suis.

Une chose est sûre. J’ai le derrière qui pompe un dard qui continu de caresser ma grotte.

Une sensation étrange de chaud me prend tout le bas ventre. Cette sensation est de plus en plus nette. Maintenant mon cul va à la rencontre de ses coups de rein. Je ne gémis plus, j’hurle mon plaisir.

Je suis pris de tremblement. Au début ce sont mes fesses, ensuite mes jambes, puis le même phénomène s’attaque à mes bras et brusquement c’est tout mon corps.

Une envie phénoménale de me masturber me prend à bras le corps. Ma pine devient toute raide (chose qui ne c’était plus produit depuis bien longtemps) mais plaqué contre le plan de lavage je ne peux rien faire.

Ma respiration est devenue si rapide que j’en suis tout essoufflé.

- Mais ma salope, tu prends ton pied ?

- Oh ouuiii. C’est trooop booon.

Le phénomène dur environ deux bonnes minutes.  Mais pour moi c’est une éternité de bonheur.

Je ne sais pas si c’est cet orgasme qui l’a relancé, mais ses coups deviennent plus rapides et plus violents.

Je me sens fatigué mais le type continu de me matraquer.

Puis à un moment l’orgasme recommence. La pine du chauffeur devient dure comme fer et, alors que je suis encore dans mon orgasme il se plainte tout au fond de mon cul. Hurle un grognement. Se retire et me poignarde à nouveaux. Je m’écroule, alors il me retient et continue de se vider tout au fond de mes entrailles.

Il est à bout de souffle, tout comme moi. Il ne bouge plus. Je sens sa pine se rétrécir et fini par sortir.

Quand il se recule je prends conscience que je ne tiens plus sur mes jambes. Je glisse le long du lavoir et me retrouve assis par terre.

Et voilà Coquin qui refait surface. –Et bien, t’en a eu plein le cul.

Le Sage aussi revient. –Tu es content ? Tu n’es qu’un gros cochon.

_ « Oui, je sais ? Le type lui-même me l’a dit. Je suis une grosse salope. Mais j’ai pris un pied d’enfer. Hihihi. »

Le Sage –Pourquoi ris-tu ?

_ « Un pied d’enfer. C’est là que tu veux me voir ? »

Coquin –Oh oui. Viens avec moi. Avec un cul pareil tu ferais du dégât.

Le Sage –Coquin… Ne parle pas de malheur. De toute façon je ferai tout pour que cela ne soit pas le cas.

Entre temps le chauffeur c’est reculotté et me demande si je passe souvent par là.

- Non c’est un hasard si je me suis arrêté sur une aire d’autoroute.

- Dommage. J’ai quelques copains qui auraient bien aimé te rencontrer… Avec un cul pareil tu aurais du succès. Bonne journée à toi.

- De même pour toi.

Et le voilà reparti vers son camion situé au-dessus des toilettes.

Coquin –Oh, oh. Je crois que ce n’est pas fini pour toi. Regarde.

_ « Quoi ? »

Coquin –Retournes toi.

Le Sage –Surtout pas ! Tu te lèves et tu vas à ta voiture.

Coquin –Faudrait-il qu’il puisse se lever.

Le Sage –Et pourquoi ne pourrait-il pas ?

Coquin –Montre lui.

Alors j’essaie de me lever mais c’est impossible. Mes jambes sont dans l’impossibilité  de me porter. J’arrive juste à décoller les fesses du sol. Mais suffisamment pour apercevoir la grosse auréole faite par le sperme du chauffeur qui s’écoule de mon petit trou. Je suis dans un désarroi innommable.

Quand je lève les yeux, j’aperçois le chauffeur qui me regarde en parlant aux deux nouveaux arrivants.

Coquin –Oh, oh. Je crois que pour toi c’est un second scénario qui va commencer.

_ « Que veux-tu dire ? »

Le Sage –Coquin cela suffit !

Coquin –Je ne crois pas… Et même je suis sûre qu’il va reprendre son pied.

_ « Coquin, à quoi penses-tu ? »

Coquin –Au type que tu viens de lui faire une gâterie puis qui t’a défoncé la craquette ?

_ «  Oui et alors ? »

Coquin –Et bien là tu vas avoir le droit aux deux choses en même temps.

Oooooooooooooooooooooooooo

Mon problème est que je ne connais jamais la suite, car c’est à chaque fois le moment où le rêve s’arrête.

Il disparait comme une bulle de savon qui s’éclaterait.

Pourtant j’aimerais bien connaitre cette suite, soit dans mon rêve ou mieux encore… En vrai, dans la réalité.

Mais aurai-je un jour ce plaisir ???

Mimi83

glq.cho@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Tournante de nuit - Rêve de sodomie

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)