Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Page précédente

Bite silencieuse.

Il faisait chaud.

Je me promenais dans les rayons du supermarché quand j'aperçois un beau mec sur un escabeau en train de ranger des boites.
Je lui demande un produit que je ne trouvais pas.
Il me répond avec un sourire fantastique! Je lui dit:"Vous avez un beau sourire"!
Il me remercie et descend de son escabeau en s'appuyant sur mon épaule.
Je frémis. Je lui dis: "Il fait chaud! On serait mieux a la plage"!
Il me répond: "Pas la peine d'être a la plage pour se mettre à l'aise"!
Il venait de comprendre ce qui m'intéressait en lui! Il me fait un signe et m'entraîne vers la réserve.
La, a peine arrivé dans une remise un peu sombre, 
il m'arrache presque mes vêtements et me roule une pelle d'enfer! Il embrassait bien!

La première surprise passée, je met ma main derrière sa nuque et j'appuie pour le faire plier et descendre. 
Il comprend, et se met a genoux. Je bandais comme un âne! 
Il ouvre mon jean, me saisit la queue et commence à me sucer! 
Oh bonne mère, il suçait comme un dieu! 
Nous n'avions toujours pas échangé un mot depuis que nous avions quitté le magasin!
Il me suce tellement bien que je deviens très dur et je sens que je vais jouir. 
Alors je retire ma queue de ses lèvres et je le pousse en arrière.
Il tombe doucement sur le dos et se retrouve allongé sur une une sorte de toile de tente.
A mon tour, je lui arrache son pantalon, lui relève les jambes a hauteur de la tête,
je lui dévore l'anus en grognant.
Ma langue lubrifie bien sa rondelle toute rose.

Quand il est bien excité et bien écarté, prêt à me recevoir, toujours sans un mot,
j'enfile rapidement un chapeau de caoutchouc et je le poignarde de mon dard en feu. 
Il ne dit toujours rien. Il gémit, c'est tout!
Et moi je le lime comme un étalon, je le baise comme un taureau, à grands coups de rein! 
Il me regarde au dessus de lui, le dominant, tandis que je l'encule à mort! 
Pendant un bon quart d'heure, je le baise comme ça, toujours sans un mot,
avec seulement des grognements et des gémissements.

A la fin, je sens que je vais venir, je me retire de son cul en feu, enlève la capote,
viens à califourchon sur sa poitrine pour lui fourrer de nouveau ma belle pine très dure dans la bouche. 
Je suis toujours au dessus de lui, il me regarde avec ses beaux yeux marron clair. 
Je lime comme un fou dans sa bouche, il me suce a nouveau comme un dieu et finalement j'explose entre ses lèvres, 
plusieurs giclées de foutre chaud qui se répartissent pour moitié dans sa bouche et moitié sur son visage! 
Il avale et continue de me sucer pour bien me nettoyer la bite et me la rend bien propre et rose. 
Je la range, je me relève, je fais demi-tour et je m'en vais.
Nous n'avions pas échangé un seul mot, mais nous avons échangé du bonheur. 
Putain que c'était bon!...

François.

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.