Best Of Cyrillo

Page précédente

La confrérie :

Une vieille histoire.

Un jour, après une longue soirée avec un ami, il me demanda si je savais qu'il faisait partie d'une confrérie. Je lui répondis que non et je lui demandai quel type de confrérie. Il me répondit que c'était une confrérie qui se réunissait tous les vendredi et où ils baisaient sauvagement. Il m'apprit que seulement quatre personnes par an pouvaient se voir offrir le titre de confrère. Actuellement il y avait 22 membres, lui compris. Je lui demandai ce qu'il fallait faire pour en être membre et il me répondit en souriant de d'abord réunir une équipe de quatre personnes voulant en faire part. Je ne pus lui soustraire d'autres informations. M'ayant mis l'eau à la bouche, je réunis une équipe de quatre beaux gosses (pensant influencer plus facilement), moi compris. Je rappelai mon ami et il me donna un lieu de rendez)vous où il viendrait nous chercher. Le vendredi suivant nous étions fin prêt et il vint nous chercher comme il lavait dit. Il nous tendit des bandeaux et reprit la route. Nous pûmes les enlever qu'une fois à l'intérieur du bâtiment. Il y avait de tout. des matelas, une piscine, des sièges, des tables, des coussins, des godes, des télés, des cassettes, des revues x,. et les 21 autres personnes.
Nous fûmes présenté et notre première tâche fut de nous mettre nu, ce qui ne fut pas difficile. Le chef, un beau brun, prit la parole et commença à réciter des règles. En gros : secret, obéir, fermer sa gueule, ne jamais dire non, un seul test d'entrée par personne,.
Il nous annonça la deuxième tâche, il fallait remplir un sceau de pisse jusqu'à une ligne qui symbolisait la moitié. Nous commençâmes donc à pisser, les quatre en même temps et le chef rajouta qu'on avait droit à faire appel à un des membres du jury. Après avoir pissé jusqu'à la dernière goutte, nous nous mîmes d'accord pour appeler quelqu'un et nous désignâmes une personne un peu au hasard.
Il vint vers nous, sortit une belle grosse bite et se mit à pisser. Nous pûmes remplir le sceau de justesse.
Je ne fus pas choisi pour le troisième gage, mais les deux choisis devaient se rendre dans la piscine. L'un debout, l'autre sous l'eau pour tailler une pipe jusqu'à l'éjaculation sans pouvoir reprendre de l'air. Celui qui devait se faire sucer avait droit à trente secondes de préparation et il en profita pour se branler à toute vitesse pour s'exciter un max. Nous les regardâmes durant la pipe et lorsque celui qui avait sucé ressortit sa tête de l'eau et qu'il voulut cracher le sperme pour pouvoir reprendre son souffle, l'un des membres du jury demanda à goutter au sperme. Ils allèrent donc se rouler une pelle.

Le quatrième gage fut pour un des membres du jury et le dernier qui m'accompagnait. Il dut battre en rapidité de pénétration le membre du jury. Les cobayes étant les deux déjà passés. Ce fut une véritable limerie, si bien qu'après une minute de sodomie, ils étaient tous les quatre au bord de la crise cardiaque, mais nous avions gagné.

Je ne pus échappé au cinquième gage, étant le seul à ne pas être passé. Ils firent appeler un livreur de pizzas et moi je devais le convaincre de se branler avec moi devant un film de cul et puis de plonger dans la piscine. Je ne savais pas du tout comment m'y prendre et le temps passa très vite. J'eus presque une crise cardiaque lorsque je vis le livreur entrer, c'était un ex camarade de classe que j'avais connu. Il fût étonné de voir des personnes nues et lorsque je me rapprochai de lui pour le payer et pour prendre la pizza, il eut des yeux tel une chouette.

- Qu'est-ce que tu fous là ?
- J'essaye de rentrer dans une confrérie !
- Et tu dois te déshabiller ?
- Ce n'est rien par rapport au reste !
- Bon, je te laisse car tu commences à me faire peur !
- Attends, j'ai besoin de toi !
- Pourquoi ?
- On m'a donné un gage, et je suis censé te persuader de regarder un film de cul, te branler et plonger dans la piscine.
- Tu crois quand même pas que je vais faire ça devant une vingtaine de mecs ?
- On le faisait bien à cinq quand on était à l'école !
- On était un groupe d'amis !
- Écoute, c'est important pour moi.
- Je n'en doute pas, mais. je ne peux pas !
- Allez ! Et tout ce que j'ai fait pour toi. Je t'ai aidé pour tes examens pendant trois ans, je t'ai arrangé ton dépucelage avec une amie, je t'ai laissé ma place pour un job d'étudiant, .
- C'est bon. je sais tout ce que tu as fait pour moi ! C'est juste me branler et puis plonger dans la piscine ?
- C'est juste ça !
- Et on sera quitte ?
- Si tu le veux !
- Bon.

J'allumai donc la télé, mis la cassette en route et. merde, c'était un fil gay. il me regarda, soupira et enleva quand même son pantalon. Nous nous branlâmes pendant cinq minutes avant d'entendre la voix d'un des membres du jury demander une branlette mutuelle. Par chance nous le faisions déjà dans notre enfance, je saisis sa bite et il saisit la mienne et nous nous branlâmes. Il éjacula un rien après et il dut me terminer. Une autre voix retentit juste après mon éjac, je devais nettoyer sa bite avec ma langue. Mon copain me regarda et fit un non de la tête.

- Tu te souviens la fois ou tu es venu me demander une capote pour pouvoir baiser Laura, fis-je ?
- Oui, tu m'en as donné une.
- Je t'ai donné la dernière que j'avais, et je n'ai pas eut le temps d'en racheter, ce qui fait que j'avais l'occasion de sauter Carole et que comme je n'avais pas de capote, elle m'a dit non. pour toujours.
- Tu veux dire que tu as dit non à une relation avec Carole pour moi ?
- Oui !
- LA Carole ?
- Oui.
- Non, tu ne peux pas me demander de me faire sucer par . toi.
- Fermes les yeux et imagine que je suis ta meuf.
- Je n'en ai pas.
- Je te mettrai sur un coup si tu me laisses faire !
- 'Tain t'es un enfoiré. fais vite.

Je saisis donc sa bite, la gobai et fis vite quelques allez et retour pour la nettoyer. L'air de rien il semblait aimer. ensuite il se leva, retira son T-shirt et ses chaussures et plongea dans la piscine pour faire une longueur avant d'en ressortir. Il s'essuya avec l'un des essuies, me donna son numéro de téléphone et repartit assez vite après que le chef du jury ait déclaré que normalement il aurait dut être sodomisé.

Le sixième gage était de supporter une orgie. tous se mirent à poil et vinrent vers nous. Pour ma part, je me retrouvais avec une pine dans le cul (j'aurais pu en avoir deux), une main qui me branlait et trois bite près de la bouche. Ils changeait de places toutes les trente secondes et ce fut une véritable douche de sperme que les 22 éjacs des juristes. Nous étions couverts de sperme. et ce n'était que le début. nous allâmes recommencer dans la piscine avant de nous séparer pour sucer des pines à la chaîne. Après toutes ces pipes et ces sodomisations, nous eûmes l'ordre de baiser entre nous quatre. Nous nous éclatâmes jusqu'à la dernière goutte de sperme. J'avais le cul déchiré et rempli de foutre, la bouche élargie et un goût de sperme, chaque muscle du corps criait au repos et nous étions couvert de sperme. C'est tout juste si on ne tournait pas de l'oil.

Le septième gage était de battre un des membre du jury dans une compétition de jet de sperme. Autrement dit, il fallait qu'on gicle tous les quatre plus loin que celui désigné. Nous nous alignâmes donc et commençâmes à nous exciter et à nous branler. Ce fut le membre du jury qui gicla un long trait en premier. Il y eut en suite un copains, qui le dépassa de justesse, puis moi qui parvint de justesse à l'atteindre et je pus en fin aller m'asseoir pour me reposer. j'étais mort. ensuite, le troisième rata son coup et le quatrième ne put terminer. Nous avions échoué, mais la peine d'un échec était. une autre orgie. à croire qu'il se retenait durant une semaine pour tout décharger sur nous. Ce fut long, quasiment interminable, et mon corps ne pouvait plus bouger un seul muscle après une deuxième orgie.

Il fallait cependant encore faire quelque chose. se faire caresser dans la piscine pour nettoyer tout le sperme. Il y eut encore une pine qui me pénétra le cul, mais je ne pouvais vraiment plus rien sentir tellement mon cul était dilaté. Ensuite, tous se rhabillèrent, on nous remit les bandeaux et nous fûmes raccompagné chez nous par mon ami qui m'avait parlé de cette confrérie. Il me proposa de terminer la nuit chez lui, mais il comprit à mon regard que j'étais mort. En rentrant chez moi, je me dirigeai vers le lit, aperçut l'heure (07.30), m'effondrai sur mon lit et dormit.
Après une nuit de repos, je pris une bonne douche et j'invitai mon camarade de classe à venir manger un bout. Il me tua presque lorsqu'il sut que j'avais échoué, mais ce soir là nous nous branlâmes à nouveau devant un film de cul (hétéro) et il resta dormir la nuit. Malheureusement, même si j'ai le droit de le toucher, il reste intouchable.

Maintenant que j'ai pris du recul, je m'aperçois que c'est mieux que j'ai échoué. ils n'emploient pas le préservatif et donnent des devoirs.

Par exemple, mon ami qui m'avait raccompagné (maintenant il a aussi quitté car il a refusé son devoir) devait sodomiser un autre membre dans une fontaine public en plein jour en se faisant filmer pour prouver qu'ils l'avaient fait.

Certains voudront peut-être me demander de les introduire, mais c'est impossible, je ne sais pas où c'est et mon ami n'a plus le droit de proposer des gens.

Alors je vous laisse fantasmé.

blackjackvdn@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.