Best Of Cyrillo

Page précédente

Sa première fois au paradis

Je suis un jeune homme de 18 ans, 1.75 châtains cheveux mi-long, assez sportif et une peau bronzé par le ciel du pacifique et les plages blanches de corail...
J'étais hétéro du moins c'est ce que je croyais avant de connaître JP.
Nous nous sommes rencontrés par hasard le long d'une plage, moi en train de bronzer avec des potes qui prolongeaient leur soirée assez arrosé. Il est arrivé en marchant et scrutant l'horizon sans savoir où il se dirigeait. Il assez fin, des cheveux blonds bien coupés comme des stars de cinéma, un visage juvénile et de magnifique yeux bleus. Le groupe dont nous sommes se faisait remarquer à des kilomètres, avec des chants de bringue accompagnés de ukulélé et guitares. Bref tout pour attirer l'attention ! JP s'est assis près de ma serviette afin de pouvoir écouter la musique mais je m'aperçu qu'il était interessé par autre chose...

Nos regards se croisent un instant puis il se rapproche, et me fait un signe de la tête. Il entame la conversation en me racontant sa vie de petit touriste. Ensuite, j'avais une sensation bizarre malgré son intérêt pour le voyage, son regard n'arrêtait pas de descendre vers mon short en nylon. Je ne sais trop pourquoi je me suis mis à bander grave. Je pris comme excuse la chaleur pour me diriger vers l'océan avec lui derrière moi. Tout en parlant il n'arrêtait pas de me dévisager, j'avais le gland serrer dans mon slip sous mon short en nylon et ça je crois pas que cela le gênait. Il commençait à me flatter et flirter sur mon physique, et que beaucoup de filles doivent défiler dans mon lit.
Mais je lui ai répondu : " Et bien vu ton physique tu dois en lever des petites à moins que ce soit des petits" Je me suis senti gêner par la suite vu la réaction de mon voisin.
JP me dit à son tour: " Je vois que tu m'as grillé sur ce coup, je t'avoue que je suis attiré par les beaux appolons de ton genre qu'une huître ouverte.
Je venais de taper fort, sans un mot pendant plusieurs minutes je vis défiler des images torrides, de nos deux corps enflammés de désir. Puis je répondis : " Je n'ai rien contre toi, tu es un mec bien fait mais en fait je t'avoue que je n'ai jamais baiser avec un homme mais ça se pourrait que je le fasse un jour, qui sait il ne faut pas mourir idiot.
"Et bien justement j'allais justement de proposer pourquoi pas aujourd'hui ??"

Après maintes réflexions et me disant que l'on ne vivra qu'une fois j'ai accepté sans savoir vraiment ce que je faisais. Après être sorti de l'eau, nous avons convenu de nous retrouver chez lui à 18 h 00 avec les indications dont il me les griffonna sur un papier.
Je suis rentré directement chez moi prendre une douche afin de calmer mon ardeur sans cesse croissante.
J'ai prétexté une excuse bidon à ma copine afin de pouvoir être à l'heure chez JP.
En voiture je n'arrêtais pas de passer ma main sur ma braguette. Mon gland devenait à l'étroit sous mon short blanc puis je serrais les cuisses afin de cacher la déformation de ma fermeture. Arrivé chez lui à l'heure dite, j'ai frappé à la porte de sa petite maison, située près de la mer avec une vue magnifique de l'île soeur de Tahiti. Il m'a proposé de mettre à l'aise et me servit un verre de jus frais afin de nous rafraîchir d'une journée ensoleillé.
Puis très vite je ne sais comment nos lèvres se sont jointes. C'était une sensation toute nouvelle, nos mains se sont activées à la recherche d'une ouverture afin de pouvoir libérer nos corps bronzés.
Il descendit lentement vers l'objet de ses désirs, puis il passa lentement sa langue sur la fermeture, tira avec les dents sur le zip de la braguette.

J'étais arrivé à un stade où la folie s'empara de mon corps tout entier. Le slip sur les chevilles, il passa le bout de langue sur le méat déjà mouillé par un début de semence.
D'un coup il engloutit tout ma verge et faisait des va et vient sans relâche, j'étais au bord de l'évanouissement car jamais ma propre copine ne m'a donné cette gâterie magistrale.
A mon tour maladroit au début, je suçais pour la première une queue d'homme et le plaisir fut immense. Je l'ai bouffé le cul pendant un bon moment, passant la pointe de la langue dans trou d'amour qui commençait à bien se dilater. J'entrepris d'introduire un doigt, puis deux et toute la main passa j'étais surpris car je n'avais jamais vu ça auparavant.
Après un fist bien bandant, je recouvris ma queue d'une capote afin de satisfaire son besoin d'être pris par un mec en rut. Je pointais ma queue à l'entrée de sa rosette, puis je m'introduits sans ménagement. Je l'entubais pendant plusieurs minutes, puis il est venu me chevaucher comme un malade mais j'étais en transe face à ce corps qui bougeait au dessus de moi.

Il éjacula en plusieurs saccades de sperme sur ma poitrine, je le fis basculer sur le côté afin de le pilonner jusqu'au bout. Enfin, j'explosai en lui en serrant ses hanches afin que ma bite soit tout entier en lui. Nous nous sommes écroulés comme des corps sans vie. Il a fallu plusieurs minutes avant que nous reprenions nos esprits, nous nous sommes embrassés puis après avoir remis de l'ordre, je l'ai quitté en fixant un autre rendez-vous afin de m'initier à la sodomie avec un de ses amis. Et ça ce sera une autre histoire que ne manquerais pas de vous le faire savoir...

WILL

cummings.michel@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.