Best Of Cyrillo

Page précédente

PRISON

Bonjour, moi c'est Marc, je me suis fait prendre par les gendarmes hier alors
que je vendais du haschisch.Nuit à la gendarmerie puis passage au tribunal
pour comparution immédiate. J'ai 19 ans, c'est la première fois que je vendais,
c'est con. Une nuit dans une cellule, puis transfert par camionnette au
tribunal. Nous sommes le 1er juin, il fait chaud, la séance est prévue pour 15h
et il en est déjà 16h30. L'atmosphère est étouffante, je suis assis sur un banc
avec les menottes, une chaîne est reliée à un gendarme, nous sommes vendredi.
Ils discutent du week-end qu'il vont passer, ils ont décidé de faire un tour en
vélo; ils n'en ont rien à faire de moi.

Une sonnerie retentit, les gendarmes se lèvent et me disent: "C'est ton tour."
Je les suis dans un dédale de couloirs, nous arrivons dans la salle d'audience,
plafond haut, une dizaine de personnes assise sur des bancs, la lumière filtre
à travers des fenêtres hautes, on voit la poussière danser dans les rayons de
soleil. Un greffier hurle la cour, les gendarmes se lèvent et me font lever. Le
président, ses assesseurs, le procureur de la république et le greffier. Ils
sont tous en noir, ça fait peur.

"Accusé, levez vous, déclinez vos prénom âge te profession." Ce que je fais.
S'en suit une litanie de griefs de questions pour me piéger, dans la salle une
jeune fille, avocat commis d'office, elle tremble comme un feuille morte. Le
président me fait un portrait de gangster, le procureur, une femme dans la
quarantaine, belle se lève et prononce contre moi un réquisitoire d'une rare
violence, elle demande 6 mois de réclusion. J'en ai les jambes coupées, vient
ensuite la plaidoirie de la jeune avocate, lamentable, heureusement que la
peine de mort n'existe plus j'y aurais laissé ma tête. La cour se retire pour
délibérer, on sort et on se retrouve dans une petite pièce à côté de la salle
d'audience.

Il fait chaud, pas de fenêtre, les gendarmes ont repris leur conversation sur
leur virée en vélo. Une heure passe. Quand la sonnette retentit, on se lève, la
cour a fini de délibérer. On entre dans la salle et on attend; la cour rentre.
"Accusé levez vous, la cour vous condamne à 6 mois de prison avec 2 mois de
sursis, vous serez transporté à la prison de ..... où vous accomplirez votre
peine. Greffier transmettez les documents à messieurs les gendarmes. La séance
est levée."

Il est déjà 6h. On prend une série de couloirs et d'escaliers, on arrive dans
une cour où se trouve la camionnette des gendarmes. On me fait monter à
l'arrière, menottes aux poings. On démarre, on traverse la ville, il fait une
chaleur suffocante d'orage. On sort de la ville et on prend une route de
campagne, on file puis on ralentit, on arrive devant une immense bâtisse
entourée de hauts murs. Un coup de klaxon, les portes s'ouvrent et se referment
derrière nous. Le moteur s'arrête, un gendarme vient m'ouvrir. Je sors, des
gardiens sont là, brève discussion amicale entre les gendarmes et les gardiens,
puis les gendarmes m'enlèvent les menottes et me remettent aux gardiens avec
les papiers du tribunal.

Demi-tour, les portes s'ouvrent la camionnette s'en va, je suis seul avec mes
gardiens. On me fait rentrer dans la loge des arrivants, on vérifie les
papiers, puis on me conduit vers l'accueil. Là, 2 gardiens derrière un comptoir
et le gardien qui m'accompagne, encore une vérification des papiers. Un ordre,
"À poil!", j'hésite, le gardien qui m'accompagne, un mec d'une trentaine
d'année, me sourit et me dit: "Tu te fous à poil, t'a compris?" J'enlève ma
veste, le gardien à côté de moi la donne au 2 autres derrière le comptoir qui
la fouille, je fais sauter mon t-shirt qui rejoint ma veste, je défais ma
ceinture, le gardien me dit de l'enlever et il la passe au 2 autres, je vais
pour enlever mes baskets il me dit d'enlever les lacets, je fais tomber mon
jeans que je tends et j'attends. Le gardien à côté de moi me fait un sourire et
me dit: "À poil!" Je baisse mon slip, rouge de honte. Mon slip rejoint mes
autres vêtements.

À ce moment le gardien à côté de moi me dit de mettre mes pieds le long d'un
ligne blanche tracée sur le sol et de poser mes deux mains sur le comptoir, ce
que je fais. "Écarte les jambes!" Il me donne un petit coup de pieds pour me
faire écarter les pieds. Il enfile un gant en caoutchouc, je lui demande ce
qu'il fait, il me répond avec un sourire: "On va voir si t'a rien de caché."
Les 2 autres se marrent. Je sens un contact froid sur mon cul, je vais pour me
relever, le gardien me dit de ne pas bouger, qu'il me met de la vaseline, je
gueule que je suis pas pédé. Il me répond en rigolant que plus tard, je
regretterai de ne pas en etre, ce qui fait marrer les 2 autres. Je sens un
doigt qui glisse dans mon cul et qui commence à le fouiller, bon y'a rien, il
pourrait arrêter, mimas il continue le salaud, il me masse la prostate et je
commence à bander ferme. Le salaud le fais exprès, maintenant je bande raide,
son doigt ressort, il me dit: "C'est fini, tu peux te relever."

Je bande comme un fou, je ne bouge pas. Il me file une claque sur la fesse en
me disant: "Debout!" Je me redresse en cachant très mal ma queue raide, les 2
autres éclatent de rire en disant: "Il a l'air d'aimer ton petit doigt dis
donc!" Je suis rouge pivoine, le gardien à côté de moi me regarde et dit: "J'ai
l'impression que ça t'a plu..." On me rend mes vêtements, on garde ma ceinture,
mes lacets ma montre, on me file une couverture et des draps. Le gardien qui
m'accompagne me guide vers une porte, il me pousse dans une petite pièce et me
dit de me foutre à poil pour la douche. Je me glisse sous l'eau, pendant ma
douche le gardien me dit: "Excuse moi pour tout à l'heure, mais tu as un si
beau petit cul que je n'ai pas résisté au plaisir de te masser le cul." La
douche est finie, je m'habille, direction les cellules, l'heure de la soupe est
passée, je mangerai demain matin.

Un couloir avec des portes de cellules, puis on s'arrête devant une porte,
"C'est là!", me dit mon gardien. Il fait tourner la clef, ouvre la porte,
dedans à gauche de l'entrée, des chiottes un lavabo, un peu plus loin deux lits
superposés, de l'autre côté, une table des chaises et 2 autres lits superposés
près de la fenêtre grillagée. Trois mecs, Un gras dans les 40 ans en short et
t-shirt distendu, un grand maigre, barbu pas sympathique en short lui aussi
semble pas propre dans les 40 ans lui aussi, et puis un mec en jogging dans les
20 ans souriant, semble gentil. Le gardien me présente comme le nouveau, nous
souhaite un bonne nuit et referme la porte avec un curieux sourire.

La porte refermée, le gros se lève et me dit: "Bonjour petit, ta place c'est
là-haut!" et il me montre le lit près de l'entrée. "Moi c'est Roger, lui," il
me montre le grand maigre, "c'est Marcel, et lui, le petit jeune c'est Thomas.
Bon on va passer aux choses sérieuses!" dit-il en me caressant les fesses. Je
lui prends le bras en lui disant que je ne suis pas pédé, ça le fait rire et il
pose une nouvelle fois ses pattes sur mon cul. Je me dégage quand le grand
maigre me prends les couilles à pleine main en disant: "Tu vas pas jouer les
pucelles mec. Va falloir que t'y passes. " Pendant ce temps là le gros me dégage
les fesses, en moins de 2, je me retrouve à poil. Le grand maigre me serre les
couilles pour que je ne me débatte pas, je cherche à lutter j'me ramasse un
paire de baffes magistrale.

"Tu vas te calmer, petit, sinon tu vas déguster. Tiens, pour commencer tu va me
nettoyer la queue." Il me présente une queue, courte mais très large qui pue
comme pas permis. Je refuse, l'autre manque de m'arracher les couilles, une
main me plaque le visage contre cette queue immonde. Pour m'obliger à ouvrir la
bouche il me pince le nez, je manque d'étouffer, j'ouvre la bouche il en
profite pour me rentrer sa queue nauséabonde. J'en ai des hauts le coeur. "Suce
petite salope, vas-y, nettoie-moi l'engin." L'autre, le grand maigre, me masse
le cul, sans lâcher mes burnes. J'étouffe, je suis au bord du vômissement,
heureusement le troisième ne bouge pas. "C'est bien petite chienne, suce bien,
j'ai la queue bien raide les couilles pleines, Maintenant tu vas me les vider."
Sur ces mots, il se retire de ma bouche, me fait tourner et me prend par les
hanches. Je vais pour gueuler quand le grand maigre me file sa queue qui n'est
pas plus propre dans la bouche. Elle est plus fine mais plus longue, je la sens
toucher ma luette, je vais vômir, il le sent et se retire un peu.

Le gros pendant ce temps m'a rentré un puis deux doigts dans le fion sans
ménagement. J'ai mal mais je ne peux hurler avec la queue de l'autre dans la
bouche. Il retire ses doigts et pose son gland contre mon trou, je me raidis.
Il me fille une claque sur la fesse en me disant de me détendre si je ne veux
pas avoir mal. Et d'un coup, il me pénètre. La douleur est fulgurante, j'ai
l'impression d'un pieu en fer rougi au feu. Je manque de m'évanouir. Le grand
maigre m'a filé une baffe, je ne peux me soustraire à la queue dans mon cul et
l'autre dans ma bouche. La douleur est insupportable. Le gros me lime
rapidement sans se préoccuper de moi, il accélère la cadence et crache dans mes
entrailles. Il se retire satisfait.

"À toi!" balance-t-il au grand maigre. Le grand maigre se retire de ma bouche
et vient m'enfoncer sa queue, sans crier gare. Elle est plus fine et passe
mieux mais la douleur est encore là. Le gros me donne sa queue à nettoyer,
comme je vais pour refuser, je me ramasse une nouvelle baffe et je me retrouve
avec sa queue baveuse de sperme à nettoyer. Le grand me défonce ne
s'intéressant qu'au plaisir qu'il retire de mon cul. La douleur s'efface petit
à petit, il me file des claques sur les fesses et me branle en même temps, je
ne bande pas. Puis il pousse un cri et se vide dans mon trou. Le gros s'est
assis sur le lit et regarde tout sourire en se branlant doucement. Le grand
maigre se retire d'un coup et me donne sa queue à nettoyer. Il dit au jeune:
"Vas-y, il est à toi." Le jeune s'approche de mes fesses, les caresse et pose
doucement son gland contre mon trou distendu et visqueux. Il pousse doucement
et me pénètre lentement. Il commence des mouvements de bassin lentement, il me
lime doucement, je commence à sentir du plaisir, je n'en reviens pas. Il n'y a
plus de douleur, il me baise pour se donner du plaisir mais il veille au mien.
Sa main glisse sous mon ventre et vient me branler doucement, je commence à
bander, je ressens du plaisir. Son gland vient frotter sur ma prostate et me
fait découvrir des sensations inconnues. Je sens sa queue grossir, il va
bientôt jouir. Je sens les contractions de sa queue, il accélère les mouvements
de sa queue et de sa main sur ma queue bien raide. Il pousse un gémissement et
vient dans mon trou, moi de mon côté je viens dans ses doigts. Il se retire
doucement, me caresse les fesses et me dit: "Je vais faire ton lit..." Les 2
autres sont tout sourire.

Le gros me dit: "T'es un bon petit, maintenant couche toi, demain il faut être
prêt pour le p'tit déj." Il se lève, pisse et va se coucher, le grand maigre en
fait autant. Le jeune m'aide à monter dans mon lit, me fait un sourire. Je
m'allonge sur le lit, j'ai le cul en compote. La lumière s'éteint. Quelques
minutes pus tard les ronflements du gros et du grand maigre démarrent. La honte
m'étouffe, j'ai mal, des sentiments confus se mélangent dans ma tête, et une
envie irrésistible de pleurer m'envahit. Je sanglote dans le noir, quand tout à
coup une main vient se poser sur moi, je me relève un peu c'est le jeune, qui
est monté sur mon lit. Il se couche à côté de moi et me dit tout bas: "Ne t'en
fais pas, ils m'ont fait pareil quand je suis arrivé, ils ne sont pas méchants
mais comme tu as pu t'en rendre compte, ils n'ont aucune éducation." J'ai
glissé ma tête sur l'épaule du jeune et je pleure en silence. Il me parle
doucement pendant que sa main me caresse, je lui dis que je ne suis pas pédé,
mais que j'ai pris du plaisir quand il m'a baisé. Il me confie, qu'il ne
voulait pas me baiser mais s'il ne l'avait pas fait les autres auraient piqué
une colère et m'auraient fait subir des sévices.

Il approche ses lèvres de moi, j'ouvre la bouche, sa langue vient rencontrer la
mienne, un long baiser s'en suit. Il me dit pour me faire pardonner: "Je vais
te sucer tu veux?" "Je veux bien," lui dis-je dans un souffle. Il glisse sur le
côté et je sens sa bouche envelopper mon sexe qui durcit immédiatement, il me
suce en douceur sa langue tourne autour de mon gland, je me retiens de gémir,
je sens que je vais venir, je tente de me retirer, il poursuit, je viens dans
sa bouche, j'ai l'impression que je vais me vider, la tête me tourne. Quand ma
queue redevient molle, il remonte et me donne un baiser où se mêlent sa salive
et mon sperme. Le goût me surprend, mais je lui rends son baiser. Il me dit:
"Passe une bonne nuit, je veille sur toi." Je m'endors, une nuit pleine de
cauchemars.

Le lendemain matin au réveil, le gros et le
grand maigre tirent sur mes couvertures, et me disent de
descendre, je m'exécute. Il me disent: "C'est l'heure du
p'tit déj." Comme je les regarde sans comprendre, le gros me
dit: "Il faut nous purger les burnes, allez, tu nous suces!" Il
me fait mettre à genoux, et me présente sa queue, je gobe
il commence à me limer la bouche, il vient rapidement. Le
grand maigre prend sa place, et me fourre la bouche sans
ménagement, il vient rapidement, se retire et va pisser. Le
gardien arrive, accompagné d'un prisonnier qui apporte le
petit déjeuner. Le gardien me dit avec un petit sourire:

- T'as passé une bonne nuit?

Je vais pour dire ce qui s'est passé quand je rencontre le regard dur du grand
maigre.

- Oui je vous remercie.
- Bon. Si tu veux, après le petit déjeuner, tu peux aller travailler avec les
autres, tu veux?
- Pas aujourd'hui.
- Bon comme tu veux.

Le gros et le grand maigre partent travailler,
le jeune leur dit qu'il va rester avec moi pour la première journée.

- Ok comme tu veux.

La porte se referme et je me retrouve seul avec le jeune.

- Bon moi c'est Thomas et toi?
- Moi c'est Marc.
- T'es là pour combien de temps?
- Quatre mois et toi?
- Moi Il me reste 3 mois. Quand je suis arrivé ils m'ont violé comme toi, ça a
duré 1 mois tous les jours, et puis ils ont arrêté, maintenant ils me baisent
1 fois tous les 15 jours. Je n'y prends pas plaisir mais si je ne dis rien, ils
me foutent la paix, alors...
- Tu était homo avant?
- Non comme toi j'avais des copines, jamais je n'avais pensé que je baiserais
avec des mecs ou que je me ferais baiser. Quand tu es entré hier soir je me
suis dit: "le pauvre il va morfler", je n'avais pas le choix sinon ils m'auraient tapé dessus.
Tu ne m'en veux pas?
- Non je ne t'en veux pas, tu a été doux avec moi et je dois dire que tu m'as
donné 2 fois du plaisir. Je ne croyais pas qu'on pouvait jouir avec une queue
dans le cul.
- Si tu veux ce soir après qu'ils t'auront encore baisé et qu'ils dormiront, tu
pourras me baiser si tu veux.

La journée se passe sans encombre, et le soir de nouveau, le gros et le grand
maigre me baisent, mais cette fois sans violence. Ils se couchent, et peu de
temps après, les ronflements démarrent. Thomas attend un peu et vient me
rejoindre.

"Je tien parole, si tu veux me baiser, vas-y." Il caresse ma queue qui gonfle
rapidement, se retourne et me présente son trou. J'avance le bassin, mon gland
vient toucher son trou. Il me dit: "Vas-y!" Je pousse mon gland, il rentre sans
trop d'effort. Ma queue glisse dans son trou, c'est doux chaud, je commence des
va-et-vient. Il accompagne mes mouvements par des mouvements du bassin, il a
tourne sa tête et me donne un baiser. Je vais jouir, lui dis-je. Je sens les
contractions de son trou, il va jouir aussi. Ses contractions provoquent ma
jouissance, je sens son jus venir dans mes doigts. Il se retourne, je
l'embrasse en lui disant:

- Merci.
- Tu n'as pas à me remercier, j'y ai pris du plaisir aussi. Si tu veux on
recommencera.

Les jours se suivent et se ressemblent, quand un matin de douche, le gros et le
grand maigre y vont tout joyeux, ils reviennent propres et souriant. Le soir,
je m'attends encore une fois à subir leurs assauts quand le gros nous dit: "On
sort demain les gamins alors ce soir, c'est vous qui nous baisez." Thomas et
moi, on se regarde incrédules, le grand maigre nous dit: "Oui on sort demain
alors notre cadeau à nous, c'est qu'on vous offre notre cul pour vous remercier
de nous avoir soulagé." Ce faisant ils baissent leur short et nous présentent
leurs culs. Thomas me fait un signe, il me montre le grand maigre et me dit:
"Je commence par le gros." Thomas file une claque sur les fesses du gros,
celui-ci surpris se retourne. Thomas lui dit: "Suce moi un peu pour m'aider à
bander." Le gros s'exécute.

Je dis au grand maigre: "Et toi alors, tu vas me faire bander?" Il se retourne
et commence à me sucer, il est doué le salaud. Thomas et moi nous sommes bien
raides. "Allez, tournez vous!" Le gros et le grand maigre nous présentent leur
cul. Thomas attrape les hanches du gros et sans préliminaire l'enfile jusqu'à
la garde, le gros pousse un petit cri. Moi j'en fais autant, le grand maigre
tente d'échapper mais je le rattrape et l'enfile d'un coup. Il pousse un cri,
je ne m'en occupe pas et le lime sans faiblesse. Je vais venir, Thomas me lance
un regard, je lui dis que je vais venir, il me dit que lui aussi. On lâche
notre purée en même temps. On se retire. Le gros et le grand maigre se
redressent. Thomas leur dit de nous sucer pour nettoyer nos queues. Ils vont
pour protester, mais Thomas leur dit: "Allez, en vitesse!" et on échange le
gros prend ma queue en bouche et le grand maigre prend Thomas. Nos queues
reprennent de la vigueur.

Thomas leur dit: "Allez, en position." Les deux compères se retournent et nous
présentent leur cul. Je prends le gros par les hanches et lui enfile ma queue
d'un coup, il pousse un cri. Pendant ce temps Thomas enfile le grand maigre
jusqu'à la garde. Thomas leur dit: "Allez les salopes, embrassez-vous." Il
s'embrassent pendant qu'on les lime. Je viens dans le cul du gros, je sens
qu'il vient lui aussi, il pousse un long soupir. Thomas s'est vidé lui aussi et
s'est retiré; le grand maigre se finit à la main.

Le lendemain au réveil, Thomas saute sur ses pieds me dit de descendre; on se
lève et on présente nos queues pour le p'tit déj. Le gros et le grand maigre
nous vident les burnes. "Bonne journée les mecs et profitez de la liberté."
Nous sommes seuls, maintenant depuis 3 semaines et nous nous aimons tous les
soirs.

Quand un soir la porte s'ouvre, on nous amène un jeune. Le gardien se retire.
Le jeune est un peu effrayé, nous le rassurons, tu ne risques rien, on va pas
te violer. Le jeune monte dans son lit, nous nous caressons, le jeune nous
regarde sans rien dire. Nous l'oublions et nous nous aimons. Plus tard dans la
nuit nous entendons le bruit caractéristique d'une branlette, c'est le petit
dernier qui se soulage.

Le lendemain soir il va pour se coucher, se déshabille quand il enlève son
pantalon, son slip est super tendu, il tente de cacher son érection, Je lui
dis:

- Si tu veux tu peux baiser avec nous.
- Non, non, dit-il tout rouge.
- Allez, on voit bien que tu bandes! dit Thomas.
- Non, non, dit-il sans conviction.

Je pose une main sur son paquet il ne bouge pas; Thomas s'est approché de lui
et lui caresse les fesses, il me réagit pas. Doucement, je fais glisser son
slip, sa queue libérée vient frapper son ventre je la prends en bouche et
commence une pipe. Il gémit doucement. Thomas lui roule une pelle d'enfer. Il
se libère et se laisse aller au plaisir. Nous finissons la soirée à trois.

Les jours ont passé Thomas est libéré aujourd'hui. Je l'embrasse avant que le
gardien n'arrive, il me dit qu'il m'attendra quand je sortirai. Il est parti,
le petit jeune couche avec moi de temps en temps, mais ce n'est pas pareil
qu'avec Thomas.

Mon tour arrive, je donne un baiser au petit jeune. Formalités et puis la
porte de la prison s'ouvre. Thomas est là, il sort de la voiture, prend mes
affaires qu'il met dans le coffre, nous montons. La porte de la prison s'est
refermée, il passe un bras autour de mes épaules me donne un long baiser et me
dit:

- Bienvenue dans le monde libre. Tu sais où aller?
- Non.
- Viens chez moi si tu veux.

Mon coeur fait un bond. Je lui fais un grand sourire et lui dis avec joie:

- Je n'osais pas te le demander.

Un grand sourire illumine son visage.

- Tu resteras tant que tu voudras, je t'aime.
- Merci, Thomas. Moi aussi je t'aime, tu m'as manqué terriblement.
- Ok allons y, la vie est belle...

joao1@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.