Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Page précédente

"Un peu de romantisme cela ne fait pas de mal"

Avec un bande de copain de la fac, on avait décider de louer un chalet à la montagne pour les vacances d'hiver afin de passer deux semaines au ski à s'éclater, à dévaler les pentes, ...
Et après il y a bien fallu faire toutes les démarches auprès de l'agence pour la réservation du chalet, des remontées...............
On est parti relativement tôt le soir, pour arriver le lendemain matin, afin de profiter au maximum de notre séjour, qui nous a réservé quelques surprises, et de tailles surtout pour moi.

A peine arriver sur notre lieu de villégiature, rentrés dans le chalet, on a jeté aussitôt nos sacs dans l'entrée, enfilés nos tenues, et hop nous voilà sur les pistes. Mais je vous le donne en mille, expert de basse classe que l'on était, on était plus souvent assis sur la neige, que debout sur les skis, de vrai gamin. Cette journée bien remplie, finit de nous achever, par une bonne douche, bien méritée, un bon repas, et hop le dodo. Le lendemain on se réveillait relativement tard, on s'est préparé vitesse grand V, et nous revoilà sur les skis. Comme à notre habitude, on tombait plus que l'on ne restait sur les skis, mais à un moment je n'ai pas su m'arrêter à temps, pour éviter un obstacle, qui me fit salement chuté. Ce qui devait m'arriver, m'arriva, et boum, j'étais bon pour l'hôpital. Le médecin, me banda la cheville, et me dit, bon c'est pas trop grave, mais bon repos total de la cheville pendant 10 jours, et séance de kiné pendant 1 mois. Je lui dis, donc je peux faire une croix sur le ski, et oui me répondit-il. Génial, mon séjour au ski de foutu. Je lui dis, vous avez un numéro de kiné à me donner, car je ne suis pas de la région. Ce qu'il fit en quelques secondes.

Rentrer au chalet, je téléphonais au kiné, pendant que eux les copains étaient reparti skié, je leur avais dit, allez pas gâché vos vacances pour moi. C'était un remplaçant, il avait une voix plutôt agréable au téléphone. Il me dit qu'il pouvait venir d'ici à une demi - heure, un rdv s'étant annulé. Je lui dis ok, vers quelle heure ? 19h30, parfait.
Les copains eux, s'était inscrit pour la descente de la piste de nuit. Je leur ai dit c'est pas grave, allez y. 19h30, arrivait, on sonna à la porte. J'hurlais, qui est ce ? C'est le kiné, entrez, la porte est ouverte. Il rentra, enleva ses skis, son manteau, et vint vers moi. Quelle surprise, je n'ai pas eu quand je l'ai vu. De loin il laissait deviner, quelqu'un d'agréable à regarder ; mais de près, s'en était à tomber par terre. Il me dit, bon donc, expliquez moi un peu plus en détail ce qui se passe. Je lui donnais la lettre du médecin, et lui expliquait par la même, toute l'histoire. Il me dit, c'est pas bien grave, c'est même plutôt habituel, surtout quand on fait du ski pour la 1ère fois. Et on partit à rigoler.

Il me demanda, d'enlever mon pantalon de ski, je lui ai dit, c'est une combinaison, vous allez devoir m'aider, à l'enlever. Ce qu'il fit avec une extrême délicatesse. Je lui demandais après la séance, s'il voulait un café bien chaud. Il me répondit que oui, je sautais sur une jambe jusqu'à la cuisine, et je lui préparais son café. Il me dit, attendez j'arrive, mais moi têtu comme une mule, je voulus lui rapporter son café, et là, quand il arriva à ma hauteur, il prit la tasse de café, mais malheureusement, je lui fis renverser, légèrement sur lui, car je venais de me rattraper à son bras. Je devais rouge de honte. Il me prit le bras, et me dit c'est pas grave. Là un blanc, se passa, nos regards, se croisait et se troublait. On échangea, un baiser furtif, mais agréable. Il me demande, quand est ce qu'il pouvait venir pour la prochaine séance, je lui dis après demain, même heure. Il me dit ah ben oui, pourquoi pas ?

Le surlendemain arriva, et mon kiné fut pile au rdv. Je lui ouvris la porte, et il me demanda, alors, cette cheville, comment va t'elle ? Je lui répondis, bien, vous avez fait des miracles docteur. Je fermais la porte. Notre séance commença, et bien sur, j'avais le droit au massage de la cheville, et du bas de la jambe. Ce qui me procura un léger soupir et frisson. Je lui dis, la séance finit, si vous voulez, là il me reprit, et me dit, tu peux me dire tu. Ok, donc si tu veux tu peux rester à manger, à moins que ta femme ne t'attende. Il partit à rire, et je lui demandais pourquoi ? Et bien, tu ne te rappelles pas hier soir, on s'est légèrement embrassé, je lui dis oui, mais bon cela n'engage à rien. Il me dit, bon ben si pour lui. AH, ok, pourquoi pas après tout. Donc est ce que tu restes manger ou pas ? Il me dit, ben et tes copains, ils sont pas là, je lui dis non, cette bande de lâcheur, est partis faire un tour en ville. OK, je vais t'aider à préparer le dîner. Le dîner fut très simple, mais devant des chandelles, avec un peu de champagne. Je lui dis, tant qu'on est dans le romantisme, vu notre lancée, je lui dis et bien, prenons, un bon café, mais devant la cheminée. Il me dit wow, je lui dis et oui, côté fleur bleue.

On prenait un café, et bien sur, au bout d'un moment forcément, on s'est échangé un baiser. Plutôt agréable ? On venait de finir notre café, que l'on posait à peine nos tasses, et voilà, on recommençait à s'embrasser, mais là de plus en plus longuement, et en échangeant des caresses. Il me dit c'est la 1ère fois que ça m'arrive, draguait un patient, ben disons que je t'ai fait aussi du rentre dedans, comme on dit. Il dit c'est vrai. T'es choqué, il me dit, tu vas voir si je suis choqué, et là il m'embrassait fougueusement, en enlevant délicatement, le maillon que j'avais mis. Il m'embrassait sur tout le corps, un pied d'enfer que j'étais entrain de prendre. Il me dit, tu veux que je te.. suce, je lui dis tu veux ? Avec un léger sourire. Et là ce fut des plus mémorable.

Par la suite, comme j'étais blesser, il se mit nu devant moi, à genoux, pour que je le suce à mon tour. Il me tendit une capote, et me dit je peux ? Je lui dis oui, et là il m'enroula doucement la capote, pour ensuite venir s'asseoir sur moi, et commencer un long va et vient. Je ne résistais pas longtemps à tous cela, et je déchargeais sur son dos musclé et bronzé à la fois par le ski. Il se retira, se masturba sur mon torse, et vint décharger un liquide chaud et agréable au toucher, sur mon torse. On s'essuya mutuellement, puis on se rhabilla. On se quitter sur un baiser, doux et chaleureux. Et on recommença cela à chacun de nos séances de kiné. Mettant dehors sous un faux prétexte les copains dehors, pendant sa venue. Il me laisse un agréable souvenir de vacances, d'ailleurs, on doit se revoir la semaine prochaine, chez moi.
Comme quoi, un peu de romantisme, n'a jamais fait de mal.

Story

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.