Best Of Cyrillo

Page précédente

salope impuissant sussbit ki sent

Voilà, je vais vous raconter comment j'ais été dominé par un homme de plus de 50 ans il y as un an a peu près, mais j'ai ai reçus pas mal d'autres depuis.
J'ais choisit de le faire de façon hard et très cru, car c'est de cette façon que j'ais été utilisé, mais aussi parce que j'adore être dominer avec un langage très cru et super vulgaire, même si dans la vie je suis quelqu'un de très courtois et discret.
Je n'avais oser le faire mais je vous dois vous avouer ma vraie nature de salope impuissante vraie vide-couilles pour Hommes machos et Femmes dominatrice.
Alors que dans la vie je plait souvent aux femmes (mais elles ignorent à ce moment la que je suis une salope bande mou) j'ais toujours été un piètre amant incapable d'avoir un autre rôle au lit que celui d'une lopette et salope.

Petit à petit je suis devenue de plus en plus passif puis soumis et enfin totalement obéissant et incapable d'avoir un rôle dominant ou actif aussi bien avec une Femme (que j'adore mais que je ne peut faire jouir qu'avec ma bouche) ou un Homme.
Je ne suis pas attiré par les Hommes et ne me sent pas homo du tout et il est pour moi impossible d'imaginer d'embrasser, de caresser ou d'être caressé par un Homme, mais j'adore par contre être dominé, salopé, et humilié par eux, surtout devant une femme.
J'adore que les hommes se moquent de moi et de ma situation de salope impuissante et me brutalise.

Enfin, voilà comment j'ais rencontré Maître ( je ne connaît ni sont nom ni sont prénom et ne l'ais reçut que deux fois) peut être connaissez vous « dialoguez.com » sur le net ou je me suis rendu (sur « guy » messagerie gay genre minitel) sous l'appellation « salope sussbit qui sent piss» en effet je suis très très propre et demande la même chose aux Hommes que je reçois mais l'odeur de l'urine m'excite et me rend encore plus salope et soumis.
J e me connecte aussi sous le pseudo « slpe impuissante bche et Q soumis ».
Je dialogue donc prés de 20 minutes avec mon dominateur pour répondre à ces questions et mieux connaître ses goûts puis il me demande mon phone (portable) pour m'appeler.
Il aime aussi le langage cru et m'appel en demandant directement la salope impuissante.

Je lui ais parler de ma condition de salope impuissante.
Je lui répond « c'est moi Maître »
« Bien donne moi ton adresse connasse j'ais besoin de me vider les couilles rapidement »
J'aime moi aussi les plan direct sans aucuns préliminaires et rapide.
Il me donne les consignes, il arrive dans une demie heure chez moi, je devrais l'attendre totalement nu, a quatre pattes derrière la porte de chez moi, le cul en l'air et bien cambré, les yeux bandé, parfumé avec du parfum de femme avec une noisette de gel sur le trou du cul prêt à l'emploi et ayant pris une douche en attendant les ordres.

Précision je suis toujours épiler quand je me fait utiliser.
Je surveille la fenêtre pour voir à quoi il ressemble, enfin il arrive.
Il est bien comme il l'as dit, petit et trapu, châtain foncé avec des lunettes.
A chaque fois je ressent la même chose, de la honte, la trouille aussi, mais surtout une très très grande envie et excitation d'être utiliser comme une salope.
Il sonne à l'interphone « ouvre salope » je lui ouvre la porte du petit immeuble (j'habite au premier) et j'entrouvre la porte de chez moi, puis je me mets a quatre pattes, je cambre bien mon cul et je baisse sur mes yeux le bandeau que j'avais sur le front.
Je suis maintenant à sa disposition totalement humilié et soumis.

Il toque et entre direct.
« Alors c'est toi la salope »
« Oui Maître » puis il tourne autours de moi en m'insultant et m'ordonne de mieux cambrer mon cul de salope, il frotte le bout de sa chaussure sur mon anus luisant grâce au gel mais aussi parce que je mouille comme une pute, « t'aime ça ma salope que je te frotte le cul avec ma godasse» me dit il, « oui Maître ».
Je me rappel qu'il faisait froid et que le cuir de sa chaussure était encore froid du dehors.
Puis il m'ordonne de nettoyer avec ma langue le bout de sa chaussure souillée par mon cul.
« Léche ta mouille connasse, astique moi la godasse ».
Ensuite je l'entend sortir des trucs de sont sac et il attache mes testicules et ma bite molle avec de la ficelle « tes couilles inutiles » me dit-il, une ficelle qu'il tiendras toujours dans sa main comme pour me tenir en laisse par les couilles, s'amusant à tiré dessus « pour faire valdingué dans tous les sens ma bite molle de pute impuissante » disait-il.
Il parlait beaucoup et m'insultait quasiment tous les cinq mots, toujours au féminin et se moquait beaucoup de moi.

Ensuite il m'a graisser le cul avec le gel, m'a enfoncer une bougie dans l'anus, et m'a attaché les mains dans le dos, de façons assez serrés.
Il est passer ensuite devant moi, toujours a quatre pattes, et a ouvert sa braguette et sortie sa bite de sont slip, elle sentait assez fort la pisse car je lui avait dit que j'adorais les hommes très propre mais avec la bite qui sent fort la pisse et le foutre, il avait donc pisser avant de venir sans s'essuyer et s'était branlé.
Il m'ordonnât de coller mon nez sur sa bite « pour renifler la bonne odeur du mâle » puis il me prit très fort par les cheveux et frottas sa bite sur mon visage en me traitant de tous les noms, j'adorais ça.

Je ne voyait pas sa queue mais je sentais un gland très épais et circoncis et une bite dans les 15 centimètres de longueur.
Enfin il me dit d'ouvrir la bouche à fond et de tirer la langue comme une pute et il m'enfila sans ménagement sa queue dans la bouche, je le suçais et le pompait à fond mais comme il estimais que je ne le suçais pas assez bien il me giflait sévèrement en m'insultant et je devais dire merci à chaque baffes.

Je lui avait dit auparavant que j'adorais être brutaliser et gifler et j'ais du prendre une bonne dizaine de baffes dans la figure ce jour la, j'avais les joues qui me chauffaient.
Après ces baffes je finit pas le sucer comme il le souhaitait, il voulait que je sorte beaucoup la langue et que je mouille sa queue partout, je dût aussi lui lécher les couilles qu'il avait très grosse, puis à un moment il me demandas de lui donner le bol avec lequel je buvais mon café le matin, et alors qu'il me tenait toujours en laisse par les couilles j'allais à tâtons dans la cuisine lui donner mon bol.

Il pissas dedans ( j'entendais sa pisse couler dans mon bol et cela m'excitais ) puis il me mis le bol sous le nez, ensuite il trempas sa bite et ses couilles dans le bol plein de pisse et m'ordonnas de le nettoyer en lui léchant bien sa bite et ses couilles, il trempas ses couilles et sa bite 3 fois dans le bol, et à chaque je devais le nettoyer.
Avant il m'avait envoyer par le net son test hiv négatif récent ( 3 mois ).
Ensuite alors que j'avais expulsé la bougie de mon cul de salope, il me mis dans la bouche la bougie qui sortait de mon cul, puis il se plaças à nouveau derrière moi, pris sa ceinture et me demandas de lui dire ce que j'étais et je lui répondais que j'étais une salope à machos, et lui tirant à fond sur la laisse il me mettais un bon coup de ceinture sur les fesses.

« Oui ma pute et quoi encore » ?
« Je suis un lopette et une salope à routiers Maître »
et je prenais encore une coup de ceinture sur le cul, ceci une dizaine de fois, toujours en disant merci.

Quand il décidas que mon cul était assez rouge il me détachas les mains et m'ordonnas de lui mettre le préservatif sur la queue, me graissas le cul rapidement en y enfonçant un doigt puis deux et posa sa bite à l'entrée de mon cul puis me demandas en me tirant par les cheveux si je savais ce que l'on faisait aux salope impuissante comme moi ?
Je lui que non et il me dit : « ont les enculent comme des gonzesses » en m 'enfonçant d'un seul coup sa bite dans la cul et il me baisait brutalement a grand coups dans mes fesses en me traitant de salope impuissante, de morue, de putain à routiers, de trou à bites etc tout en me tirant par les cheveux et en me claquant les fesses.
Il m'a enculer pendant disons 5 minutes puis il s'est retirer de mon trou du cul, m'as repris à fond par les cheveux pour frotter sa bite sur ma figure et a finit par éjaculer tout son sperme chaud (j'adore cela) sur mon visage.

En gémissant il étalait son foutre sur toute ma figure. PUIS IL M'ORDONNAIT DE RESTER AINSI AVEC SON SPERME SUR MOI PENDANT QU'IL ALLAIT SE LAVER LES MAINS ET LA BITE.

Une fois qu'il eu finit il me dit « à la prochaine ma salope » et il est partis.
Je me branlais tout de suite après son départ et en deux minutes j'avais un orgasmes formidables.

justinmaso@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.