Best Of Cyrillo

Page précédente

This night

La chaleur d'une bouche sur ma queue me réveilla. Une bouche me pompait doucement, suçait mon gland. Des lèvres remontaient et s'abaissaient le long de ma hampe. Qu'est-ce que c'était bon ! Encore endormi, je me demandais qui me suçait. Puis, me revint en mémoire la soirée que j'avais passé avec un ami de fac (Michel) pour réviser. Ce que nous n'avons pas fait. J'étais assez surpris, d'autant plus que je n'imaginais pas qu'il puisse être gay.
Ne voulant pas l'effaroucher, je fis comme si de rien n'était. Il me branlait en même temps qu'il me pompait le dard. Je me retenais difficilement de poser mes mains sur sa tête et de lui niquer la gueule.

Il gémissait doucement. Je sentais la jouissance qui arrivait à grand pas. Et là, j'appuyais fortement des deux mains sur sa tête pour plonger ma teube encore plus profond. Ma queue tout entière entra et aussitôt, je jouis. Ahhhhh. de longues giclées chaudes et salées qui allèrent directement au fond de sa gorge. Il continuait toujours à me pomper, nettoyant mon gland.
Dans le noir, je le sentis se lever et se coucher sur moi. Il n'avait prononcé un mot. Je sentis une queue démesurément longue et brûlante sur mon ventre (25*6, je le sus plus tard). Il emprisonna aussitôt mes lèvres entre les siennes et les suça. Sa langue tournait rapidement sur le mien et me gobait es amygdales. C'était d'enfer. Ma queue s'érigea une nouvelle fois, dure comme du marbre. Il était littéralement plaqué sur moi, pesant de tout son poids, m'empêchant de bouger. Tout en continuant à m'embrasser, il ondulait sur moi, son chibre montait et descendait le long de mon ventre, me procurant un plaisir inouï.

Après quelques minutes passées ainsi, j'eus envie d'autre chose.
- suce-moi, lui dis-je.
- Ecoute on va faire les choses à ma manière

Il se releva et agrippa ma tête entre ses deux mains. Le message était clair. Je touchais sa bite, elle était énorme, je n'en avais jamais touché de pareille. Ma tête descendit, et j'ouvris mes lèvres un max pour avaler le gland. Il fit une pression sur ma nuque pour que j'aille encore plus loin. C'était difficile vu les dimensions de sa queue. J'avalais tant bien que mal a peu près dix centimètres de ce pieu. Il commença à se servir de ma queue comme d'une chatte, imprimant à ma tête un mouvement d'avant en arrière. Ma langue glissait sur la hampe, je salivais un max pour faire glisser encore plus cette teube. Je titillais au passage le gland, la fente plus grande que la moyenne, recueillant quelques gouttes de précum salé.
- arrête, fit il en repoussant ma tête. Tourne toi. Il se présenta derrière moi et posa la langue sur ma rondelle vierge. Il aspira la rondelle en entier puis mit me pénétra avec sa langue. Des frissons parcoururent mon corps, c'était délicieux. La langue entra et explora mes entrailles, me faisant gémir de plaisir
- ohhh, ohhh ahh, oui, continue, fis je en me branlant. Après quelques minutes de ce traitement, il se leva du lit et alluma la lampe. C'était un véritable apollon. Sa bite était belle, et énorme et ce cul !

Il se courba et fouilla dans son sac, me présenta du coup son trou d'amour plissé et poilu. Il revint avec un pot de gel et un gode de dimensions modestes d'environ 16cm, mais large, plus que le sien.

Il revint sur le lit me roula un patin d'enfer avant de me coucher sur le dos.
- relève tes jambes. Je pris mes jambes et les ramenai sur mon torse, il devait avoir une vue imprenable sur mon cul !
Il prit du gel et m'en badigeonna le derche, m'enfonçant deux doigts dans le fion, bien au fond pour lubrifier les parois. Je ressentais un plaisir tout à fait dément. Il mit du gel sur le gode et me pénétra avec, doucement. Une douleur fulgurante me traversa l'échine. « Aïe ». T'en fais pas, ça va passer. Il continuait de m'enculer cm par cm. La douleur était toujours là, mais moins fulgurante. Quand qu'il m'eut suffisamment empalé, il s'arrêta un moment, un sourire aux lèvres, le temps que ma rondelle s'habitue à ce large pieu. Puis il commença à bouger. Je ne bandais plus. Le gode coulissa, me faisant encore souffrir. Mais après cinq ou six allers-retours, ma rondelle se détendit et le plaisir afflua, se concentrant non seulement sur ma bite, mais aussi dans mes entrailles. Je criai de plaisir. C'était trop bon.

- vas-y, encule moi. Oui, encore, vas y profond. Je ne pouvais plus me retenir, tellement j'étais excité. Je me branlais activement. Michel sortait entièrement le gode pour me renculer encore plus fort. Je criais de plus en plus, la jouissance était proche.
Le gode semblait avoir augmenté de taille soudain. En fait, c'était lui qui venait de me pénétrer avec sa bite. Il était entièrement en moi, ses couilles butaient en cadence sur mon cul. Il me labourait profondément. Ses coups de boutoir étaient puissants. Il poussait des hans de bûcherons. « T'aimes te faire enculer, salope, hein, t'aime les grosses bites de mec. T'es qu'une salope, et je vais te défoncer la chatte. »

- oh oui, je suis ta femelle, ton garage à bites, encule moi, engrosses moi. Oui, oui oui. Je vais venir, je vais jouir. Je ne m'étais pas touché durant mon enculade, de peur de venir trop vite, mais là, je n'en pouvais plus. Les sensations que j'éprouvais étaient franchement démentes. Ma queue bandait tellement qu'elle me faisait mal.

Pour accélérer la jouissance de ce type, je contractai mon anus, enserrant un peu plus sa bite.
Le plaisir arriva enfin, je sentais le sperme monter le long de mon sexe, pour enfin gicler. Ahhhhh. Mon cri déclencha son orgasme et je sentis de long jets chauds s'engouffrer dans mes entrailles. Mon anus se contracta spasmodiquement, augmentant encore le plaisir de ce type qui n'en finissait pas de jouir comme un dingue. Il s'affaissa aussitôt sur moi et me roula un patin. Il décula quelques minutes plus tard et me relevant les jambes, se mit à lécher son propre sperme me procurant encore quelques plaisirs de plus.
Ce fut le début d'une logue histoire qui dure jusqu'au moment où je vous parle.

J'attends vos suggestions

blackrosette@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.