18 Sept.
+ 47 histoires en accès privilège.
17 Sept. : +25 histoires en accès public
Galerie Amateur à jour !

VIP
"Accès privilège" des histoires juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

La ferme de Paul

Je ne peux pas dire que j'étais très avantagé par mon physique. J'étais de petite taille, un mètre soixante pour quarante huit kilos, mais surtout je faisais beaucoup plus jeune que mon âge. A 17 ans, j'en paraissais 15 et plus souvent je devais justifier de mon identité pour accéder à certain lieux. Même ma puberté était en retard, un corps peu développé, presque pas de poils. J'ai souvent été moqué par des copains lorsqu'ils voyaient mon sexe. C'était le prix à payer si à mon tour je voulais mater les queues d'autres garçons

Bien que je préférais la compagnie des filles, je pensais plus souvent à mes copains, sans jamais avoir osé faire quoique ce soit avec un garçon. Pourtant, lorsque je me masturbais, j'imaginais mes copains entrain d'en faire autant. Cela m'excitait davantage. A la piscine, je regardais souvent le maillot des garçons

        A l'époque, je vivais dans le département des Basses Pyrénées (rebaptisé Pyrénées Atlantiques) dans un immeuble de ces villes nouvelles qui poussaient comme des champignons dans les années soixante. Après deux ans dans cet appartement, mes parents décidèrent de déménager dans des petites maisons individuelles fraîchement construites à la périphérie de ces grands immeubles La maison disposait de plusieurs chambres, ce qui me permit d'avoir ma propre chambre

Notre maison était à l'extrémité du lotissement proche de la grande campagne. Je pouvais entendre les vaches beugler dans les champs, ce qui supposait qu'il y eut une ferme pas très loin

Après avoir pris nos repaires, rencontré quelques voisin, il s'avérait qu'une ferme était pas très éloignée, pour y aller à pieds. Un après midi, j'accompagnais ma mère pour trouver cette ferme. Après une bonne demi-heure de marche, nous sommes arrivés. Il y avait une grande cour où gambadaient des poules, canards, et autres volailles. Une maison d'habitation, une grange, des grands bâtiments. J'aimais déjà cette odeur de ferme. Le chien de la maison attaché à sa chaine se mit à aboyer alertant la maitresse de maison de notre présence

        Une femme d'une cinquantaine d'année un peu enrobée, sortit de la maison. Elle était habillée d'une blouse à fleurs, de sabots. Elle fit taire le chien pour nous demander ce que nous cherchions. Après lui avoir dit bonjour, ma mère lui demanda si c'était ici que nous pouvions acheter du lait, des œufs et autres produits. Elle répondit par l'affirmative et nous invita à entrer dans la maison pour nous présenter ce que nous pouvions acheter

        La pièce était sombre, une grande table recouverte d'une toile cirée trônait au milieu de la pièce. Assis autour de la table, elle nous présenta une liste, nous précisant que pour le lait nous pouvions venir tous les jours, mais pour les autres produits, il fallait mieux les commander. Soudain, un monsieur d'un âge proche de la dame fit son entrée

-       Je vous présente mon mari.
Il était vêtu d'un pantalon de toile bleue, de bottes, d'une chemise, le tout pas très propre. Sûrement sa tenue de travail. Il était suivi de peu par un garçon. La dame dit :

-       Il y a aussi mon fils Paul qui travaille avec nous

J'avais devant moi un jeune homme d'une vingtaine d'année,  une barbe de plusieurs jours. En lui serrant la main, nos yeux se sont croisés. Les siens étaient marron clair. Sa salopette de travail portée à même la peau, laissait voir son torse recouvert d'une belle toison aussi brune que ses cheveux, des épaules musclées dévoilait une musculature naturelle due aux travaux de la ferme. Après nous nous être mis d'accord, je suis reparti avec ma mère. Sur le chemin du retour, je proposais à ma mère de venir chercher le lait tous les jours. Elle fut d'accord après avoir terminé mes devoirs, ou bien pendant les vacances

        Le soir dans mon lit, je repensais à ce garçon, ce qui me fit m'endormir avec une forte érection.
Je me suis levé ce matin de très bonne humeur car je devais aller chercher le lait à la ferme ce soir.  Je trouvais la journée très longue.  Une fois mes devoirs terminés, je remontais dans ma chambre pour me changer, mettre mon maillot de corps, mon short sur mon slip de coton blanc aux entrejambes toujours trop large, l'élastique laissant des marques sur le ventre

        Je pris le pot au lait, enfourchais mon vélo et direction la ferme, espérant voir Paul. A peine arrivé dans la cour, le chien se fit entendre, et je vis Paul sortir de l'étable pour le faire taire. Il s'approcha de moi tout sourire, toujours en salopette bleue sans maillot de corps. Il  dit :

-       Tu es en avance. Nous avons presque fini de traire les vaches. Tu veux voir ?
-       Avec plaisir

Je rentrais dans l'étable éclairée par des soupiraux où une dizaine de vaches bien alignées mangeaient le foin débordant de la mangeoire. Je saluais ses parents qui terminaient de traire les deux dernières bêtes. Paul me dit :

-       Je vais te montrer Ponpon.
On se dirigea vers l'écurie. Ponpon est un magnifique cheval de trait aux muscles puissants, à la robe couleur châtaigne, fait pour les travaux des champs. J'eus un léger frisson lorsque je sentis le bras de Paul m'enserrer les épaules pour me faire accroupir et de dire :

-       Tu vois ses grosses couilles, cela veut dire qu'il est un vrai mâle, et tu verrais quand il bande.
Effectivement, je voyais deux grosses boules sombres, sans poil entre les pattes arrière de Ponpon. En se relevant, Paul dit qu'il fallait qu'il aille aider ses parents. En marchant, Paul me dit :
-        si tu viens plus tôt, je te montrerais comment traire les vaches

En rentrant à la maison, je pensais à l'effet que m'a fait le bras de Paul sur mes épaules, et toujours la question de savoir si il était nu sous sa salopette. L'ampleur du vêtement ne laissait voir qu'une petite proéminence au niveau de la braguette. J'essayais d'apercevoir son slip à chaque mouvement écartant le tissu de sa salopette au niveau de ses hanches

La fois suivante, j'arrivais à la ferme. La mère de Paul m'accueilli dans la cour en m'embrassant comme du bon pain et dit :

-       Paul est dans l'étable en train de traire la dernière vache. Va le voir

En me voyant arriver, Paul se releva pour m'embrasser et me dire bonjour. Toujours vêtu de la même façon, il me dit

-       Tu arrives juste pour essayer de traire la dernière. Assieds-toi sur le tabouret, mets le seau entre tes jambes et je vais te montrer

Paul se positionna derrière moi, se pencha pour prendre mes mains et les poser sur les trayons de la vache. La sensation de tenir ces trayons doux et chauds me faisait penser à mon sexe. Je suivais les mouvements de pression en tirant vers le bas que me montrait Paul
pour faire sortir le lait. Cela me plaisait de sentir le corps de Paul peser sur moi.
Se détachant de moi, je vis Paul se diriger entre deux vaches. Il fit glisser les bretelles de sa salopette qui glissa sur ses cuisses. Je voyais entièrement son torse recouvert de poils qui descendaient jusque sur son ventre. Il ne portait donc pas de slip sous sa salopette. Il dégagea son sexe et ses boules de la salopette. Il avait beaucoup de poils noirs. Je pouvais  voir Paul presque entièrement nu grâce à la lumière que laissait passer le soupirail. Avant qu'il ne saisisse son sexe, je pouvais le voir pendre sur ses testicules poilus. Il était ni trop gros, ni trop épais, ni trop long. Il se décalotta le bout du gland pour commencer à pisser. J'avais arrêté de traire, tellement absorbé par le spectacle qui se déroulait devant moi. Je voyais un homme superbement musclé, des poils sur tout le corps et les cuisses. Cette vision avait provoqué une érection tellement forte dans mon short devenu trop petit que cela me faisait mal. Après avoir expulsé les derniers jets d'urine, il découvrit entièrement son gland pour faire tomber les dernières gouttes en le secouant. Il se rhabilla puis revint vers moi. En voyant le peu de lait que j'avais obtenu dans le seau, Paul me dit :

-       Tu n'as réussi à tirer si peu de lait ? Ma parole, tu ne l'as pas trait, tu l'as branlé !

Paul prit ma place pour finir de traire la vache. J'étais debout à côté de lui. Il ne pouvait ne pas voir la bosse de mon short au niveau de ma braguette.
Sur le chemin de retour, j'avais toujours en tête l'image de Paul en train de pisser, sa queue, ses boules, ses poils. Arrivé à la maison, je montais vite dans la salle de bain pour prendre une douche, car mon slip était mouillé. En le retirant, je vis qu'il était plein de sperme. J'avais joui en regardant Paul. Un fois sous l'eau, je  caressais mon sexe, le comparant à celui de Paul. Certes, il était plus petit, les boules moins grosses, surtout moins poilu. Je m'amusais à me décalotter à fond

        Les vacances approchaient, le soleil devenait de plus en plus chaud. Les cours étant plus espacés, je passais de plus en plus de temps à la ferme pour aider et surtout voir Paul.
Un après midi, Ponpon était attaché dans la cour. Je restais figé en voyant son gros sexe à presque toucher le sol. Je ne pouvais imaginer un tel engin. Soudain une voix roulant les « R » avec un fort accent béarnais me sortit de mon extase :

-       Tu n'en a jamais vu d'aussi grosse, et aussi longue !
En me retournant, je vis Albert qui regardait aussi Ponpon. Il s'approcha du cheval, lui donna un petit coup de pied sur le sexe qui remonta doucement et continua :

-       La jument de Marcel doit être en chaleur, il va falloir que Paul l'amène pour le soulager.
Paul arrivait de la pâture avec les vaches pour la traite. Son père lui dit que Pompon bandait, qu'il fallait demander à Marcel si sa jument est en chaleur. Paul dit qu'il s'en occuperait. Devenu plus habile pour traire, je pouvais m'occuper seul d'une vache, ce qui aidait un peu les parents de Paul qui souvent partaient alors qu'il restait une ou deux vaches à traire. Ce fut le cas ce jour là. Une fois terminé, je demandais à Paul où je pouvais pisser pendant qu'il rassemblait les seaux

-       Où tu veux, un peu plus ne se verra pas

Je me positionnais un peu en retrait de deux vaches pour pisser dans le caniveau. La lumière éclairait toujours l'étable. Je défis le bouton de ma ceinture et les trois boutons de ma braguette, ouvrant largement mon short pour baisser l'élastique de mon slip et sortir ma queue et mes boules. Je me décalottais entièrement pour envoyer les jets de pisse. A la fin, je fis coulisser mon prépuce trois fois en secouant ma queue pour évacuer les dernières gouttes. Pendant ce temps, je vis Paul faire des vas et viens pour sortir les seaux.
Une fois dehors, je remarquais un renflement le long de sa cuisse. Je ne sais pourquoi, je me suis entendu dire :

-       Tu es dans le même état que ponpon !

et de l'entendre me répondre :

-       c'est de ta faute

Le soir dans mon lit, en caressant mon sexe bien dur, je repensais à la réponse de Paul. Je lui faisais donc de l'effet, tout comme il m'en fait. Je continuais à me branler doucement comme j'aime le faire, sentir la peau de mon prépuce coulisser doucement sur mon gland, passer juste derrière le collet, puis tirer davantage pour le dégager entièrement. Je restais quelques instants ainsi à regarder mon dard, puis recommençais jusqu'à ce que le jus sorte et coule le long de ma verge, sur mes boules. Je m'essuyais sur mon slip dont je savais qu'il serait changé le lendemain. Ensuite, je m'endormais paisiblement

La fois suivante, Paul me dit qu'il avait contacté Marcel, que sa jument était bien en chaleur, qu'il pouvait venir avec Ponpon pour la saillir

-       Si tu es libre après demain après midi, tu peux venir avec moi, tu verras comment cela se passe.
-       Super ! je n'ai pas cours

Après avoir pris congé de la famille, je rentrais à la maison. Comme à chaque fois, je prenais une douche avant de me mettre en pyjama. Dans  mon lit, j'essayais d'imaginer comment un tel engin pouvait entrer dans une jument

Le jour venu, j'étais à l'heure pour le grand départ et j'avais décidé de ne pas porter de slip sous mon short. Paul me demanda si j'étais déjà monté sur un cheval. Je lui répondis :

-       jamais !
-       N'aie pas peur, Ponpon est un cheval super docile, même si ces temps ci, il est un peu nerveux. Je vais t'aider. Prends la crinière avec tes deux mains, tire bien.
-       Il n'y a pas de selle ?
-       Pas besoin, cela s'appelle monter à crue

 Au moment de m'élancer, je sentis une main de Paul me pousser sur les fesses, l'autre écarta ma jambe pour enjamber l'encolure de Ponpon. Sa main glissa le long de ma cuisse, passa par la jambe de mon short pour aller toucher mes boules. Paul me suivit. Nous étions collés l'un à l'autre. Je sentais le corps de Paul contre mon corps. Je me sentais en sécurité. Pompon partit doucement au pas. Je trouvais le mouvement très agréable avec les jambes écartées contre celles de Paul

Après une bonne demi-heure de marche, nous voilà arrivés dans la cour d'une grande ferme. La jument était déjà attachée à l'anneau du mur. Ponpon devenait de plus en plus agité.  Paul dû le rappeler à l'ordre. Paul descendit le premier pour tenir Ponpon afin que je descende à mon tour. Paul me dit de mettre mes deux jambes du même côté et de sauter. Je passais ma jambe droite par-dessus l'encolure du cheval en la relevant suffisamment haut pour que Paul puisse voir mes boules

Un homme vint nous accueillir. Paul fit les présentations. Il s'agissait bien du fameux Marcel. Blond comme les blés et frisé comme un mouton, plus trapu que Paul, mais tout aussi musclé. Lui aussi était vêtu d'une salopette à même la peau. Aussitôt, j'imaginais qu'il ne portait pas de slip. Paul et Marcel se firent une accolade chaleureuse

De son côté ponpon avait sorti son chibre qui paraissait encore plus énorme qu'à la ferme. Paul l'approcha de la jument que Marcel appelait Frisette. C'était la même race que Ponpon qui se colla au cul de la jument. Sa bite était devenue si dure qu'elle touchait son ventre. Soudain il se cabra, posa ses pattes avant sur le dos de la jument, et brutalement enfonça d'une seule traite son membre dans la chatte de Frisette qui bougea à peine. Après deux vas et viens saccadés, Ponpon se retira. Son sexe encore bien grand dégoulinait de sperme. Les deux bêtes semblaient soulagées, plus calme.
Après la saillie, Marcel nous proposa de boire un coup. Dans la grande pièce, une longue table trônait. Nous nous sommes assis. Dans la conversation, Marcel demanda à Paul s'il allait faire comme les autres fois. Ce à quoi Paul répondit qu'il fallait ça pour détendre Ponpon. J'écoutais attentivement tout en repensant à la rapidité de la saillie avec un tel membre. Il y avait comme du gâchis

En remontant sur le dos de Ponpon, j'espérais que Paul m'aide de nouveau et passe sa main dans mon short, ce qu'il fit. Sur le chemin du retour, je demandais à Paul ce que voulait dire Marcel. Il me répondit qu'après un tel effort, il devait emmener Ponpon dans un pré pour qu'il se détendre et broute de la bonne herbe. Personnellement, je ne trouvais pas qu'il ait fait un gros effort

 Après avoir trotté à travers des chemins bordés de haies, si étroits que nos jambes se faisaient griffer, nous sommes arrivés dans dans un grand pré. On ne voyait plus aucune habitation. Paul attacha Ponpon à un arbre. Nous nous sommes désaltérés à la gourde que Paul avait emportée, puis il me dit :

-       je vais te montrer ce que j'aime faire lorsque je viens ici avec Ponpon

Il ne fallut pas longtemps à Paul pour se retrouver entièrement nu. Il marcha vers Ponpon. Je voyais Paul en plein jour dans un lieu inattendu. J'étais émerveillé devant ce corps magnifique, son dos musclé, ses fesses rondes, des poils qui dépassaient de sa raie, ses boules qui balançaient au rythme de ses pas. La chaleur commençait à m'envahir

Paul sauta sur le dos de Ponpon. Il se mit face à moi, écarta les bras et les jambes comme l'homme de Vitruve,  cria : JE SUIS LE MAITRE DU MONDE ! Son sexe gigotait de droite à gauche lorsqu'il secouait ses hanches. Petit à petit son sexe se dressait – tout comme le mien – pour atteindre une superbe érection. Je voyais un sexe bien droit découvrant ses testicules noyés dans une forêt de poils noirs. Il prit sa tige pour se décalotter à fond. Son gland était tout aussi magnifique, bien rose. Il semblait heureux de vivre ce moment. Il me cria :

-       Tu vois que Ponpon est super calme. regarde ce que je peux aussi faire

Il s'allongea sur le dos sur la croupe de Ponpon qui ne bronchait pas. Le sexe de Paul se dressait comme le mat d'un bateau. Il resta un instant dans cette position puis me dit d'en faire autant, qu'ici je ne risquais rien, que personne ne pouvait nous voir. Je n'entendis même pas ce qu'il me disait,  j'étais estomaqué du spectacle qui se passait devant moi, qui avait souvent fantasmé sur ce que cachait la salopette. Voyant que je ne réagissais pas, Paul sauta, se dirigea vers moi en faisant jouer son bassin. J'avais à quelques centimètres un superbe gars tout nu qui faisait son show. Je pouvais le détailler, voir ses cuisses puissantes, son sexe toujours aussi provocateur, ses fesses, son torse que je rêvais de caresser. J'étais tellement heureux que je ne bandais pas. Paul insista de nouveau pour me persuader de faire comme lui. Après avoir repris mes esprits, Paul m'ôta mon tricot, déboutonna mon short, le fit glisser jusqu'à terre pour me l'enlever, puis me tira jusqu'à Ponpon. Mon sexe restait au repos, pendant sur mes couilles très visibles avec le peu de poils que je possédais. Il me dit de m'agripper à la crinière de Ponpon. Je sentis ses mains calleuses sur mes fesses me soulever. J'étais à califourchon sur Ponpon lorsque Paul monta à son tour. Il était collé à moi. Je sentais son sexe collé à mon dos. Ponpon avança doucement. A chaque pas, je sentais la bite de Paul glisser sur mon dos. J'étais aux anges.
Si Paul avait pu voir mon visage, il y aurait vu du bonheur, surtout lorsque sa main me caressait le torse, descendait sur mon ventre pour saisir mon sexe qui avait prit de la vigueur. Il  flattait ma verge et mes testicules. Il arrêta Ponpon, puis me proposa de se mettre face à face. Sans descendre du cheval, il me souleva pour que je fasse demi-tour. Nous étions assis face à face. Je pouvais le toucher, caresser les poils soyeux de son torse, glisser mes mains sur son ventre, tenir enfin ce sexe tant de fois convoité. Il était dur, et doux à la fois. Je faisais des mouvements de va et vient, décalottant ce gland devenu luisant. Je pouvais tout explorer, mes mains soupesaient ses superbes testicules, glissant sur ses cuisses. Je pouvais caresser ce dos si musclé pour descendre vers ses fesses. Je caressais ses deux lobes sans oublier cette raie couverte de poils.
Paul n'était pas non plus inactif. Il explorait toutes les parties de mon corps un peu maigrelet. J'appréciais qu'il me caresse le dos, les fesses, me décalotte, masse mon gland avec son doigt pour étaler le pré cum qui perlait

Je me suis retenu le plus longtemps possible pour ne pas éjaculer tout de suite malgré les soins que me portait Paul. Et pourtant, deux gros jets sortirent de ma bite pour atterrir sur le ventre de Paul lorsque qu'il a commencé à me masturber. Je fus confus que cela ne dure pas plus. Paul me rassura en me serrant contre lui. Mes yeux étaient remplis de larmes de bonheur. Ponpon s'était arrêté pour brouter. Paul descendit, puis me fit allonger sur la croupe du cheval comme il l'avait fait. J'étais détendu, je regardais le ciel bleu. Paul me caressait le torse, le ventre, les poils pubiens si sensibles chez moi, soulevait mes boules et ma verge qui reposaient entre mes jambes qui  pendaient de chaque côté. Il les massa doucement. Jamais je n'avais ressenti autant de sensations. Avant de descendre du cheval, je voulais faire comme Paul. Je me suis mis debout, bras et jambes écartées, mon sexe pendant sur mes boules, comme l'homme de Vitruve  Je voulais sauter. Paul me rattrapa dans ses bras. J'étais blotti contre son torse si soyeux. Il m'embrassa le cou, puis suça mes petits tétons. Jamais je n'avais connu de telles sensations. J'aurais voulu que les minutes durent des heures, mais une voix vint interrompre ce moment

Du fond du champ arrivait Marcel sur le dos de Frisette. Je voulais retrouver mes habits, mais Paul me retint et me dit :

-       T'en fais pas, il sait que je viens ici lorsque je passe le voir avec Ponpon

Ayant confiance en Paul, je ne bougeais pas. Arrivé à notre hauteur, Marcel dit :

-       je savais bien que je te trouverais ici, mais pas avec quelqu'un. Tu voulais jouer sans moi

Il attacha Frisette à un arbre, et sans attendre ôta ses vêtements. Plus râblé que Paul, Marcel avait son sexe plus court et épais, des testicules plus gros, des poils plus disséminés. Ils étaient tellement clairs que l'on croyait qu'il était rasé. Je regardais son sexe sans prépuce. C'était la première fois que je voyais ça. Marcel s'approcha de Paul, feignit de chercher la bagarre. Ils finirent tous deux dans l'herbe, roulant l'un sur l'autre comme un match de catch. Je profitais d'un second spectacle de voir ces deux beaux jeunes hommes jouter. Selon leur position, je voyais leurs fesses, leurs jambes écartées. Les mains n'hésitaient pas à saisir les fesses pour les écarter qui me donnait la possibilité de voir leur rondelle au milieu de poils denses, les boules ballotées dans tous les sens, d'attraper les sexes bandés. Après plusieurs minutes de combat. Après avoir plaqué Paul sur le dos, Marcel s'allongea à ses côtés. Je pouvais mieux apprécier son sexe plus massif, presque aussi long.  J'ai entendu Paul  dire :

-       Pour cette fois tu as gagné, mais j'aurai ma revanche !
-       Je serai donc Ponpon

Je ne compris pas tout de suite ce à quoi ils faisaient allusion, jusqu'à ce que Paul se retourne, se mette à quatre pattes. Marcel se posta juste derrière, posa ses mains sur les hanches de Paul. La raideur de son sexe montrait une grande dureté. Il enfonça son sexe par petites pressions entre les fesses de Paul qui fit la grimace. Dès qu'il fut entièrement entré, il fit des allers et retours. A chaque mouvement, Paul poussait des râles de plaisir.
De les regarder prendre du plaisir, me fit rebander. Me voyant dans cet état, Marcel dit :

-       c'est l'heure de la tétée

Je ne voyais pas ce qu'il voulait dire. Paul attrapa ma cheville pour me positionner devant lui. Ma queue perpendiculaire à mon ventre, Paul releva la tête, posa une main sur mes fesses pour que ma queue entre dans sa bouche. Je pris vite du plaisir dans cette cavité chaude et humide, dont la langue jouait avec mon sexe Comme j'avais déjà joui, je pouvais rester plus longtemps pour vivre ce moment. Je fermais les yeux pour mieux apprécier. Lorsque je les ai rouverts, Marcel avait saisi le sexe de Paul pour le masturber au rythme de ses va et vient.
Je senti mes boules se contracter pour éjaculer une deuxième fois. Je voulu me retirer, mais Paul m'en empêcha. Je lâchais tout dans sa bouche. Je restais quelques instants sans bouger. Mon sexe  devint mou. En reculant, Paul pressa mon prépuce entre ses lèvres comme pour extraire le sperme qui pouvait rester. J'étais impressionné par la quantité de jus qui sortait de la queue de Marcel sur le dos de Paul, qui lui avait ensemencé le pré. Après avoir récupéré, nous avons pissé l'un à côté de l'autre. J'étais entre les deux, je pouvais regarder des deux gars pisser. Après nous être rhabillés, chacun a repris sa monture. Sur le chemin du retour, j'étais assis derrière Paul. Je me serrai contre lui, enserrant son torse de mes bras.  Presque arrivés à la ferme, je glissais dans l'oreille de Paul :

-       tu m'as fait vivre le plus beau moment de ma vie.
-       J'espère que tu en vivras d'autres

Ce soir j'avais choisi de dormir sans pyjama. Je voulais ressentir la sensation d'être nu. Je ne tardais pas à retourner à la ferme sous un après midi torride. J'osais ne par mettre de slip sous mon short. J'écartais bien les cuisses pour pédaler, sentir l'air caresser mon entre jambes. J'aurais voulu être entièrement nu, tellement le souvenir des sensations du pré était encore présent.
Lorsque je suis arrivé, la ferme calme, seul Paul était proche de la porte de l'étable entrain de traire la première vache du troupeau. Cette fois, il était seulement vêtu d'un short un peu trop large. Je supposais qu'il était nu en dessous. En me voyant, il m'accueillit avec son sourire. Il se releva pour me faire la bise et me dit :

-       Tu arrives au bon moment, mes parents sont absents, et je suis seul pour la traite.
 C'est vrai que depuis le temps je savais traire correctement les vaches. Pour être à l'aise, j'ôtais mon maillot. J'étais dans le même costume que Paul, mais il ne le savait pas. Je pris un tabouret, un seau pour m'installer juste à côté de Paul pour commencer à traire. Nous pouvions parler pendant notre tâche. Je dis :

-       Je n'ai pas arrêté de penser à notre après midi avec Marcel. Depuis, je dors sans pyjama, d'ailleurs aujourd'hui, je suis habillé comme toi.
-       Tu n'as pas de slip sous ton short ?
-       Tu n'as qu'à venir vérifier !
Paul passa derrière moi, écarta l'élastique de mon short pour constater qu'effectivement je n'avais rien sous mon short. Il proposa que nous trayions les vaches à poil. Je trouvais l'idée magnifique. Ni une ni deux, nous avons ôté nos shorts. C'était une nouvelle sensation que d'être entièrement nu entre ces animaux. Pour les animaux suivants, nous nous étions mis dos à dos pour nous appuyer l'un sur l'autre. Nous continuions à parler, Paul me raconta d'autres joutes avec Marcel. Paul avait terminé avant moi. En emportant son seau, je pus voir qu'il bandait autant que moi. De voir cette queue raide parmi ses poils me fit encore plus bander. En le voyant revenir, je demandais à Paul si je pouvais boire le lait au pis de la vache comme l'a dit Marcel. Il me que c'était une image, ce n'est pas vraiment au pis de la vache, et ce n'est pas vraiment du lait. Je ne comprends pas répondis-je. Comme j'étais encore assis sur mon tabouret, Paul se mit derrière moi et me dit :

-       Tu vois c'est ce genre de pis dont parlait Marcel.
En tournant ma tête, ma bouche se trouva juste à la hauteur de la bite de Paul

-       tu veux toujours boire au pis ?
-       Bien sûr !
-       Il faut d'abord traire.
-       Ca je sais faire

Je saisis le sexe de Paul pour commencer à le branler. Quelques gouttes de pré-cum apparurent. Paul me dit que je pouvais commencer à boire le petit lait. Je gouttais du bout des lèvres. Je trouvais ce petit goût salé très agréable, aussi j'enfournais tout le gland dans ma bouche tout en continuant de branler ce chibre. Paul devait trouver ma prestation à son goût puisqu'il enfonça sa bite plus profondément.  Je trouvais ça merveilleux de pouvoir déguster pour la première fois un sexe d'homme qui était juste à ma taille, aussi je ma propre initiative, je l'englouti entièrement jusqu'à toucher ses poils. Je restais comme cela pour téter. Paul commençait à pousser des gémissements en faisant aller et venir ma tête au rythme qu'il voulait. J'en profitais pour me branler au même tempo, si bien que je jouis juste avant que Paul me prévienne qu'il allait jouir. Il se retira, prit sa queue à pleine main, se décalotta à fond. Je restais devant lui la bouche ouverte, la langue tirée. La puissance du premier jet atterrit sur mon front, quelques gouttes sur ma langue. Décidemment, je trouvais ce jus très agréable, au point que je ne voulus pas perdre le reste de sperme. J'introduisis moi-même le gland de Paul dans ma bouche pour recevoir tout le reste. Je ne savais pas que j'aimerais autant dès la première fois le sperme. Je nettoyais à fond son sexe. Après avoir retrouvé notre rythme cardiaque, Paul dit que je faisais ça comme un pro.
Une fois la traite terminée, nous sommes allés dans la cour pour se doucher au tuyau d'arrosage. Comme il était au soleil, l'eau était juste à la bonne température. Nous nous amusions à nous arroser mutuellement comme des gamins, puis à se rincer l'un l'autre pour enfin s'enlacer avant d'aller courir dans le champ pour nous sécher.
Au retour de ses parents, nous étions rhabillés. En voyant l'eau dans la cour, Paul leur dit que nous nous étions rincés après avoir trait les vaches. Ils me remercièrent en me félicitant d'avoir aidé Paul, ce à quoi je répondis en regardant Paul que c'était un plaisir.
Voilà pourquoi je n'oublierai jamais Mourenx ville nouvelle qui m'a fait découvrir les plaisirs sexuels de mon adolescence.

Aurige

orige@orange.fr

Autres histoires de l'auteur : Médecin militaire - La ferme de Paul - Au domaine - Histoire de permis - Soins à domicile - Dans mon lotissementFerme bio - Mon patron - Drôle d'arrêt pipi - Après la colo - Après la plage

Chauds les Minets

Dernière mise à jour publique

+ 13 Nouveaux épisodes

Pervers Frank
1ère expérience Scal
La racaille des Buttes Chaumont Stéphane
Mon ami l’escort Pititgayy
Le prof amoureux de son élève Jerem72
2 cuisinistes Louisallenk
Le mec à lunettes Vap
L’anniversaire Vap
Ne pas savoir qui je suce Axel56
Vive les Ultras AD
Ma 1ere fois a la piscine Lucas
Le dépuceleur de Venise Matt
Les photos Frank

+ 12 Suites

Hommes de Loi -06 JulienW
Hommes de Loi -07 JulienW
Hommes de Loi -08 JulienW
Le patient -03 d.kine.75
Jeune, riche et gâté -03 Matt
Tournante de Nuit -02 Mimi83
Un élève difficile -02 Dany92
Chambres à louer -07 Jeanmarc
Triangle à géométrie variable -04 Yan
Le bâtard de mon mec -02 Batardsoumis
Soumission & Domination -504 Jardinier
Le maçon de l’Est -02 Rafaël

PUBLIE TON HISTOIRE

Septembre 2018

Nouveau

La chose de mon maitre Nadegetv
le bâtard de mon mec Batardsoumis
Mon voisin, ce Daddy imposant G.Gamo
Un amour de soumis Elfe
Une mère cool et un beau-père rabatteur Nico76500
Quand mon amant me travestit Nico76500
Le fils de Saïd Nico76500
Colocation Emerick
Meilleurs potes d.kine.75
Mon voisin Nico76500
Le petit paysan Nico76500
Rencontre avec Henri Chopassif
Abda Fabien51
Chaudes vacances Petit cul 57
La virée à vélo Calinou
Posé sur le banc imbot4top
Aire d’autoroute Axel
Goûte la chéri... Sexaddict49
L’allumeur allumé Dylan33700
Exhib Lycrahot
Mounir Fabien51
Le maçon de l’Est Rafael
Première fois Papadontpreach
Homme de pouvoir J-Baptiste
Bite brune Seithan
Tombé dans la Seine julesdu78
Mon âme au diable Pititgayy
Au fond on ne change pas Pititgayy
VTT, baignade et sexe Tom
Job d'été Vap
Le craquant surveillant Étalon
Une bonne fessée Fabricepurges
Jeune, riche et gâté Matt
Sous le pont d’Avignon Rafael
Torremolinos rom.3004
Une rencontre Charly Chast
Voyage en Espagne  Mister Anoniman
Un bon plan avec une trans ! Badboy2424
Rugby en vacances Tom
Dans le noir Vincent
Initiation estivale Vincent
Mon pote, l'intello Étalon
Le frère de mon meilleur ami Jeunesoumis
First Glory Hole kiko
Balade nocturne Nico
Hommes de Loi JulienW

La suite...

Mon rêve américain -07 Maxou
Mon rêve américain -08 Maxou
Mon rêve américain -09 Maxou
Mon rêve américain -10 Maxou
Ma gorge défoncée -02 Mâlelope
Improbable rencontre - 02 Cyril-IR
Improbable rencontre - 03 Cyril-IR
Mon bûcheron à moi -03 Renaud444
Soumission & Domination -503 Jardinier
Mon mec se fait baiser -02 Lopedu-13
Mon coéquipier hétéro -03 Étalon
Mon univers rocambolesque -02 Grandhomme44
Humiliation et sadisme -02 Orly
Humiliation et sadisme -03 Orly
Jeune, riche et gâté -02 Matt
Mon rêve américain -07 Maxou
Lobotomisé par les rebeux -02 Flo_rent
Mounir -02 Fabien51
Hommes de Loi -04 JulienW
Hommes de Loi -05 JulienW
Voyage Initiatique -06 Ninemark
Le moniteur moto -05 Sketfan
Hommes de Loi -02 JulienW
Hommes de Loi -03 JulienW
Le collectionneur -05 Frank
La revanche -02 Jh30du11
Le collectionneur -04 Frank
J'étais bourré -03 LePoulpe
Mon ami Julien -02 Jerem72
Julien en famille -11 Marco
Le collectionneur -03 Frank
Le mec idéal -30 Pititgayy
Triangle à géométrie variable -03 Yan
Le mec idéal -29 Pititgayy
Le patient -02 d.kine.75
Julien en famille -10 Marco10e

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)