7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Le patient -03

La semaine s’écoule rapidement, hantée par les souvenirs de mes ébats avec mon nouveau patient… Nous sommes donc déjà lundi 20 h, je raccompagne mon dernier patient à la porte… Enfin, l’avant-dernier et file vers la salle d’attente en tentant de masquer mon impatience. Personne. Déçu, je retourne dans ma salle dans l’attente de la sonnette de l’interphone. Je n’ai que peu de temps à patienter avant qu’elle ne retentisse. Je file déverrouiller la porte, entends ses pas dans le hall d’entrée et l’aperçois franchir la porte… Non, pas lui, une jeune femme élancée, assez dynamique de prime abord, qui se dirige sans hésiter vers la salle d’attente. Tout en la saluant, je grimace intérieurement, ma collègue va finir tard on dirait ce soir…
Pas le temps de faire demi-tour, le bip de l’interphone retentit à nouveau, mon cœur s’emballe et j’ouvre. Cette fois-ci c’est bien lui ! Même pull à capuche, il n’en a qu’un seul ou quoi ? Pantalon de jogging vert militaire et baskets blanches. Il tient son sac à dos sur l’épaule droite et après un bonjour à la patiente de ma collègue, il se tourne vers moi en me souriant. Bien que son sourire semble amical, il était assez facile de lire la lubricité dans ses yeux, ça promet on dirait…

Je le laisse entrer dans ma salle de soins puis referme la porte derrière moi. Comme pour n’importe quel patient, je lui demande comment ça va, d’un air aussi détaché que possible. Après quelques secondes de silence, je réitère ma question, pensant qu’il n’avait pas entendu. Tout en me fixant dans les yeux il me murmure alors d’un ton péremptoire :
«– A poil.»
«- Euh bah non là on n’est pas seuls, on va faire la séance et puis…»
«– À poil j’ai dit».

Nous murmurions tous les deux afin de ne pas nous faire entendre de la patiente de ma collègue, mais l’échange était plutôt tendu. Voyant que je ne cédais pas, il ajouta toujours sur ce ton qui m’excitait tant :
«- Ecoute-moi bien. Jusqu’à présent t’as été une bonne chienne j’avoue, mais si c’est plus le cas c’est simple, je me barre et tu me revois plus. Alors si t’es une bonne chienne, à poil.»

Là j’ai pris le temps de la réflexion. OK oui, c’était le pied de baiser avec lui c’est sûr, mais j’allais pas foutre ma vie professionnelle en l’air pour du cul… Il amorça un départ vers la porte au moment où je cédais dans un soupir d’agacement :
«– OK OK c’est bon…», tout en retirant mon t-shirt.
«– C’est comme ça que tu parles à ton maître ? Va falloir que je t’apprenne de nouveau ce qu’est une bonne chienne à toi…»

Je ne relevais pas, je suis plutôt orgueilleux et même si je me surprenais à aimer ce qui se passait entre nous, j’avais quand même du mal à l’accepter pleinement.
Une fois torse nu, je retirai mes chaussures puis mon jeans. J’attendis la suite en boxer, me maudissant intérieurement d’avoir déjà une bonne érection. Il m’observait, assis dans sa posture nonchalante habituelle, cuisses écartées, bras croisés :
«– J’ai dit à poil, t’es à poil là ?»

Sans un mot, je fis glisser mon boxer le long de mes jambes et le déposa dans un coin. À peine eut-il le temps de me contempler qu’il me chuchota en me désignant la table de soins du menton :
«– Quatre pattes.»

J’obéis en tentant de paraître le moins offensé possible et me positionna donc à quatre pattes, lui tournant le dos. Il ajouta :
«– Pas bouger…»

Je l’entendis se lever de la chaise puis se déshabiller, lentement, très lentement. Une folle envie de me retourner pour profiter du spectacle me tiraillait, mais la peur de ne pas lui convenir et de le voir partir était trop présente, je n’en fis donc rien. Il fit glisser la fermeture éclair de son sac, en sortit quelque chose puis monta sur la table derrière moi. Il posa une main sur ma cambrure, une autre sur ma fesse et me lança :
«- Tu vois quand tu veux, tu peux être une bonne chienne…»

Sans attendre de réaction de ma part, il augmenta la pression sur ma cambrure, la consigne était claire, puis m’intima d’écarter un peu plus les jambes. Je m’exécutai en me disant qu’il était vraiment difficile d’obéir aveuglément sans même savoir s’il était complètement nu ou non et en ignorant ce qu’il avait sorti de son sac, si tant est qu’il avait bien sorti quelque chose et que mes oreilles ne m’avaient pas trahi. Il fit glisser un doigt sur ma raie et me réprimanda :
«- C’est quoi ces poils là ? Si tu mérites que je revienne, tu me dégages ça c’est clair ?»
«- Ok.»
«- OK ?»
«– Oui OK.»

Agacé, j’avais commencé à tourner la tête pour lui faire face lorsqu’il me coupa en haussant un peu la voix :
«– Pas bouger j’ai dit ! Tu sais quoi ? Tu vas te calmer, obéir, et tu vas m’appeler maître maintenant, parce que tu prends un peu trop de liberté là…»
«- Quoi ?»
«– T’as bien entendu. OK ?
“– OK… maître…”
“- Sans soupirer, je veux une bonne chienne obéissante, c’est si compliqué ?”
“– Non maître.”
“- Et bah tu vois c’est pas si difficile.”

Il accompagna ses paroles de quelques tapes sur les fesses, le comble de l’humiliation… Mettant mon orgueil de côté, j’essayais de me prendre au jeu. Je l’entendis alors faire sauter le bouchon de quelque chose, sans doute du gel. Je sus rapidement que j’avais raison car je commençai déjà à sentir son doigt s’introduire dans mon abus. Je ne m’attendais pas à ce que ça démarre si vite, mais je serrai les dents. Très vite, il avait déjà mis 4 de ses doigts et à peine avais-je commencé à me relâcher un peu qu’il s’agenouilla derrière moi et qu’il me dit :
“– Tu sais quoi ma salope ? On va bien s’amuser je crois.”

Je sentis son gland chaud frotter contre mon trou et alors qu’il entrait en moi sans m’épargner, il me glissa alors que j’étouffais un gémissement :
“– Non non non, t’as pas envie qu’on t’entende dans la salle d’attente hein ?”

Il avait raison, j’étais coincé… En un rien de temps il était au fond de mon cul. De douleur et par réflexe, je me redressai d’un coup sec. Dans un souffle, je l’entendis rire et me glisser à l’oreille :
“– Tu préfères comme ça ?”

Il passa ses mains sur ma poitrine et me pinça les tétons d’une main ferme. J’eus le plus grand mal à réprimer un cri, de surprise, de douleur, de plaisir… Je l’ignorais, mais je me repositionnai à quatre pattes, échappant ainsi à son étreinte. Il me laissa étonnamment faire et commença à me sodomiser violemment. La fréquence de ses allers et retours n’était pas élevée, mais ils couvraient toute la longueur de sa queue et alors qu’il la retirait lentement, il entrait en moi violemment et d’un coup sec. Je compris qu’il se jouait de moi et qu’il prenait plaisir à essayer de me faire gémir à voix haute. Je tins bon et après quelques assauts, j’écrasai ma tête contre la table d’examen en lâchant un petit râle, étouffé par la table. Comprenant ma manœuvre, il se pencha par-dessus moi, m’attrapa les cheveux et tira ma tête en arrière fermement :
“- Tu fais quoi là ?”
“– Euh… rien…”
“- Rien qui ?”
“- Rien maître.”
“– C’est bien. Moi je crois que tu trichais là. C’est pas vrai ?”
“– Non maître.”
“– Moi je crois bien que si. Quand on triche, on a une punition, c’est normal non ?
‘– Oui maître.’

Il délaissa ma tête et se rabattit sur mes tétons qu’il pinça fortement, comme tout à l’heure. Il me maintenait fermement contre son torse, à genoux dressés, je ne pouvais pas me remettre à quatre pattes comme tout à l’heure.
‘– N’oublie pas, pas bouger, bonne chienne…’

Il les tordit dans tous les sens, les pinça, les frotta, c’était douloureux et bon et j’étais condamné à ne rien pouvoir laisser sortir de ma bouche, c’était une vraie torture… Dans le même temps, il continuait ses vas et viens dans mon cul et je prenais vraiment mon pied… Il m’ordonna de me remettre à quatre pattes et j’en fus soulagé d’une certaine manière. Je repris un peu mon souffle et il sortit de mon trou. Un peu sonné, je tentais de récupérer tandis que je l’entendais fouiller dans son sac. Il revint prestement et comme tout à l’heure, posa son gland à l’entrée de mon trou. Il resta ainsi quelques secondes et me chuchota :
‘– T’es une bonne chienne on est d’accord ?
‘- Oui maître je suis une bonne chienne…’

Pour réponse, je sentis quelque chose contre mon trou, au-dessus de sa bite.
‘– Tu sens là ?’
‘– Oui, c’est quoi ?’
‘– Un gode. Beaucoup plus fin que la semaine dernière, tu vas goûter à la double péné, les bonnes chiennes comme toi elles kiffent ça’.

J’étais un peu paniqué car finalement assez novice en tant que passif. Je résistai à l’envie de m’esquiver, sachant bien que c’était inutile et qu’au fond, j’aurais été prêt à beaucoup pour ne pas le laisser filer et il le savait bien. Il amorça un début de poussée, doucement puis plus fort. Malgré tous mes efforts, c’était visiblement impossible. Il semble le comprendre et posa le gode sur la table. D’un coup bref il entra en moi et aussitôt, ignorant ma douleur, glissa un doigt au-dessus de sa queue. Je me cambrais le plus possible, respirant calmement et une fois le premier doigt à l’intérieur, il n’attendit pas longtemps pour en insérer un deuxième. Ce fut bien plus difficile, mais à force de patience, il finit par pénétrer intégralement. Je le sentis ensuite remuer les doigts à l’intérieur de mon cul, la technique fonctionna plutôt bien car assez vite, je constatai qu’il y avait de la place pour un troisième doigt.
Il en décida autrement, sortit ses doigts et sa queue, puis se repositionna sur mon trou, gland et gode l’un au-dessus de l’autre. Supposant que la meilleure solution pour arriver à ses fins était la lenteur et la douceur, il prit son temps cette fois-ci. À mon grand étonnement, ce ne fut pas si difficile, une fois que les deux glands étaient rentrés, le reste glissa assez aisément. Une fois au fond, je poussai un soupir de satisfaction et l’entendis rire :
‘- Putain mec, t’es vraiment une chienne de ouf j’hallucine !’

Je préférai ne pas répondre et d’ailleurs, je doute qu’il attendait la moindre réponse. Il entama des vas et viens, queue et gode collés l’un contre l’autre, et le plaisir gagna en intensité. Il était de plus en plus compliqué de conserver le silence, je m’agitais dans tous les sens pour tenter de ne pas faire de bruit. Mon désarroi lui donna manifestement envie de me défoncer encore plus, ce qu’il fit sans se faire prier. Le jeu l’excita probablement beaucoup puisqu’il se retira de mon trou et m’ordonna de me retourner. Lentement, je me retournai, sonné, et pus enfin contempler son corps si bien dessiné. J’entrevis le gode posé sur la table, un peu plus fin que sa bite. Il me fit signe de m’approcher et commença à sa masturber devant moi :
‘- Plus près, viens ici, à quatre pattes toujours.’
‘– Oui maître’

Je m’approchai et à peine étais-je en position qu’il me tira par les cheveux pour me placer le visage face à sa queue :
‘– Ouvre la bouche’

J’obéis. Tout de suite après, il me gicla son sperme chaud au visage, certains jets dans la bouche que je dus avaler. Il m’enfila sa queue encore chaude dans la bouche afin de bien la nettoyer.
‘– Putain ma chienne, c’était énorme ça…’

Il se retourna et se rhabilla tranquillement. Je récupérais mes esprits et m’apprêtais à descendre de la table lorsqu’il se retourna pour me dire :
‘- J’ai dit pas bouger !’

Je remontai donc sur la table, à quatre pattes, son sperme dégoulinant de mon visage. Il était maintenant complètement habillé, enfila son sac à dos et s’approcha de mon visage pour me chuchoter :
‘- Ca fait au moins 20 minutes que ta collègue t’a dit au revoir à travers la porte…’ Puis d’une voix plus forte :
‘– Lundi prochain, même heure et épilé, c’est clair ?’
‘– Oui… maître…’

Il me tapota sur la joue puis disparut, m’abandonnant à quatre pattes sur la table, son sperme sur le visage, humilié et à la fois ravi de ma soirée, de plus en plus surpris du fait que j’aimais ça…

d.kine.75

d.kine.75@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Meilleurs potes - Le patient

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)