19 Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie "Black cock rule" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode

Galère à l'entrepôt -02

Un cours bien agité...

Suite de Galère à l'entrepôt
J’essaie de reprendre mes esprits en rentrant : toujours dans une colère noire, déstabilisé par le plaisir que ce sale p’ti prof m’a donné avec sa bouche, avec l’envie de recommencer, avec l’envie de tuer Rico et de le sauter en même temps.. jamais j’aurais pensé qu’il puisse me trahir comme il l’a fait, il me doit tout putain il est à moi… comment il a fait pour que je me rende compte de rien ? du flan, tous les soi-disant rendez-vous de groupes de travail ? du flan, les soirées avec ses cousins de passage ? putain il m’a trop pris pour un con, il doit payer, cher et tout de suite.. et je dois savoir. La jalousie m’étouffe, j’en pleure de rage.. humilié.. je réalise que je l’ai dans la peau, Rico.. y peut pas faire ça, jamais, c’est moi l‘boss, j’le laisserai pas faire, c’est carrément clair : j’sais pas encore comment j’vais leur régler leur compte, à Rico et à son pote, mais y vont regretter les deux enfoirés, d’m’avoir pris pour un con..

En même temps, savoir ce qu’il a fait, savoir qu’il aime se faire sauter par des bonnes pines me donne envie de le sauter à mon tour moi aussi, mais aussi de le cogner… des envies de meurtre, et de viol, pour les deux.. bref, gros gros bordel dans ma tête ..

Bon, ne pas réfléchir, aller à l’instinct comme d’habitude.. là, j’ai envie de les faire payer, de les faire souffrir alors je vais pas me gêner, je vais bien jouir avec ça… d’autant plus qu’il sont à ma merci… je les tiens ces branleurs avec les photos..

J’arrive en cours, encore personne dans la salle, je suis le premier… Tiens, on va commencer à s’amuser un peu. Je pose le calbut que j’ai chouré, bien en vue sur la table du prof, grosse tache de yop bien visible sur le dessus.. juste pour voir sa réaction.. et carrément le faire flipper!!

Les premiers étudiants arrivent, voient le caleçon bien en évidence, ça commence à se marrer et à chahuter grave, trop marrant…

Le prof arrive… Au fait, je vous l’ai pas décrit : c’est un p’ti mec à peine plus âgé que nous, peut-être 4-5 ans. Peu d’expérience, visiblement débutant... d’ailleurs c’est pas un prof, mais juste un intervenant qui a suivi les cours dans notre école aussi y’a pas si longtemps ; y nous a dit qu’il était en train de monter son propre business et que ça démarrait a fond.

Un intello à la fois bobo et bling bling , agréable à regarder et bandant..

Cheveux noirs longs et brillants de beau romantique ténébreux, regard de braise noir aussi, joues bleuies acier par une barbe rasée de près sur une pilosité visiblement abondante..

Monté comme un étalon à ce que j’ai pu voir tout à l’heure, ça se devine bien aussi dans le fut du costume hyper ajusté qu’il porte, braguette tendue, cul cambré à mort qui donne bien envie d’y glisser un ou deux doigts pour bien l’ouvrir avant de le piner, et que j’ai pris du plaisir à mater grave pendant les cours jusqu’ici… je sais qu’il s’en était rendu compte, et on se provoquait mutuellement du regard, cherchant sans le dire jamais nos limites l’un l’autre… échanges de regards lubriques qui promettaient une conclusion à venir bien bien chaude.. combat de coq, chasse au winner ! la classe et l’arrogance confondues , de part et d’autres.. en bref, un p’ti étalon nerveux prétentieux et cherche la merde, comme moi !

Looké à mort, jambes de fut étroites qui mettent bien en valeur ses cuisses fines et musclées et ses mollets de coureur bien excitants, pantalons branché court sur ses belles chaussettes et des weston brillantes.. en haut, il porte en général un gilet à fleurs chamarré sous sa veste ajustée, et sur une chemise blanche ultra slim qui ne cache rien de sa silhouette d’escort boy cher payé, presque trop parfait, fermée par une cravate à gros nœud.. une rolex maousse en or qu’il prend bien soin de laisser apparaitre, et une chevalière à ses armes complètent le tableau du p’tit merdeux arrogant qui s’la pête, et qui mériterait une bonne claque dans sa gueule…

Une animalité torride se dégage de lui, me le rendant presque sympathique, en tous cas physiquement extrêmement attirant.. et qui contraste avec sa haute silhouette fine et racée, et sa jolie gueule d’aristo.

Sans doute aussi pervers et exhib que moi, je voyais bien qu’il prenait, chaque fois, un pied d’enfer à s’asseoir sur l’estrade ; il sortait d’abord son fauteuil de derrière son bureau, histoire que rien ne nous échappe, puis s’y asseyait, un peu vautré, les jambes écartées un max pour mettre en avant le renflement de sa queue visible sous l’étoffe, les mains dans les poches que je pouvais sans peine imaginer à se caresser discrètement.. mais pas tant !! le mec grave fier de sa queue par excellence, que j’avais rêvé de mater..

Jusque là, je n’avais pas réussi à comprendre qui il zieutait le plus : les meufs ou les mecs.. tu parles !! C’est vrai qu’il est kiffant ce con, j’aurais pu l’avoir à la bonne, il pourrait être mon pote de sexe sans problème s'il avait été OK pour me pomper… d’après ce que j’ai vu, c’est plutôt le style d’enfoiré à se faire bouffer la queue et à féconder les p’tits cul vierges des minous vicieux...

 

Putain quand j’y pense ça me rend encore plus raide dingue qu’il ait été choper mon Rico, c’te crevure de merde.. bouffée de haine qui remonte, encore plus fort si possible.. Je lui en veux d’autant plus et je suis trop content de m’apprêter à lui en faire baver.

Tant pis pour lui, tant pis pour eux.

Donc, le voilà qui arrive en classe. Un mouvement de recul lorsqu’il découvre son box taché et honteux sur son bureau. Il blêmît, s’apprête à parler, ne dit finalement rien et le pousse dans la corbeille sans regarder personne. Il se penche vers son cartable qu’il ouvre et sort son dossier..

Assis seul au dernier rang, je le fixe, narquois, et je l’interpelle : Excusez-moi, M’sieur, vous avez fait tomber quelque chose ?

La salle part dans un grand rire.. il répond pas, se tourne vers moi et je découvre dans son regard une haine assassine qui me fait presque peur : putain va falloir bien que je le tienne celui là : peut être dangereux le garçon.

C’est lorsque le cours commence que Rico pousse la porte et entre dans la salle...il bredouille une excuse pour son retard.. je ne sais pas si c’est pour m’obéir ou parce qu’il y a plus de place ailleurs, mais il vient, lentement – tête baissée - je sens qu’il ferait volontiers marche arrière... - s’assoir à côté de moi. Lui aussi est blanc comme un linge, aussi troublé que le pd de prof.… visiblement ils n’ont récupéré encore ni l’un ni l’autre, ils flippent à mort. Et je me délecte de leur peur, ça m’excite méchamment. Je sens une érection irrésistible et incontrôlable s’emparer de ma queue… je la caresse à travers mon jean et je la sens gonfler et chauffer.. insatiable, comme toujours..

Rico s’assoit, je lui souris hypocritement, et à l’abri des regards sous la table, je saisis sa main et la pose entre mes jambes sur mon sexe qui s’est raidi, tendu maintenant contre mon ventre. J’ouvre les cuisses à mort pour être bien accessible de la queue et des couilles, et tiens fermement sa main qu’il tente de retirer…

Je lui chuchote sèchement :

« Ouvre ma braguette connard, sors ma queue et branle moi, vite fais ».

Il tente encore un recul, ça m’énerve.

Il me répond paniqué, en chuchotant..

« Arrête, Vlado (je m’appelle Vladimir mais mes potes m’appellent tous Vlado), tu dérapes, faut arrêter, faut qu’on parle, je… »

Je lui tire un énorme coup de latte dans le tibia, qui le coupe direct. il lâche un cri avant de réussir à l’étouffer.. tout le monde s’est retourné.. je le regarde en faisant l’innocent et dit tout fort : ca va Rico ? qu’est ce qui t’arrive ? et je lance à la cantonade un beau sourire candide auquel tout le monde a l’air de croire, sauf le prof bien sûr, qui m’ignore et poursuit malgré tout laborieusement son cours sans nous quitter des yeux.

« Bon, Rico on rigole plus : soit tu fais ce que je dis, soit je m’énerve vraiment et je commence à balancer des photos », je lui chuchote encore… j’en profite pour faire défiler mes clichés sur mon tél , histoire qu’il comprenne bien que je suis vraiment armé.. Je lui montre en souriant, lubrique, l’écran de mon tél ou on le voit bien distinctement ; Je les ai bien chopés les salopards, de profil : A poil, pieds écartés, jambes ouvertes et les mains sur le crâne du prof pour lui l’enfoncer bien profond, il est en train de se faire pomper la queue. Cambré pour être encore plus accessible, on devine son plaisir lubrique dans son sourire vicieux et son regard dirigé sur le mec à genoux, qu’il domine de son 1.90m.. l’autre le regarde, on devine presque de la panique dans son regard, étonnant, on dirait qu’il tente de se dégager du dard de mon pote qui résiste et de ses couilles qui frottent son menton, et l’on ne sait plus s’il consent ou se fait violer la gueule de force…

En tous cas tout cela est explicite, redoutable, arme mortelle.. du grand art !!

Il a compris, on dirait. Je sens sa main qui s’affaire maintenant à l’aveugle entre mes cuisses, il sait pourtant visiblement ou il va. Je le regarde faire en souriant, mon souffle s’accélère ; grisé par le danger, l’excitation perverse et la peur d’être découverts décuplent mon plaisir.. il ouvre mon fut, glisse sa main dans mon boxer et sort ma teub bouillante et raide d’excitation retrouvée, dont il s’empare… je me penche sous la table et lui prend la main : j’y crache un gros mollard qui va donner un peu plus de douceur à ses caresses que je sens déjà expertes, lorsqu’il empoignera mon gland, devenu maintenant rouge sombre ….. il commence à coulisser sur ma bite, d’abord hésitant, maladroit, puis je le sens prendre de l’assurance, le geste plus ferme et plus précis. Il me branle habilement, du bout de son pouce il titille en même temps mon gland qui commence à perler d’excitation, il me caresse habilement le méat, écarte ma fente qui en bave de désir.. il suit maintenant de son doigt humide mon sillon, et fait monter encore d’un degré le plaisir qu’il me donne.. j’y crois pas !! je décolle, mes oreilles bourdonnent, je n’entends plus rien , je suis parti ailleurs, la classe, les autres ne me concernent plus, n’existent plus, toute mon attention, ma vie est concentrée sur la main de Rico qui me donne un plaisir sulfureux inégalé.. chaque heure de cette journée me fait décidément monter en intensité de jouissance, un feu d’artifice explose dans ma tête, le vertige me prend, un râle m’échappe inconsciemment..

Putain d’un coup je redescend sur terre, je me penche en avant, bourre Rico sur le coté et fait celui qui s’étouffe d’une quinte de toux alors que le prof s’est arrêté de surprise, toute la classe s’est retournée et me regarde bizarrement… comme toujours, je m’en sors avec mon plus beau regard angélique, et un grand éclat de rire communicatif dans lequel, sauf Rico et le prof, tous me suivent !!!

Malgré ça, mon excitation est loin d’être retombée, au contraire avoir frôlé la catastrophe me décide à aller jusqu’au bout.. putain ce p’tit Pd de Rico m’excite et m’attire comme un aimant.. j’en peux plus mais j’en veux encore, je dois conclure, plus vigilant, mais jusqu’au bout. j’aurai pas eu à le forcer bien longtemps.. un vrai petit vicieux caché qui sait me faire monter aux rideaux, le Rico, comme j’aime ! Comment je m’en suis jamais rendu compte ? si je me retenais pas je lui choperais la tête pour l’empaler violement et lui forcer la bouche avant de lui piner sa rondelle de pute… je dois me retenir..

Bon, il va pas s’en tirer à si bon compte..

D’abord, je capte bien le regard du prof, et une fois que j’ l’ai chopé dans les yeux je renverse ma chaise et je me cambre, faisant apparaître mon gland tout gonflé et mouillé, pourpre, fier au bout de ma tige brandie, dépassant de mon boxer par dessus la table, histoire de le rendre dingue.. totale provoc ! je lui souris méchamment, je redescends mon matos sous le bureau avant que quelqu’un se retourne de nouveau et nous surprenne, et je rechope la main de Rico : « finis moi vite fait, mec ».

Putain, j’y crois pas.. ce gros pervers de prof en peut plus.. il ne manque pas une miette du spectacle qu’on lui donne, moi exhib et Rico honteux ; il commence visiblement à bander lui aussi, offrant aux regards sa belle grosse bosse qui se dessine encore plus, tendant le tissu, de plus en plus gênante pour lui. Il met sans arrêt la main dans sa poche pour essayer de dissimuler son érection toujours plus impressionnante, sans trop de succès à mon avis…et il bafouille des propos inaudibles que j’écoute pas de toute façon, je sais pas comment il réussit à garder un semblant de maîtrise, belle performance !!

J’en suis sûr qu’il en profite aussi pour se caresser la queue.. lui aussi c’est un vrai obsédé..

Il semble pourtant que personne n’ait rien remarqué encore.. mais je ne veux plus jouer avec le feu.. et puis Rico commence, je le vois quand je regarde entre ses cuisses, à prendre du plaisir à s’occuper de mon mât: pas moyen !! faut qu’je le ramène à sa condition de larbin à mon service, ce traître!!

Je me tourne vers lui et lui chuchote avec hargne :

« Arrête de me branler, quitte ta pompe et ta chaussette Rico, je vais jouir bientôt. Tu me le fais pas dire deux fois. »

Hésitant de nouveau, Rico se plie finalement à mon ordre, perplexe. Je lui prends la chaussette des mains, l’enfile sur mon sexe et me finit à la main jusqu’à chécra mon jus, écartant les cuisses pour encore mieux ressentir la jouissance qui monte, puis qui éclate lorsque ma queue s’embrase, explose et gicle toute ma sève.. Je retiens mon souffle et mes gémissements malgré l’envie de gueuler le plaisir qui s’empare de moi.. les battements de mon cœur, eux par contre je les retiens pas !!!

Puis je m’essuie tranquillement dans la chaussette sale de Rico, et rentre ma teub toute sensible et collante de sperme dans mon boxer. Je lui tends la chaussette trempée de semence encore liquide et chaude...

« Frotte toi la figure avec ça en attendant que je t’engrosse, petite merde. Après tu renfiles ta chaussette et ta pompe vite fait sans discuter ».

Le regard noir qu’il me lance me donne des frissons dans le dos.. malgré tout il fait ce que je lui ai dit, discrètement, entre dégout et fascination ça se voit. Heureusement personne ne s’est retourné, seul le prof voit notre petit manège, et moi je vois son désarroi et sa colère qui m’inquiètent un peu mais qui augmentent encore, si possible, ma jouissance : Le pied intégral je vous dis !

L’odeur âcre et entêtante du sexe et du sperme flotte sur nous deux…

Je regarde Rico en souriant, vicieux.. :

« Et ce n’est qu’un début, mon pote… ».

Je l’ignore jusqu’à la fin du cours. Lui aussi.

C’est terminé, nous sortons. Je traîne volontairement, jusqu’à être le dernier.. histoire de me retrouver seul face au prof.

« Intéressant, ton cours mec.. Mais t’avais pas l’air en forme ? mais.. ça parlait de quoi au fait ?!! et toi, t’as aimé le spectacle, petite salope ? »

Il répond rien, il m’ignore : ça m’énerve trop, il me connait pas le gars : faut pas trop me chercher longtemps ; je lui chope d’un coup les boules à travers son fut et je sers, je sers.. de plus en plus fort : il se plie, un cri s’étrangle dans sa gorge..

« Arrête connard », il gueule..

« Tiens, tu bandes plus ?? héhé… » je lui réponds en le narguant, mais sans le lâcher..

il essaie de se libérer sans succès.. je le fixe et lui me défie du regard. Je sers un peu plus. La douleur est trop forte, il abandonne et baisse les yeux: j’ai gagné pour cette fois, je le lâche.

« Tu sais où j’habite je suppose ? on t’attend à 9 heures ce soir pour s’amuser un peu, t’as pas intérêt à être en retard. »

« J’y serai, mais tu payeras bientôt pour tout ça », il répond. « tu sais pas bien à qui tu t’es attaqué, p’tit merdeux »

Je lui lance avant de sortir :

« Ta gueule la fiotte, je payerai rien du tout tant que je vous tiens tous les deux, gros con de p’ti prof de merde ».

« Va t’faire foutre, j’vais t’niker c’est toi la p’tite merde », il répond..

Je lui balance par surprise un coup de genoux bien dirigé dans l’entrejambe et lui crache à la gueule, avant de quitter la salle où il se plie en deux de douleur aux couilles..

 

Dehors, je retrouve ma bande qui commente en se marrant l’attitude étrange du prof pendant le cours, ses absences, et le mystère du calbut sur la table.. Rico est avec eux, il ne dit rien. Mes potes lui laissent instinctivement, comme d’habitude sa place à côté de moi. Je déconne un moment avec eux, puis je me retourne vers Rico :

« Putain, Rico qu’est-ce que t’as foutu ? je veux plus que tu t’assoies à côté de moi, je sais pas ou t’as fourré ton cul mais tu pues trop le sperme et la bite… tu t’fais baiser ou quoi ?.. et regarde, t’en as plein la gueule, c’est qui qui t’as juté dessus ? Casse toi ça me dégoute trop. »

Les autres tarés en croient pas leurs yeux et leurs oreilles.. jamais j’ai parlé comme ça à mon pote, et je défonce celui qui aurait osé le faire… tout le monde se tait ; petit à petit la bande, servile, commence à se marrer et à se foutre de la gueule de Rico, à l’unisson.. tous ces jaloux sont soudain en éveille, intéressés : une place à prendre ? Rico au rencard, à défoncer? Il tremble de rage et d’humiliation… essaie de parler.. n’y arrive pas… il me regarde une dernière fois, déchiré entre la fureur et la peur d’être découvert, avec toute la tristesse possible dans les yeux..

Avant qu’il ait définitivement tourné le coin du trottoir, je lui lance : ton pote vient nous voir ce soir à 9 heures, sois pas en retard… et décrasse toi l’cul et la bite avant!

Ce qui fait marrer tout le monde…les hyènes tournent déjà autour de leur proie blessée..!! coup de sang : je lance un regard glacé et froid, au hasard, au mec en face de moi, plutôt un bon gars. Je le fixe..je vois qu’ il comprend et prend peur, arrête soudain de se marrer, commence à rougir… d’un coup fulgurant et imprévisible, je lui balance un mandale dans la gueule, qui lui arrache la tête et le fait tomber par terre.. « Putain t’es qui espèce de bâtard pour te foutre de la gueule de mon pote ? j’vous démonte tous si vous fermez pas votre gueule, compris ?»

Je tire un grand coup d’latte dans une poubelle qui va valser au milieu de la rue, saute sur mon vélo et me barre en pleurant de rage…

Otto

prayus88@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Galère à l'entrepôt

Dernière mise à jour publique (17/7)

Il sera à moi Blibijoux
Thibault Thibault18
Mon Maître Yan
CQFD James
Yan mon Bâtard Stephdub
Mon premier métis Stephdub
Ma première fois Le paon d'Héra
Un oncle parfait Will23mtl
Offerte par un dominateur Nadegetv
Fantasme sur mon camarade judoka AC Wells
Malik, droit dans les buts ! DC

Nouvel épisode

Un oncle parfait - 02 Will23mtl
Ancien pote, nouvelle chienne -05 Bearwan
Chambres à louer -03 JeanMarc
Chambres à louer -04 JeanMarc
Putain de Machine ! -02 James
Le petit short blanc -02 Frank
Le petit short blanc -03 Frank
Les Chronique de Max -06 Max
Les Chronique de Max -07 Max
Julien en famille -07 Marco10e
Julien en famille -08 Marco10e

Juillet

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23
Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste
Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis
Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan
Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan
Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)