14 Nov.
+ 61 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Les cousins marocains

Pour mon boulot, je vivais en Italie, à Milan, depuis quelques mois. J'ai dû accepter de travailler en août, alors que presque tous les autres employés de la boîte prenaient leurs congés d'été précisément ce mois-là. Mes collègues pour me persuader avaient insisté sur le peu de travail qui j'aurai, la liberté qui serait la mienne sans chef sur le dos, et l'incroyable facilité de circuler dans cette métropole, toujours embouteillée le reste de l'année. Tout cela se vérifia, et j'étais assez satisfait de pouvoir découvrir les charmes de cette grande ville, vidée aux trois quarts de sa population. Ce qu'on ne m'avait pas dit, c'est que quasiment tous les supermarchés fermaient en août, tout comme la plupart des bars, des boucheries, boulangeries et autres petits commerces… Mon quartier est devenu subitement désert et j'ai eu toutes les peines du monde à trouver de quoi me nourrir. Par chance, une pizzeria de mon quartier, tenue par une famille arabe, était restée ouverte, et par facilité je m'y pointais presque tous les soirs m'évitant ainsi d'avoir à faire les courses (d'ailleurs où ?) et la cuisine. L'endroit était des plus sympathiques, car le pizzaiolo était le fils des patrons, un jeune mec d'à peu près 25 ans, bien viril, toujours mal rasé, très attirant, mais qui restait coincé devant son four tous les jours de la semaine. Je m'installais toujours à la table la plus proche du comptoir, derrière lequel ce beau et jeune mec officiait. Ça m'a permis à la longue d'engager la conversation avec lui. Je m'étonnais que la pizzeria ne ferme aucun jour de la semaine, ça lui aurait permis de se reposer, de s'amuser un peu aussi... Je crois, qu'il avait deviné mes arrières pensées, compris le pourquoi de cette attention portée à sa santé physique… Un jour, alors que je revenais une fis de plus sur le sujet, il me répondit, à voix basse, de peur que sa mère qui servait les clients n'entende : "tu sais… quand j'ai envie… une vidéo porno… je me branle et ça me suffit… tu fais pas ça toi ?" Avec un sourire, et à voix basse moi aussi, je lui ai répondu : "d'accord… mais faire l'amour en vrai… dans un lit… y'a rien de meilleur, selon moi…!" Il avait malheureusement interrompu cet intéressant échange, sous prétexte que le boulot l'attendait… Dommage.

Ce samedi après-midi, je suis allé me balader au centre de Milan. Piazza del Duomo. Il y avait pas mal de monde, des touristes essentiellement, quelques Italiens aussi, restés à Milan pour des raisons de boulot sans doute. Mon regard a été attiré par deux ou trois groupes de garçons de l'Est, des Roumains, des Albanais, venus en Italie chercher du boulot et qui traînent toujours sur cette place centrale, ou devant le parvis de la Gare centrale. Il y avait parmi eux de beaux garçons. J'ai eu l'occasion, pendant mes premiers mois de séjour ici, d'apprécier les attributs virils de ces migrants d'Europe de l'Est… Pour quelques euros, ils se font sucer, bandent et crachent leur jus en un temps record, mais n'acceptent jamais d'aller plus loin. C'est frustrant. Un seul a voulu un soir m'enculer, mais il voulait faire ça dans un jardin, un endroit où les voisins venaient promener leur chien… Résultat, à peine avait-il glissé sa queue entre mes fesses, qu'il a dû la retirer et s'est éclipsé sans me défoncer le cul, comme il me l'avait pourtant promis !

Donc, ce samedi après-midi, je rentre chez moi, à pied, après deux ou trois heures passées en centre-ville. En arrivant dans mon quartier, je croise une femme qui porte un cabas transparent où je vois des fruits et d'autres produits alimentaires. Je m'arrête et lui demande : "Excusez-moi, Madame… vous avez trouvé un supermarché ouvert dans le coin ?" "Bien sûr que non, tous les supermarchés sont fermés pendant "ferragosto" (la période autour du quinze août). "Mais je vais faire quelques courses chez les Marocains… vous savez la petite épicerie dans la rue là-bas… Ils n'ont pas de tout… mais ça dépanne bien." Je me fais expliquer comment y aller et remercie cette brave dame qui vient de me filer un sacré tuyau. En plus, l'épicerie est tenue par des Marocains ! Ce soir, c'est sûr, je ne mangerai pas de pizza… On peut même rêver… ce soir, je vais me payer de la saucisse marocaine… bien chaude… avec de la sauce blanche. Je rigole tout seul. J'aperçois au bout de la rue l'épicerie en question. Comment se fait-il que je ne la connaisse pas, alors que j'habite à moins de cent metres de là. Il est vrai que ce n'est pas sur ma route, quand je vais à la station de métro la plus proche. C'est sans doute la raison.

J'entre. Je ne vois aucun des Marocains censés tenir le magasin. Je me dirige vers le rayon des fruits et légumes, prends plusieurs sachets en papier et me sers. Il n'y a plus grand chose, à cette heure. Je prends des pêches, trop mûres et assez abîmées, de la salade, des tomates. J'aperçois, dans une cagette, deux concombres. Je ne peux m'empêcher d'en prendre un, de le caresser : il a comme de petites protubérances; il est très dur. Une pensée cochonne me traverse soudain l'esprit : ce concombre ferait un excellent gode, non ?… Et il peut rendre service…faute de saucisse marocaine ! Je m'aperçois alors qu'un vendeur m'observe; il a vu mon geste, cette caresse furtive sur le beau légume… Il sourit, il a compris… "Bonsoir monsieur, vous avez trouvé ce qu'il vous faut ?" Bêtement, comme pris en faute, je me crois obligé de donner des explications : "J'essayais d'imaginer comment je pouvais le préparer…" "Oh, il y a des tas de façons… En tranches… avec du yaourt… On peut même s'en servir comme ça, tout entier !" Et il rigole, le salaud. C'est un malin, et son sourire le rend encore plus attirant. Tout juste la vingtaine, peut-êre un peu moins, grand, bien bâti. Il porte un tee-shirt blanc très moulant, qui fait bien apparaître ses pectoraux, et un bermuda qui lui arrive aux genoux, trop long et trop ample à mon goût, car aucune bosse ne trahit la forme, ni la taille de son entrejambe. Je lui demande s'il a du thon en boîte, des olives, des biscottes. En fait, il a de tout. "J'habite tout près et je ne savais pas qu'il y avait un magasin d'alimentation ouvert au mois d'août !" "Avec mon cousin, on est ouvert toute l'année !" Le cousin, précisément, arrive de derrière la boutique. La trentaine, belle gueule aussi, des traits virils, même si son visage est glabre. Il ne doit pas avoir beaucoup de poils sur son corps… Hummm… j'aime tellement caresser ce genre de mec à la peau lisse et dorée. Vraiment, il va falloir que je vienne régulièrement faire mes courses chez eux, si je veux les connaître plus intimement… Le plus jeune pèse mes fruits et mes légumes. "Alors, le concombre… vous le prenez ?..." "Oui, bien sûr…" Il se tourne vers son cousin et lui dit quelques mots en arabe. L'autre sourit… Je parie qu'il lui a raconté mon geste de tout à l'heure… Après tout, je m'en fous… c'est presque mieux s'ils savent à qui ils ont à faire ! Pendant que je paye, le jeunot questionne en arabe son cousin, qui semble, par un geste de la main donner son accord. Alors, s'adressant à moi, le jeune me dit : "Si vous voulez, je vous porte vos courses jusque chez vous… Comme ça, si un jour vous avez besoin que je vous livre à la maison, je connaîtrai votre adresse…" Et, avant même que je réponde oui, le cousin, parlant en italien pour la première fois, déclare : "Dis… j'ai envie de fermer le magasin… c'est bientôt 20 heures… comme c'est samedi, on n'aura plus personne… je viens avec vous, comme ça, moi aussi, je pourrai vous livrer…" Les deux sourient discrètement… Moi aussi… On s'est compris. "C'est gentil… j'ai de la bière au frais… on prendra un verre."

Il ne leur faut que quelques minutes pour éteindre, tirer le rideau métallique, et fermer le magasin avec le gros cadenas. En chemin, vers mon appartement, on se présente : ils sont bien Marocains et cousins, le plus jeune c'est Kacem, il a 19 ans, l'autre s'appelle Hassan, il a 28 ans. Célibataires tous les deux. D'apprendre que je le suis aussi les ravit : "C'est mieux comme ça.. Avec les femmes, on n'a que des problèmes… elles te trompent… et pour l'amour c'est jamais le bon moment !" C'est Hassan qui vient de faire cette remarque misogyne. J'en profite pour leur demander : "Alors… comment vous faites, vous… étant célibataires pour… vous soulager ?..." Kacem éclate de rire : "Nous les Marocains, ici, en Italie, on n'a pas de problème… des fois avec les femmes… des fois avec les hommes… On s'amuse comme on veut !" "Mais, toi, t'es pas Italien… on dirait à ton accent que tu es Français…" "T'as deviné, Hassan, t'es très observateur." "Alors on parle en français si tu veux", propose Kacem.

On est déjà arrivés au pied de mon immeuble. Dans l'ascenseur, Kacem approche ses lèvres des miennes et me roule une pelle endiablée. Je me laissse faire, bien entendu. Tout en m'embrassant, il me touche le cul, me malaxe les fesses. Il est chaud le jeunot ! J'ai à peine refermé la porte de l'appartement derrière nous, que le jeune Marocain, posant les sachets des courses sur le sol, s'est à nouveau jeté sur moi et me roule une nouvelle pelle d'enfer. Sa langue fouille l'intérieur de ma bouche, il me mordille les lèvres, aspire la langue pour que nous échangions les rôles. J'adore ce genre de préliminaires… Hassan s'est collé derrière moi et par de petits coups de reins se frotte contre mon cul pour bien me faire sentir le volume de son paquet. Je passe un bras derrière moi et saisis son énorme bosse à pleine main : c'est encore mou, mais le volume est impressionnant ! J'essaye de reconnaître l'emplacement des couilles et celui de sa verge pour évaluer le gabarit de son outil ! C'est difficile, sa queue et ses boules doivent être comprimées dans son slip, empêchant un début d'érection. Mais mon geste l'a chauffé : Hassan me tire vers l'arrière, sûrement pour interrompre le baiser fougueux de son jeune cousin… Puis il appuie sur mes épaules, afin que je me retrouve devant lui à genoux le visage à hauteur de son paquet : "Allez… ouvre ton cadeau… ouvre ma braguette et montre-moi comment tu fais pour me durcir le zeb !" A part le mot "zeb", en arabe, mais que tout le monde connaît, il m'a parlé en français. Je crois qu'ils sont vraiment chauds les cousins… Ce soir ça va être ma fête ! Kacem a retiré son tee-shirt, baissé son bermuda, puis le boxer qu'il porte dessous. Je comprends pourquoi, sous ces deux épaisseurs de tissu, aucune bosse n'était apparente. Mais maintenant qu'il est totalement à poil je peux voir la véritable taille de son engin. Une vraie bite de Marocain, quoi !… Un chibre épais, de plus de 20 cm, sur des couilles brillantes, sans poils. D'ailleurs, à part une touffe frisée et bien noire, au-dessus de sa verge, il a un corps lisse, bien bronzé, pas vraiment musclé, mais bien dessiné. Un beau jeune mâle ! Et super chaud, avec ça… Alors que je n'ai même pas encore véritablement touché son sexe, une érection majuscule lui a donné volume et raideur. La différence de couleur, due à la circoncision, donne à son gland un aspect encore plus tentateur. Je crois que je vais me régaler avec ce splendide instrument. Pendant que je regarde la queue de Kacem, j'ai commencé à sucer le zeb de Hassan. L'aîné des cousins est tout aussi réactif : en quelques secondes sa queue a doublé de longueur et de volume. Elle est un moins longue que celle de Kacem, mais plus grosse, légèrement aplatie et plus épaisse en son milieu. J'ai d'ailleurs du mal à la faire entrer dans ma bouche, et je dois me contenter de la moitié de ce morceau de chair palpitant. Sa queue sent fort : il n'a pas pris de douche avant de m'accompagner chez moi, et, la température de ce mois d'août a dû le faire transpirer dans son slip. Mais j'aime bien cette odeur de bite, c'est le parfum des vrais males, après tout… Je lâche un instant le zeb de Hassan pour câliner celui de Kacem. Il est plus dur, plus long, un peu plus fin ; une tige sûrement plus facile à prendre dans le cul… A condition qu'il sache s'y prendre, le jeunot… J'espère qu'il n'est pas trop brutal, comme certains jeunes Arabes, qui pour démontrer leur virilité t'enfilent comme des sauvages, à cru, avec à la rigueur un peu de salive… De toute façon, j'ai à la maison tout ce qu'il faut : capotes grand format, gel… etc. En plus, j'y pense, pour préparer le terrain et bien me dilater le fion, il n'aura qu'à se servir du concombre…

Kacem aime se faire sucer et gémit de plaisir. Pour faire patienter Hassan je continue à lui branler le zeb : mais ça coulisse mal. C'est le problème des bites circoncises : on ne peut pas décalotter le gland , il l'est déjà !, donc bien faire glisser la peau sur le membre raide. Les Arabes, quand ils se branlent eux-mêmes, tournent la main autour de leur tige, au lieu de se masturber du haut en bas de leur verge, comme le font les garçons non coupés. Peut-être que la sensation est aussi jouissive… puisque ils arrivent à l'orgasme. N'empêche, pour celui qui branle un Arabe, c'est pas toujours facile d'arriver à le faire éjaculer. Au bout d'un moment Hassan vient se placer à côté de son cousin : j'ai alors devant moi les deux queues brunes, raides, tendues vers mon visage. Je peux mieux les comparer : les deux cousins sont vraiment bien membrés, pas de doute, deux zebs vigoureux, d'une très bonne taille, même s'ils ne sont pas aussi longs et épais que certaines queues d'Arabes que j'ai eu l'occasion de sucer, ou bien sûr, que celles des Blacks, qui me rendent fou et m'excitent comme un travelo quand je les vois, mais qui me foutent en même temps une trouille terrible, au moment où leur propriétaire se met dans la tête qu'il va me planter son instrument entre les fesses… quand il me chuchote à l'oreille qu'il va me défoncer "mon joli petit cul"… C'est terrifiant et tellement excitant à la fois.

Je suce leur bite alternativement, provocant chez Kacem toujours les mêmes gémissements et chez Hassan cette réflexion qu'il répète sans cesse : "Tu aimes bien le zeb ! toi… continue… Y'a rien de meilleur qu'un zeb de Marocain…" De temps en temps, Kacem donne des coups de reins pour faire entrer toute sa queue dans ma bouche… Mais il a beau pousser, je n'y arrive pas… C'est tout juste bon à me faire pleurer et à me donner des hauts-le-cœur. Je lui demande de s'arrêter, il me fait trop mal… Comme on est toujours dans l'entrée de mon appart, eux debout, moi à genoux devant eux, je leur propose de passer dans ma chambre, on y sera mieux, sur le lit. Tout en les conduisant jusqu'à ma chambre, je leur montre la cuisine, la salle de bain, les WC, et en profite pour me déshabiller. Jusqu'à présent, j'avais seulement baissé mon pantalon sur mes genoux, ainsi que mon slip descendu lui aussi sur mes cuisses par Hassan. Il l'avait fait dès les premières minutes et s'était excité sur mes fesses. Je crois que si je l'avais laissé faire il m'aurait sodomisé d'entrée ! D'ailleurs, depuis que j'ai bien vu la taille de sa bite, avec cette largeur impressionnante dans sa partie centrale, il n'est pas sûr donc que je me laisser pénétrer par lui… Avec un zeb pareil, il doit faire un mal de chien ! J'adore son gros pieu bronzé, mais de là à me faire pilonner le cul avec!... Ou alors, après une bonne préparation… avec lubrification et dilatation… par la queue de Kacem, par exemple…

C'est vrai, je dois le reconnaître, je préfère la bite du jeunot. Elle est lisse, bien longue, avec dessous deux superbes boules d'un rouge cuivré qui les rend encore plus appétissantes. Et toujours bien raide et dure sa tige : il bande comme un taureau ce salaud ! En plus, ses gémissements, non seulement sont un encouragement inégalable, mais ils me mettent dans un état d'excitation rare. C'est la raison pour laquelle, sans vouloir faire une faveur à Kacem, je me démène plus sur sa bite et ses couilles… que sur celles de son cousin. Je me regale, je lèche et gobe ses boules une par une. Elles brillent grâce à ma salive. J'adore! Mes câlineries ne vont pas tarder à porter leurs fruits et c'est bien le jeunot, qui, le premier, va lâcher son jus. Contrairement à ce que j'attendais, son sperme n'explose pas en plusieurs jets. C'est au contraire un écoulement fin et continu qui s'échappe de la large fente de son gland ; un beau foutre blanc, épais, qui glisse tout le long se sa tige. Le spectacle est magnifique, surtout que Kacem l'accompagne d'un râle très sonore. Il tend sa queue raide vers l'avant, vers ma bouche… Je sais ce qu'il veut : ma langue, remontant le long sa verge, nettoie le beau filet de jute… jusqu'au gland. Il va s'écouler encore pas mal de sperme pendant quelques secondes. Il avait les couilles bien pleines le jeunot ! Quant à Hassan, il semble dopé par ce qu'il vient de voir. Puisque je lèche le foutre de son cousin, il n'a pas besoin de ma pipe pour s'exciter : il se branle tout seul à toute vitesse : sa respiration, plus forte et plus rapide, dévoile le degré d'excitation auquel il est maintenant parvenu. Son énorme zeb pointé en direction de mon visage lâche soudain plusieurs jets, tendus, puissants. Son sperme atterrit sur ma gueule, mes joues, mon nez, mon front. Il asperge même la bite de Kacem que je m'employais à nettoyer… Je lèche tout, j'adore le goût de leurs foutres mêlés, je n'arrive pas à voir de différence… Ça sent très fort la bite, les couilles, le sperme… le mâle, quoi ! C'est tout simplement divin ! enivrant…

Ils sont maintenant tous les deux couchés sur le dos, jambes écartées, bites encore grosses, même si elles ont perdu de leur raideur. Kacem est le premier à parler : "Putain, mec, tu suces super bien… y'avait longtemps que j'avais pas joui comme çà ! Pas vrai, Hassan, il est meilleur que certaines femmes !" Hassan, sans doute trop crevé, approuve seulement par un signe de tête. Je leur réponds que je suis ravi qu'ils aient pris leur pied. Moi aussi j'ai bien aimé, bien entendu… j'ai beaucoup apprécié sucer deux beaux Marocains, ! En revanche, j'ai toujours pas joui… Je reste un peu sur ma faim… "T'inquiète… la soirée n'est pas finie… maintenant on va s'occuper de ton petit cul… Tu vas voir, tu vas éjaculer sans même te toucher… rien qu'en jouissant du cul ! Nous, les cousins, on est des niqueurs professionnels !... Tu vas comprendre ce que c'est de se faire baiser par des mâles arabes !... On a des clients du magasin qui sont fous de nous…de nos queues, de nos corps… Ils nous payent pour qu'on les nique !... j'te jure ! Y'en a un même il nous paye pour qu'on baise sa femme devant lui… par la chatte et par le cul… sérieux !"

Je propose qu'on fasse quand même une pause, avant de passer à autre chose… "Il est presque neuf heures du soir, qu'est-ce que vous en pensez : on mange quelque chose et après on a encore toute la nuit pour s'amuser." Je propose qu'on se boive en attendant une bonne bière. Hassan me demande si j'ai des spaghetti, il va nous les préparer, il cuisine super bien… L'idée me plaît et sans perdre une minute, à poil tous les trois, on va dans la cuisine pour s'avaler une bière et préparer à bouffer… "Reprendre des forces, c'est indispensable si on veut passer une nuit de sexe inoubliable… Vous n'êtes pas de mon avis ?"

Et c'est bien ce qui va se passer…

Rafael

Autres histoires de l'auteur : Le maçon de l’Est - Recrues - Sous le pont d’Avignon - Double - Kacem - Sur la digue - Baise à Valence - Véracruz - Nuits cubaines - Trois bites bronzées - Vacances en Égypte - Plage nudiste - Piscine -Vacances en Espagne - Métis - Le vigile - Soirée foot - Nouvel ouvrier - Au sauna à Barcelone - Chienne, pour la première fois - Rayhan - Vacances en Uruguay - Amsterdam - Jeux dans le train - Le légionnaire - Inca - Les cousins marocains - Les R.T.T - Un gros Havane - Oncles et neveu - Trois mecs de chantier - Le Marocain - Salon de coiffure - Raccourci - Deux footeux - Black - Une après-midi de rêve - Vacances à Guayaquil

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)