7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Bons rapports entre voisins

Il y a trois ans environ, j'avais un peu plus de 20 ans, voilà que j'ai emménagé dans un appartement dans un immeuble un peu vieillot mais pas trop cher et à deux pas de la fac où je finissais mes études. Je n'avais pas vraiment le moral, c'est le moins que l'on puisse dire ! En effet, je sortais de deux ans de colocation avec Thomas, un mec génial, sympa et drôle et un amant formidable ! Deux années de baise avec des mises en scènes, des défis, des jeux érotiques qui nous ont apporté un total épanouissement. Cette période était derrière moi, Thomas étant parti loin…

Fin août 2014, j'emménage donc dans cet appartement. Une bonne semaine pour tout organiser puis les cours ont repris, j'ai retrouvé mes potes de promo et quelques nouveaux mais aucun ne m'a fait tourner la tête.

Etant bi, j'ai quand même rencontré des partenaires des deux sexes en soirée, lors de fêtes diverses et variées. Des coups tirés ici ou là juste pour se vider ou pour faire fonctionner mes hormones et calmer ma libido…

Le malheur des uns faisant toujours le bonheur des autres, ma voisine de palier, une dame très âgée, est partie en maison de retraite libérant ainsi son appartement. Un mois après, un jeune couple arrive ce qui m'a fait plaisir, du coup, je me suis rapidement présenté en espérant me faire de nouveaux amis.  Lucie, belle brune aux yeux noirs pétillants, comptable et Abdel, un black canon de 28 ans, magasinier, tête rasée, des yeux noirs et pénétrants, de belles dents blanches, des traits fins, 1m90 environ, très sec bien que musclé dégageant une virilité incroyable. Ils étaient très sympas et amoureux.

J'ai vite compris que j'avais affaire à un couple très actif vu que ma chambre jouxtait la leur et que c'est super mal isolé, les murs sont épais comme du papier à cigarettes. Ils baisaient quasiment tous les soirs, parfois la nuit et très souvent le matin. Elle montait très vite dans les aigus, assez bruyamment, lui émettait des spasmes graves et virils surtout au moment de l'orgasme. Au début, j'ai trouvé ça un peu pénible puis excitant donc ma main a repris du service quotidiennement, j'essayais même de jouir en même temps qu'eux. Parfois je m'imaginais à la place d'Abdel en train de donner du plaisir à cette belle femme puis, de plus en plus, j'ai commencé à me doigter en imaginant la belle bite d'Abdel s'occuper de moi.

Ces scènes se sont reproduites pendant de longues semaines puis leurs rapports se sont un peu sont espacés et les premières disputes sont apparues. Au début du mois de décembre, un mercredi soir, je remontais chez moi quand j'ai croisé Lucie avec un grand ado filiforme d'environ 17 ans, son portrait craché. Elle me présente son frère, Martin, qui faisait un stage pendant trois semaines, du coup, il logeait chez eux.

C'est le samedi que les choses ont changé ! Lucie est partie vers 13 h et pour tout l'après-midi à la salle de fitness, je bossais mes cours en vue des partiels qui approchaient et là, un quart d'heure après,  j'entends distinctement les râles de plaisir d'Abdel et des cris un peu plus étouffés. Je suis allé dans ma chambre, j'ai collé l'oreille au mur et là, c'était clair, Abdel s'envoyait son beau-frère. J'entendais bien Martin pousser des petits cris à chaque pénétration, suivait le gémissement de Abdel que je connaissais si bien et, pour la première fois, j'ai distinctement entendu Abdel, d'une voix super virile, dire : « Putain, tu m'allumes depuis un moment toi, t'as l'air d'en vouloir de la bite. Tiens, prends ça, et ça, encore ça… T'encaisse bien, j'adore !  Il est trop bon ton petit cul serré de puceau, je vais bien te l'élargir et en faire un bon garage pour ma bite…. C'est ça que tu veux ? », Martin a répondu un long : « Ouiiiiiiiiiiii ». Les gémissements ont continué pendant encore un bon moment, j'avais sorti ma bite et je me branlais comme un fou en calquant ma respiration sur leurs cris. Soudain, j'ai entendu Abdel hurler : « Ohhh putain, je jouis ! ». J'ai craché en même temps que lui sur mon T-shirt, mes doigts et par terre. Puis plus rien, plus le moindre bruit. J'ai encore été très attentif pendant un moment mais je n'entendais plus rien. J'ai eu du mal à me reconcentrer mais je me suis remis à mes révisions en ayant toujours en tête la scène à laquelle je venais d'assister. Des milliers de questions me venaient à l'esprit concernant le couple de Abdel et Lucie, les relations entre les deux beaux-frères, comment allait évoluer tout ça, mais surtout, l'idée qui me faisait bander irrémédiablement était que Abdel était bi, alors là, je ne l'aurais jamais imaginé mais ça ouvrait des perspectives inédites et intéressantes…

Je m'étais remis à mon travail depuis deux heures environ quand les bruits ont repris à côté, il était un peu plus de 16h et ils remettaient ça. J'ai posé mes cours, ouvert ma braguette une nouvelle fois, j'ai collé mon oreille au mur, j'ai fermé les yeux et j'ai imaginé être entre les mains du beau Abdel… Je l'ai entendu dire : « Hummm, tu suces bien, occupe-toi de mes couilles », les gémissements sont revenus puis il a dit : « Allonge-toi sur le dos, écarte tes jambes et attrape tes genoux, je vais te baiser comme une femelle ». Les cris ont été plus forts, de plus en plus rapides… Quelques minutes après, j'ai entendu : «Branle-toi, je veux te voir cracher sur ton ventre ». Les coups devaient plus forts car Martin se lâchait totalement et prenait beaucoup de plaisir jusqu'à ce qu'il jouisse dans un long cri repris par Abdel qui a rajouté : « Putain, je te remplis encore ». Le silence s'est installé, moi j'ai dû nettoyer le mur qui avait reçu mon jus ! Plus tard, l'eau a coulé un long moment, j'ai pensé qu'ils se douchaient. Vers 18h, Lucie est rentrée. Abdel lui a fait l'amour vers minuit, j'en pouvais plus de ce mec, un vrai baiseur, j'aurais donné n'importe quoi pour être dans son lit et me prendre ses coups de bite de ouf.

Dimanche matin, deux copines de Lucie sont passées pour aller faire un footing, il était 10h environ, les trois filles sont parties, j'ai entendu Lucie dire, avant de fermer la porte de son appartement : « Pensez à réchauffer le plat pour midi si vous ne voulez pas manger trop tard les gars ». Je me suis précipité dans la chambre, ça n'a pas raté, j'ai entendu Abdel dire à Martin : « Ben alors, t'attends quoi pour venir t'occuper de ma bite avec ta bouche de suceuse ? », puis : « Oh ouiii, c'est trop bon, suce-moi, encore, vas-y… retourne-toi, fais voir ton cul que je le prépare… Hummm, t'es encore serré mais t'es chaud et tu mouilles ma salope… Tu la veux hein ? Allez, viens t'empaler dessus et fais-moi plaisir, montre-moi comme t'en as envie… ». Là, des cris, des gémissements, des « Ouiiii », des « Han, han… » et d'un coup un gros : « OUIIIIIIIII, prends ta dose salooooope ! ». J'avais deux doigts dans le cul qui me limaient et des jets sont encore partis sur le mur.

On s'est calmé de part et d'autre, Lucie est revenue de son footing, je suis parti chez mes parents comme prévu. J'avais quand même hâte de rentrer pour revivre une scène entre les deux mecs. En rentrant, vers 19 heures, je les trouve tous les trois dans l'entrée, on discute et je les ai invité à boire un apéro. Ils sont resté plus d'une heure, on a discuté de tout et de rien, on a passé un bon moment puis ils sont repartis. J'ai passé tout mon temps à les ausculter, à tenter de voir le moindre signe qui trahirait les deux amants, à mater le paquet d'Abdel, à « scanner » Martin, à lui reluquer le cul quand ils sont partis. J'étais grave excité ! J'ai glané quelques infos intéressantes : Martin n'était en stage que les matins, il finissait à 14h et c'est Abdel qui passait le chercher pour le ramener à l'appart. Moi, j'avais prévu de réviser avec des potes, du coup, j'ai changé mes plans, je devais être chez moi les après-midis pour les entendre et me branler comme un fou !

C'est effectivement ce qui s'est passé toute la semaine. Je rentrais vers 13h, ils arrivaient une bonne heure après, ils baisaient, Abdel se douchait rapidement, repartait au taf, il débauchait vers 18h, rentrait, se faisait sucer ou sautait Martin selon le temps et l'envie qu'ils avaient et Lucie rentrait un peu après 19h. Abdel et Lucie s'engueulaient de moins en moins, ne baisaient plus autant qu'avant mais quand même, j'entendais la nuit des gémissements un peu étouffés. Plus le temps passait, plus j'avais envie d'Abdel, ça tournait à l'obsession, je me branlais quatre fois par jour et parfois la nuit quand je l'entendais sauter sa femme ! Dès que je le croisais dans l'escalier, je bandais et je mouillais direct, j'avais chaud, je bafouillais, j'avais du mal à le regarder dans les yeux, j'étais comme aimanté par sa queue ! Quant à Martin, je ressentais à la fois une certaine admiration pour ce minet si chaud et endurant et une jalousie profonde !

Le deuxième week-end s'est passé comme le premier sauf que Martin avait pris de l'assurance et je l'entendais clairement allumer Abdel : « Humm, regarde mon petit cul comme il se dandine, je le cambre à fond et je me doigte pour le préparer, il est bouillant et tellement humide… Il est en manque de ta queue ». J'en crevais de l'autre côté du mur !

Le mercredi suivant, Abdel a commis sa première erreur ! Je revenais des courses, ils étaient tous les deux dans l'entrée et commençaient à monter les marches, ils ne m'ont pas entendu et Abdel a mis une main au cul très appuyée à Martin, il lui a fait un bisou sur la nuque et, doucement, lui  a dit : « Dépêche, j'ai grave envie ». Là, il s'est retourné et m'a vu, il a blêmi, n'a pas su quoi dire, j'ai fait celui qui n'avait rien vu et entendu, je les ai salué et on est monté en discutant comme si de rien n'était. Ça a dû lui couper l'envie, je n'ai rien entendu jusqu'à ce qu'il reparte travailler, j'étais un peu déçu ! Il est revenu après 18h, là, par contre, ça a été un festival, j'ai craché deux fois en écoutant Martin se faire défoncer par un mec en rut et en manque. Ça a été plus bestial, Abdel était plus directif : « Reste debout, écarte les jambes et tes fesses avec tes mains, ouvre bien ton cul, je vais te démonter et te remplir… »

Les jours sont passés ainsi mais la situation s'est dégradée avec Lucie, les disputes sont revenues quasiment chaque soir et leurs rapports sont devenus très espacés.

Martin attaquait sa dernière semaine de stage quand tout a basculé. Le mardi, Abdel est rentré un peu plus tard que d'habitude, quelques minutes après, Martin et lui baisaient dans la chambre et Lucie est rentrée plus tôt, elle les a surpris ! Là, ça a gueulé comme jamais pendant un très long moment, la vaisselle a volé, y'a eu des larmes, des tentatives d'explications et, au final, Lucie et Martin sont partis. De rage, je pense qu'Abdel a tout bousillé dans l'appart, il a gueulé sa rage, pleuré puis, tard dans la nuit, je n'ai plus rien entendu.

Le vendredi, je me suis sérieusement inquiété, je n'avais plus rien entendu depuis trois jours. J'ai pris mon courage à deux mains et je suis allé sonner. J'ai bien dû insister pendant cinq minutes et j'ai appelé jusqu'à ce que j'entende la clé tourner lentement dans la serrure. Ça m'a rassuré temporairement ! J'ai vu Abdel comme je ne l'avais jamais vu : sale, négligé, pas rasé, il avait manifestement bu, l'appart était plongé dans le noir, je n'ai pas su quoi dire, c'est lui qui a parlé le premier :

-« Ouais, qu'est-ce qu'il y a ? Tu veux quoi ? »

-« Euhhh, rien, je venais voir comment tu vas, bah, je sais que c'est pas top pour toi ces temps-ci, je m'inquiète un peu, voilà. »

-« Entre si t'as pas peur ! »

Effectivement, on aurait dit qu'un ouragan était passé dans l'appart, il y avait de la vaisselle cassée partout, une odeur de renard, des fringues qui trainaient, de la bouffe pas très appétissante et des bouteilles vides renversées.

-« Ah ouais, quand même, cool la déco ! »

-« Je m'en fous, Lucie est partie, je suis super mal là. »

-« Pffffouuu, c'est clair ! Faut pas te laisser aller comme ça Abdel, c'est dur mais bon, c'est pas une raison pour te saouler la gueule et vivre dans une porcherie. On discute si tu veux et je peux t'aider à ranger et nettoyer un peu ! »

-« Bah, je vais pas t'embêter avec mes affaires, c'est gentil d'être passé, ça va s'arranger. »

-« Sûrement mais en attendant viens manger chez moi, on voit après ! »

Il a un peu hésité puis a accepté mais il m'a demandé de lui laisser un peu de temps pour se laver et se changer. Je suis reparti chez moi préparer à manger et mettre la table, une demi-heure après, il sonnait, je suis allé lui ouvrir et là, ouah, il était rasé, lavé, parfumé, peigné, il portait un pull bleu clair moulant, un jeans bleu délavé, des baskets blanches. J'ai eu grave envie de lui là !

-« Ouah, la transformation !!! »

-« Bah, c'est normal, t'as raison, faut que je réagisse et puis, je peux pas débarquer chez un beau gosse sapé comme un clodo. »

On a rigolé et il est entré. Quand j'ai fermé la porte, je me suis dit que j'allais tout faire pour ne pas qu'il reparte sans s'être vidé les couilles !

Si vous avez kiffé et si la suite vous intéresse, dîtes le moi : denis.chassagnes@gmail.com

D.C

Email

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Malik, droit dans les buts - Premières chaleurs avec Malik - Malik, le roi de la glisse ! - Malik - Bons rapports entre voisins - Un extra bien chaud - Fin de nuit agitée - Préparé pour être baisé - Denis - Se donner à fond pour un stage

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)