7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode

Le maçon de l’Est -02

Le camion à peine parti, emmenant son patron et son collègue de travail Petru, le beau Moldave est venu taper à la vitre du salon. Je lui ai fait signe d’entrer. Il est torse nu, avec sur l’épaule la serviette éponge que je lui ai prêtée hier pour sa première douche, celle qu’il a prise à l’extérieur. J’entends la porte s’ouvrir, il s’approche de moi. Je lui tourne le dos, tout occupé que je sois à composer une salade avec pamplemousses, oranges, crevettes, etc., pour notre dîner «d’amoureux» de ce soir. Iulian s’approche encore plus, il se colle carrément contre moi. Tournant son bassin, il frotte alors son paquet contre mes fesses. Sans m’interrompre dans ma salade, je bouge moi aussi le cul pour mieux sentir son sexe dur. Apparemment, il ne bande pas et je ne sens qu’un gros paquet encore mou. Iulian me mordille un lobe d’oreille, me fait des bisous dans le cou, me lèche… Puis il me demande quelque chose en roumain. Je ne comprends pas, mais je devine qu’il aimerait se doucher ce soir à l’intérieur. Il a raison : c’est plus confortable. Mais ces préliminaires m’ont chauffé instantanément… Abandonnant ma salade, je m’essuie à un torchon, pousse Iulian de mes deux mains, le faisant reculer vers le divan. Quand il sent le meuble taper sur ses mollets, il se laisse tomber à la renverse. Mes deux mains commencent aussitôt à palper son paquet ; je le trouve volumineux, mais toujours aussi flasque. Je me penche sur lui, approche mes lèvres de sa poitrine, saisis un de ses tétons et le suce. Le goût de son téton est légèrement salé. Sans doute à cause de la transpiration. Je lèche à grands coups de langue ses deux pectoraux, j’aime le parfum mâle qui se dégage de son corps. Je plonge mon nez dans ses aisselles. L’odeur forte de ces coins cachés de son anatomie a quelque chose d’enivrant, une combinaison de senteurs viriles et d’arômes naturels, ceux d’un corps qui toute la journée a été soumis aux ardeurs du soleil et à un effort physique intense. Iulian se laisse faire, il sent la caresse de ma langue parcourant ses bras, ses abdominaux, son ventre… Je me délecte de la saveur salée qu’a déposée sur son corps un jour de transpiration. Impatient d’aller plus loin, je défais fébrilement la ceinture de son bermuda-jeans. Je le baisse jusqu’à mi-cuisses. La bosse a déjà nettement grossi : sa verge gonflée semble même vouloir faire exploser son boxer. Je plaque mon visage dessus. L’odeur première est celle de son sexe. Je trouve ça très excitant. Iulian ne bouge pas. À celle de la bite s’ajoute, là aussi, l’odeur de sueur. Je me souviens que, hier, j’avais exploré son corps après sa douche et, qu’à ma grande déception, seul le parfum du gel douche «habillait» son corps, même dans ses parties les plus intimes ! Ce soir, c’est bien le parfum d’un mâle qui titille mes narines et redouble mon désir. Je passe mon visage contre le tissu de son boxer. Je sens sa verge dure, la rondeur de ses couilles. Iulian appuie sur ma tête comme s’il voulait que j’apprécie de plus près encore son appareil génital dans toute sa splendeur. Je suis de plus en plus excité… N’y tenant plus, je baisse son dernier vêtement, libérant sa verge et ses testicules. L’odeur de bite est encore plus évidente. Je plonge mon nez sur sa queue, la renifle fortement pour que ce parfum m’étourdisse. Je pourrais prendre en bouche ce long chibre et le pomper, mais je préfère promener mon visage partout, sur sa touffe de poils châtain clair, sous ses boules lisses, son périnée. Je ferme les yeux tant cette exploration me soûle de bonheur. Iulian, qui a compris ce qui me donne tant de plaisir, appuie sur ma tête pour qu’elle reste plaquée contre son sexe et m’enivre davantage encore. Je reste ainsi plusieurs minutes, puis me relève. Je tire d’une main le jeune mâle pour qu’il se relève du divan. Je l’entraîne vers la salle de bain.

Je me fous à poil et entre avec Iulian dans la baignoire. Je laisse l’eau couler sur nos corps pendant un bon moment, temps que je mets à profit pour caresser le corps du jeune Moldave, comme si je voulais redessiner chaque courbe, chaque relief, chaque muscle, dont la perfection m’est pourtant évidente. Et tel un artiste, pétrissant son argile pour lui donner une forme irréprochable, mes mains effleurent sa peau, étalant l’écume du savon sur chaque centimètre de son épiderme doré. Iulian se laisse faire. Il aime à l’évidence que son corps suscite le désir. Sa verge, ses testicules glissent entre mes doigts mousseux. Son érection témoigne du plaisir qu’éprouve le jeune Moldave à offrir son corps à mes palpations. Ses fesses sont dures elles-aussi. Je les masse, les saisis à pleine main, en mesure la fermeté et la douceur à la fois. Je passe un doigt dans sa raie, mon majeur s’attarde quelques secondes sur sa rondelle… Je caresse cette secrète étoile de chair pendant plus d’une minute. Je crains à tout instant une réaction d’agacement de la part de Iulian, au moins un signe d’irritation. Mais rien. Encouragé, je pousse mon doigt, faisant pénétrer toute la première phalange. Toujours aucune réaction. Mon doigt, sans doute aidé par le savon, peut bouger sans blesser la muqueuse. Je peux même l’enfoncer davantage, le bouger, le tourner. Toujours aucune hostilité. Je crois même entendre un grognement, comme un gémissement, très bref, pas une plainte, plutôt l’expression d’un plaisir… Mon doigt continue donc son exploration… Je sens même l’anneau de son sphincter se resserrer sur mon majeur, puis se relâcher. J’enfonce encore plus mon doigt. Je sens la consistance soyeuse de la muqueuse qui tapisse son boyau. Cette pénétration est sans aucun doute la première que connaît son anus de jeune mâle ; elle ne semble pas lui causer de douleur ni l’atteindre dans sa virilité. Iulian semble même apprécier cette sodomie douce, qui lui donne une petite idée du plaisir que ses amants passifs éprouvent quand il les transperce de son impitoyable dard. Je remarque même que sa verge est encore plus tumescente, tant elle est gonflée de sang. Le gland est maintenant totalement sorti de la gaine du prépuce. Il brille de désir. C’est qu’il bande à mort le jeune Moldave ! Je crois même que si je continue de titiller de la sorte son boyau et caresser sa prostate, il va éjaculer sans même avoir besoin de se branler ni de se faire branler… Voilà un autre jeune mâle qui découvre que le plaisir anal vaut bien un orgasme par pénétration, fellation ou masturbation… Et c’est lui qui, ne pouvant plus contrôler son excitation, va saisir sa verge et s’astiquer à toute vitesse. Iulian respire de plus en plus vite et plus fort. J’arrête l’eau pour mieux voir son sexe. J’aime bien regarder un garçon se donner du plaisir. Sa branlette ne va pas durer bien longtemps… Je comprends qu’il est sur le point de juter. Dirigeant sa bite vers mon ventre, le maçon moldave lâche quatre ou cinq beaux jets de foutre. Ce sont ses premiers de la soirée… Je constate qu’en 24 heures il a pu renouveler le stock !... J’étale sa belle semence sur mon ventre, mon torse, mon visage. J’aime bien la consistance visqueuse du sperme. Iulian me regarde faire et sourit. Il est fier que sa sève me plaise autant. Une façon pour lui de se persuader que c’est son côté mâle qui me plaît chez lui, et non pas ces instants de soumission passive que lui a infligés tout à l’heure mon doigt en attentant à sa virginité anale. Nous reprenons le cérémonial de la douche, à grand renfort de shampooing et de gel douche. Nous nous rinçons abondamment tous les deux, faisant disparaitre toute trace de savon. Je saisis une serviette et lui frotte les cheveux et le dos. Il fait de même, accompagnant même ses frictions de quelques claques sur mes fesses, comme s’il leur donnait rendez-vous pour d’autres très proches contacts… Je vais lui chercher un boxer dans mon armoire et le lui donne pour qu’il puisse se changer, lui qui porte le même sous-vêtement depuis trois jours. Le Calvin Klein rouge que je lui offre le serre un peu, mais il met bien en évidence son paquet… On rigole tous les deux. Moi je le trouve encore plus sexy comme çà.

Je reprends place dans mon coin cuisine, terminant la préparation de ma salade et faisant chauffer une marmite d’eau pour cuire les spaghettis que nous mangerons ensuite. Hier soir, il m’a dit qu’il adorait les pâtes. Je vais lui en faire une triple portion, pour qu’il reprenne des forces et me fasse l’amour toute la nuit… Une fois la glace avalée (ce soir encore elle est notre dessert), le lave-vaisselle lancé, nous filons tous les deux dans la chambre comme si nous ne voulions, ni l’un ni l’autre, perdre une minute… C’est Iulian qui des deux semble le plus pressé. Il me débarrasse de mes fringues, me soulève et me jette sur le lit. Puis il empoigne, de ses grosses mains râpeuses, les deux lobes de mes fesses, les sépare, et plonge son visage dans ma raie. Je sens sa langue lécher ma rondelle, donner de petits coups pour la titiller. Je me tortille d’excitation. Iulian donne des claques sur chacune de mes fesses et – si j’ai bien compris son roumain – me demande de me calmer, qu’il va me le défoncer mon petit cul de pute : «calmeaza-te... calmeaza-te… te bat de te praf, tarfa !» Je le trouve beaucoup plus à l’aise qu’hier soir, il s’affirme plus clairement comme le dominant, celui qui va soumettre sa femelle… Ce comportement de macho n’est pas pour me déplaire… ni pour m’inquiéter. L’expérience d’hier soir m’a montré qu’il sait prendre sans violence, que sa bite, longue et plutôt fine, entre sans difficulté ni dommages…

Et je vais ce soir encore pouvoir apprécier ses talents d’actif, et cela, sans préliminaires, sans même que j’aie besoin de câliner ou de pomper sa queue pour lui donner raideur et fermeté… Iulian va donc me pénétrer dès nos premiers ébats. J’ai juste le temps de lui enfiler une capote. Le jeune maçon me plante d’un coup sa bite dans le cul, sans ménagement. Je pousse un petit cri de douleur, dont le Moldave ne semble guère se soucier. Poursuivant son but, il a entrepris un limage brutal de mon cul, sans la moindre délicatesse. Demain soir, les travaux du toit de mon garage seront finis, Iulian ne reviendra plus. Il se moque donc un peu de la suite ; ce qu’il veut avant tout, c’est tirer son coup, se vider les couilles une nouvelle fois ce soir. Et tant pis si le traitement qu’il m’inflige est moins doux que la veille. Son objectif est de jouir, un point c’est tout. Et puis, à ses yeux, les petites putes dans mon genre, s’éclatent encore plus quand leur mâle les fait un peu souffrir… Il va me ramoner le boyau un bon quart d’heure, couché sur moi. Puis, sans me demander mon avis, me tourne sur le dos, soulève une de mes jambes et entre sa bite. Il m’encule toujours aussi brutalement. Je préfère quand même cette position : sa queue glisse mieux et s’enfonce jusqu’au bout, ses couilles claquent sur mes fesses à chaque introduction. Il va lui falloir plus de vingt minutes pour atteindre le climax. Il est vrai qu’il a déjà joui une fois ce soir. Quand il sent enfin qu’il va venir, il retire sa queue de mon cul, se débarrasse du préservatif et se finit «à la main». Iulian se branle avec la même excitation que tout à l’heure sous la douche. À plusieurs moments, j’ai l’impression que sa bite va cracher… Mais non, rien encore. Sans doute est-ce la fatigue, il change même de main. Je tente de prendre le relais. Iulian refuse, il préfère se finir lui-même. Cette fois-ci, je crois que ça y est, il va cracher. Iulian arrête de se masturber, il tire sur la peau de sa verge, pour bien découvrir son gland. Mes yeux sont rivés sur la fente magique de son gland. Et là le festival commence !! Son foutre gicle sur moi. J’en reçois sur l’épaule et sur la joue. Je tends ma bouche, bien ouverte. Iulian dirige alors sa verge et lâche ses derniers jets juste entre mes lèvres. Il approche sa bite pour que je la prenne toute en bouche et me régale des derniers filets de sperme qui s’en échappent. Les deux éjaculations de la soirée, s’ajoutant aux heures de boulot de la journée, ont très vite le dessus sur l’énergique mâle moldave. Iulian tombe de sommeil. Il s’approche de moi, dépose un petit baiser du bout des lèvres sur les miennes et ferme les yeux. Il ne va pas lui falloir beaucoup de temps pour qu’il s’endorme… Je me contente de quelques caresses sur ses fesses, sur son sexe, ses joues. Je lèche ses couilles, sans que mon amant «reprenne vie». Je dois me résigner à chercher moi aussi le sommeil. Je suis assez frustré, privé d’orgasme ce soir, alors que j’avais imaginé une nuit de baise effrénée.

Très tôt, je suis réveillé par les tentatives de Iulian d’enfoncer sa verge entre mes fesses. Même si j’aurais préféré qu’il me sodomise hier soir, l’idée de commencer la journée en me faisant défoncer le cul par un aussi bel amant, me réveille sur-le-champ. J’écarte mes fesses avec mes mains, guide sa queue pour qu’elle se place bien en face de mon trou. Comme hier, j’oublie qu’il n’a pas mis de capote. Il n’a même pas craché sur ma rondelle, ni enduit sa bite de salive. Sans doute parce que je suis totalement décontracté et désireux de me faire prendre, et que Iulian, de son côté, a une folle envie de baiser, la pénétration se fait sans la moindre résistance. Sa bite s’enfonce en moi sans aucune difficulté. Quelques secondes suffiront pour qu’elle trouve sa place et que le jeune Moldave commence ses va-et-vient, réguliers et profonds. Mon amant n’a pas cette brutalité de la veille. Pendant qu’il me prend, il passe même ses mains devant moi et me touche la bite. Dès le premier contact, ma queue se raidit comme rarement, et quand Iulian me branle dans le même rythme que ses coups de reins, je sens que je ne vais pas tarder à jouir. Iulian est décidément un amant parfait. Je lui en voulais hier soir de s’être surtout occupé de lui-même. Ce matin, je sens qu’il s’applique pour que je prenne du plaisir, en me possédant par-derrière et, à la fois, en me masturbant. Cette attention me rend ce garçon encore plus aimable, c’est-à-dire digne d’amour. Il va m’enculer un quart d’heure à peine, car très vite je jouis et lâche dans sa main une bonne dose de jus. Iulian lève sa main pour me la montrer : ses doigts dégoulinent de sperme. Il les tend vers ma bouche pour que je les nettoie. Je lèche chacun de ses doigts, dégustant avec plaisir mon propre foutre, chose que je fais rarement. A-t-il joui, lui ? Je n’ai pas senti couler un liquide de mon cul sur mes fesses. Iulian a pourtant retiré sa queue de mon trou. Non, il n’a pas joui, car son gland est sec. Sans doute m’a-t-il enculé juste pour me faire plaisir et qu’on se quitte sur une bonne impression.

En réalité, on ne va pas vraiment se quitter. Bien sûr, ce troisième jour, il a travaillé, aidé de Petru et de son patron. Et quand le soir, ils m’ont salué tous les trois, je pensais que je n’aurais plus d’autre occasion de les revoir, enfin… de le revoir. Aussi la surprise a-t-elle été encore plus forte quand quinze jours plus tard, un bruit de moto m’a fait sortir de chez moi. C’était Iulian, venu me montrer l’engin d’occasion qu’il venait d’acheter avec ses premières économies. Il était fier, souriant et toujours aussi beau, avec ses cheveux blonds bouclés. Quand, ayant terminé notre bière sur la terrasse, je lui ai proposé de rester, de diner avec moi, Iulian a d’abord refusé, prétextant qu’il n’avait pas prévenu ses colocataires… Mais je n’ai eu guère de mal à le convaincre… Il m’a semblé que lui aussi avait gardé un bon souvenir de nos deux nuits d’amour…

Rafael

Autres histoires de l'auteur : Le maçon de l’Est - Recrues - Sous le pont d’Avignon - Double - Kacem - Sur la digue - Baise à Valence - Véracruz - Nuits cubaines - Trois bites bronzées - Vacances en Égypte - Plage nudiste - Piscine -Vacances en Espagne - Métis - Le vigile - Soirée foot - Nouvel ouvrier - Au sauna à Barcelone - Chienne, pour la première fois - Rayhan - Vacances en Uruguay - Amsterdam - Jeux dans le train - Le légionnaire - Inca - Les cousins marocains - Les R.T.T - Un gros Havane - Oncles et neveu - Trois mecs de chantier - Le Marocain - Salon de coiffure - Raccourci - Deux footeux - Black - Une après-midi de rêve - Vacances à Guayaquil

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)